Dr Andrei BOTNARU, Urologue, Clinique de Montbeliard

Urologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Fuites urinaires

 enuresie nocturne - immaturité vésicale – rétention chronique – incontinence au fou rire

Fuites urinaires

enuresie nocturne -  immaturité vésicale – rétention chronique – incontinence au fou rire

La maturation du contrôle mictionnel

L’âge de la propreté varie d’un enfant à l’autre, mais on considère généralement qu’il commence vers 18 mois et peut aller jusqu’à cinq ans Pourtant 15 % d’entre eux ont encore à cet âge des accidents « urinaires » de jour et/ou de nuit plus ou moins fréquents. Les causes de ces troubles, sont souvent intriquées, mais leur origine n’est pas purement psychologique. Dans tous les cas, ils perturbent la vie de l’enfant et  il faut les prendre en charge pour ne pas risquer qu’il se replie sur lui-même. Il appartient en premier lieu aux parents et aux éducateurs de les repérer et de prendre les dispositions nécessaires. Cependant  il faut bien prendre garde à ne pas intervenir trop tôt. Chaque enfant a son propre rythme. Certains apprennent à marcher à 9 mois, d’autres beaucoup plus tard. Pour la propreté c’est pareil, il ne sert à rien de vouloir accélérer le processus. Chez l’enfant, la propreté correspond à une maturation individuelle qui dépend de son développement neurologique.

Pour qu’un enfant soit propre, l’équilibre entre la maturité de sa vessie et de ses sphincters est indispensable. Dès qu’il est possible, les parents doivent lui apprendre où et quand  faire pipi et surveiller ses mictions tant qu’il n’a pas atteint tout seul le stade de la propreté. Comme la marche, la miction est un phénomène naturel qui se développe avec la maturation de l’enfant mais qui peut être accompagné, Cette fonction doit être bien comprise par les enfants et c’est aux parents qu’il appartient de le vérifier.

Fuites urinaires : des causes différentes

A l’âge de 5 ans, 15 % des enfants ont encore des problèmes de propreté. Ces problémes de fuites d’urine jour et/ou de nuit peuvent correspondre à 3 types différents d’anomalies : énurésie pure isolée nocturne, vessie immature et instable, rétention chronique d’urine par mauvaises habitudes. Un certain nombre de signes peuvent alerter les parents lorsque l’enfant est confronté à ce type de problème , savoir les identifier va aider à une prise en charge adaptée .

L’énurésie pure nocturne isolée

L’énurésie est une émission involontaire d’urine pendant le sommeil à une fréquence d’au moins deux fois par semaine à un âge où l’enfant est censé être propre (5 ans). Le réveil est trop tardif pour empêcher la fuite nocturne. Il existe souvent une notion familiale héréditaire. L’énurésie peut se poursuivre jusqu’à l’adolescence. Chaque année 10 % des enfants atteints de ce trouble guérissent et cela jusqu’à 15 ans. Comment la reconnaître : Il (elle) a été propre de jour tôt. Il (elle) n’a aucun probléme urinaire durant la journée. Il (elle) mouille son lit plusieurs fois par semaine sans se réveiller. Il (elle) a un sommeil profond. Parfois son pére, sa mére, un oncle ou une tante ont eu ce probléme pendant l’enfance.

Comment prendre en charge L’enfant énurétique a tendance à perdre confiance en lui, à se sentir coupable. Pour éviter qu’il ne « s’enferme », il faut éviter de le punir ou de l’humilier et lui faire comprendre qu’il n’est pas tout seul à être victime de ce genre de problème. On demande également à l’enfant de collaborer : pour le responsabiliser, il faut le faire participer. Pour cela, on lui demande d’inscrire sur un tableau, chaque mois, ses nuits « mouillées » et ses nuits « sèches ». On lui demande aussi de renoncer aux couches en enlevant lui-même son pyjama mouillé ou ses draps, en évitant la prise excessive de liquides dans les deux heures précédant le coucher. On surveillera également qu’il vide bien sa vessie avant d’aller au lit.

L’énurésie n’est pas grave, mais elle perturbe la vie de l’enfant et celle de la famille. Une prise en charge adaptée,  la collaboration de l’enfant et surtout le temps viennent toujours à bout de ce problème.

Pour le traitement de cette énurésie, on prescrit souvent de la desmopressine, une hormone antidiurétique (un facteur hormonal règle la quantité d’urine fabriquée pendant la nuit qui serait deux fois plus importante chez certains enfants énurétiques du fait d’un défaut de l’hormone antidiurétique). On peut aussi proposer un système d’alarme à installer pour la nuit. L’alarme apprend à l’enfant à réagir à une vessie pleine pendant le sommeil. Elle se déclenche lorsque l’enfant commence à uriner. Par approximation, il pourra ainsi associer son réveil à la sensation de vessie pleine.

Vessie immature :

L’immaturité vésicale correspond à des contractions intempestives de la vessie et provoque des pertes d’urine fréquentes et de brutales difficultés à se retenir que ce soit le jour ou la nuit. Le systéme de contrôle cérébral du fonctionnement  de la vessie n’est pas encore mature.

Comment la reconnaître : Il (elle) attend le dernier moment comme s’il (elle) voulait se retenir (accroupissements). Il (elle) se tortille sur son siège. Il (elle)  se précipite aux toilett es. Il (elle)  n’y reste que quelques secondes. Il (elle)  y retourne ½ heure après. Il (elle) se mouille la journée et la nuit.

Comment prendre en charge : Au delà de l’âge de 5 ans,  le chlorure d’oxybutinine améliore d’abord les troubles diurnes, puis l’énurésie nocturne en augmentant la capacité vésicale.

Retention chronique:

Beaucoup d’enfants refusent d’aller aux toilettes. Les fuites s’expliquent par une vessie qui ne se vide pas complètement et qui finit par déborder par « trop plein ». L’enfant s’habitue à avoir une vessie toujours plus ou moins pleine et son besoin d’uriner s’émousse. Il s’agit d’un problème de mauvaises habitudes souvent  amplifiées par le contexte « scolaire » : beaucoup ne vident pas suffisamment leurs vessies. Ils vont aux toilettes, mais ils font pipi trop rapidement et n’attendent pas d’avoir fini. D’autres n’y vont pas parce que les toilettes de l’école sont trop loin, parce qu’elles sont trop sales, parce que les portes ne ferment pas…

Comment la reconnaître : Il (elle) va peu souvent aux toilettes (pas plus de 3 fois/jour). Il (elle) ne va pas aux toilettes le matin en se levant. Il (elle)  s’est retenu toute la journée à l’école. Ses urines sont malodorantes. Il (elle)  a mal au ventre, il (elle) est fatigué(e), ses yeux sont cernés. Il (elle)  a une infection urinaire récidivante (cystite) et résistante aux traitements. Ses selles sont irrégulières et volumineuses  car il (elle) retient les selles comme ses urines.

Comment prendre en charge : Il n’existe pas de médicaments pour  augmenter la fréquence des mictions. Il faut faire adopter un rythme plus régulier de 5 ou 6 fois par jour : aller uriner même en l’absence de besoin,  prendre son temps, ne pas pousser….. On doit user de métaphore avec ces enfants pour les inciter à aller plus souvent faire pipi : «  l’eau stagnante est sale et on y trouve, des nénuphars, des têtards… l’eau du torrent, elle, est limpide. ». Une manière de bien faire comprendre que si on se retient trop et qu’on ne vide pas sa vessie on risque des infections urinaires. Cette prise de conscience peut être aidée par une rééducation contrôlée par un kinésithérapeute formé à ce problème. Cette rééducation fait prendre conscience à l’enfant le fonctionnement de son périnée, la sensation de réplétion vésicale et la miction de bonne qualité. A l’école « une tête bien pleine, mais une vessie bien vide »  devrait être le but d’une bonne pédagogie. Il est aussi utile de sensibiliser les enseignants aux problèmes rencontrés par les enfants et les directeurs d’école sur l’état des sanitaires.

Incontinence au fou rire

Certains enfants sans autres problémes, souffrent de fuites urinaires brutales, incontrôlées uniquement au moment d’un grand rire. Situation handicapante vis- à- vis des camarades moqueurs. Son origine serait une extinction temporaire des zones de veille cérébrales au moment du rire. Il ne faut pas la confondre avec l’incontinence d’effort de l’adulte souffrant d’une faiblesse des sphincters ou du périnée.

Comment la reconnaître : Une miction compléte incontrôlée survient au moment d’un grand rire. Il (elle) est émotif (ve). Il (elle) n ’a aucun probléme de fuites en dehors de ces circonstances particulières.

Comment prendre en charge : Il n’existe pas de traitement spécifique hormis apprendre à l’enfant à bloquer son périnée au moment du rire, ce qui provoque un arrêt de la contraction vésicale incontrôlée. Le probléme tend à disparaître progressivement avec l’âge.

 

Clinique de Montbéliard


UROLOGIE, 11 Avenue Léon Blum ,
25205 Montbéliard, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Énurésie

     Mots clés : Enurésie, calendrier mictionnel, urodynamique, vessies neurologiques

    Lire la suite
  • J'ai un excès de pilosité : que faire ?

    L’excès de pilosité constitue un symptôme plutôt qu’une maladie, et il est souvent l’objet de préoccupations esthétiques et psychologiques.

    Lire la suite
  • Prolapsus

     Mots clés : prolapsus, incontinence, dysurie, rectocèle, pessaire, bandelette,

    Lire la suite
  • Vasectomie

    Document destiné au patient La vasectomie est une méthode définitive de contraception masculine. C’est une opération bénigne qui consiste à ligaturer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique. Extrêmement efficace, elle ne diminue en rien la puissance sexuelle ni la virilité. La rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule entraîne la survenue d’une grossesse. En l’absence de spermatozoïde dans le liquide séminal, la fécondation n’est plus possible. Les spermatozoïdes, fabriqués dans les testicules, passent dans 2 canaux dits canaux déférents, logés dans les bourses et se mélangent avec le liquide spermatique avant l’éjaculation. La vasectomie consiste en une ligature et section des canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de se mélanger au liquide spermatique.

    Lire la suite
  • Je veille à l'hygiène de mes mains

    Bien se laver les mains constitue l’un des principaux gestes santé. Petit mémento du bon usage du savon.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale