Service de dermatologie et vénérologie du CHU de Brest
Allergie cutanée à un médicament : ce que je dois savoir - Service de dermatologie et vénérologie du CHU de Brest - Docvadis

Allergie cutanée à un médicament : ce que je dois savoir

Ces allergies sont surtout des manifestations cutanées en réaction à la prise de médicaments. On les appelle des toxidermies. Elles doivent être évaluées sur le plan médical pour une prise en charge adaptée.

A quoi correspondent ces lésions de la peau ?

Les toxidermies correspondent à des effets indésirables au niveau de la peau et des muqueuses suite à la prise de médicaments et ce, quel que soit le mode d’administration de ces médicaments : voie orale, injectable, etc. 

Ces effets se traduisent, dans un premier temps, par des éruptions (plaques rouges) ou une urticaire qui correspond à de grandes plaques rouges qui démangent. Dans les deux cas, il s’agit de manifestations cutanées d’origine allergique.

En règle générale, une éruption (plaque rouge) survient entre 4 et 14 jours après la prise du médicament, au début du traitement, et ce, au niveau du tronc ou à la racine des membres. Cette éruption peut s’étendre, voire s’accompagner d’une fièvre modérée. La durée habituelle est d'au moins d’une semaine.

L’urticaire correspond à des plaques rouges avec un certain relief ("gonflées") qui surviennent quelques minutes à quelques heures après la prise du médicament.

Y a-t-il des formes graves ?

Vous pouvez être confronté(e) à une forme plus grave, 2 à 6 semaines après le début d’un traitement médicamenteux. Sont alors associés aux manifestations cutanées des insuffisances de fonctionnement de différents organes. Le foie, les poumons ou encore les reins peuvent être touchés. De la fièvre et des démangeaisons sévères peuvent y être associées.

Elles surviennent plus souvent chez des personnes fragiles, immunodéprimées.

Ce type d’allergie est-il fréquent ?

Potentiellement, tout médicament peut provoquer de telles manifestations. On considère que les médicaments consommés quotidiennement, et donc d’usage courant, sont à l’origine de telles manifestations allergiques chez 1 à 3 % des personnes qui les utilisent. Ces réactions aiguës sont imprévisibles, bénignes et surviennent aux doses usuelles des médicaments concernés.

Quand y a-t-il urgence médicale ?

Dans certaines situations, ces réactions peuvent se traduire par un gonflement très rapide de tout le corps (œdème général) en raison d’un état de choc allergique (choc anaphylactique) qui nécessite une prise en charge médicale en urgence. Les signes de gravité sont évidents : éruptions sur plus des deux tiers du corps, fièvre supérieure à 38,5°C, altération de l’état général, décollements cutanés bulleux, présence de ganglions...

Devant de tels signes, une surveillance médicale et une hospitalisation sont nécessaires.

Y a-t-il des facteurs de risque de faire ce type d’allergie ?

Un certain nombre de facteurs de risque ont été identifiés : infections par des virus, infection par le VIH, mononucléose infectieuse. Par ailleurs, certaines maladies rhumatologiques comme le lupus ou un terrain allergique (atopique) sont des facteurs favorisants. Cependant, les raisons ne sont pas connues.

Quelle va être ma prise en charge ?

Il n’est pas toujours facile de mette en évidence le médicament responsable de la toxidermie, surtout lorsque le patient en prend beaucoup ; Il faut interrompretous les médicaments qui peuvent être responsables du déclenchement de la toxidermie.

Un bilan médical allergologique va permettre de faire le point.

C’est avant tout une enquête détaillée pour identifier le ou les médicaments potentiellement responsable(s) qui constitue la priorité.

Un éventuel bilan dermato-allergologique, avec des tests cutanés médicamenteux, peut être programmé si nécessaire au cours des 6 mois qui suivent vos manifestations.

Des examens sanguins (Numération Formule Sanguine, bilan hépatique) et urinaires (bandelette) peuvent vous être proposés.

Une déclaration par le professionnel de santé sera effectuée en cas d’accident grave auprès du centre régional de pharmacovigilance.

A l’issue de cette prise en charge, différentes informations et instructions peuvent vous être données.

Voici quelques conseils utiles :Éviter l’automédication.Avoir avec vous le double du courrier médical récapitulatif du type de toxidermie, des investigations faites, la liste des classes de médicaments interdits.Faire noter l’information sur votre carnet de santé.Porter toujours sur vous une carte d’allergie médicamenteuse.Penser à signaler votre hypersensibilité médicamenteuse aux professionnels de santé.

CHRU de Brest


service de dermatologie et de vénérologie, 2 avenue Foch,
29200 Brest, France

Contacts

  • Fixe : 0298223315
  • Fax : 0298223382
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je m'informe sur le rhumatisme psoriasique

    Le rhumatisme psoriasique est une maladie qui n’est pas rare et qui touche le plus souvent à la fois la peau et les articulations. Ce qui rend son diagnostic parfois difficile.

    Lire la suite
  • Je souffre du syndrome SAPHO : que devrais-je savoir ?

    Le syndrome SAPHO est une maladie qui touche les os, les articulations et la peau, entraînant des douleurs chroniques parfois handicapantes. De par sa complexité et sa rareté, cette pathologie est souvent difficile à diagnostiquer. Il est susceptible de rentrer dans le cadre de la spondyloarthrite

    Lire la suite
  • Mon enfant a des molluscum

    Le molluscum contagiosum est une lésion virale de quelques millimètres de diamètre, qui se développe sur l’ensemble du corps, surtout chez le jeune enfant. Le plus souvent bénigne, cette lésion doit être traitée pour éviter qu’elle ne s’étende.

    Lire la suite
  • Je souffre d'acné et je prends soin de ma peau

    L’acné est une maladie de la peau provoquée par un dérèglement des follicules pilo-sébacés présents sur le visage, le thorax et le dos. Affection chronique, l’acné évolue par poussées.

    Lire la suite
  • Mon enfant a un psoriasis

    Le psoriasis est une maladie chronique de la peau d’origine multifactorielle, fréquente, qui concerne environ 2 % des personnes en France, et ce à tous les âges. Les enfants peuvent être touchés par cette maladie, quelquefois au cours des premières années de leur vie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale