Le site du Docteur Thierry GUEUTIN

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
J'ai des difficultés à faire mes injections d'insuline - Le site du Docteur Thierry  GUEUTIN - Docvadis

J'ai des difficultés à faire mes injections d'insuline

Face à des injections d’insuline quotidiennes et à vie, le patient peut être confronté à des difficultés à se piquer. Quelles sont-elles et comment peut-on les surmonter ?

J’ai peur de me faire mal

Rassurez-vous : les aiguilles utilisées sont petites et fines.
Variez les points d’injection et ne vous piquez jamais dans une zone lésée ou irritée.
Evitez de réutiliser la même aiguille, car, outre le fait qu’elle n’est plus stérile (risque d’infection), elle va s’émousser et perdre son enduit de silicone, ce qui pourrait alors vous faire mal.

Dois-je changer de zones d’injection ?

Oui, pour éviter une fragilisation des tissus sous la peau, suite à des injections répétées au même endroit (lipodystrophie). Celle-ci peut provoquer une mauvaise absorption de l’insuline et entraîner des variations de la glycémie. La règle pour y échapper, c’est de bien changer les points d'injection dans une région du corps et de ne pas réutiliser les aiguilles.

On m’a dit qu’il fallait que je me pique « sous la peau en profondeur, mais pas dans le muscle », j’ai peur de mal me piquer…

L’injection de l’insuline doit être sous-cutanée, soit entre la peau et le muscle.
La taille des aiguilles utilisées répond à cet objectif. L’aiguille doit être assez longue pour traverser la peau et assez courte pour éviter le muscle. Les longueurs sont de 4 mm-8 mm et 13 mm pour le stylo et de 12.7 mm et 8 mm pour les seringues. Selon la SFD, Société Francophone du Diabète paramédical, l’aiguille de 4 mm est suffisamment longue pour traverser la peau et pénétrer dans le tissu sous cutané, avec peu de risques d’injection intradermique. Par conséquent, elle est considérée comme l’aiguille à stylo la plus sûre pour les adultes et les enfants, quel que soit l’âge, le sexe, l’origine ethnique ou l’IMC. L’aiguille de 4 mm peut être utilisée de façon sûre et efficace.

 

A qui puis-je parler de mes craintes ?

Face à des difficultés d’injection, il ne faut pas rester isolé(e). Le contact avec d’autres diabétiques peut permettre de découvrir des trucs et astuces pour les surmonter. Se rapprocher d’une association peut donc être utile lors de ces passages difficiles. N’hésitez pas à en parler avec le médecin ou le personnel soignant.

Mon enfant diabétique ne veut pas se piquer tout seul...

Discutez avec lui de ses peurs. Encouragez-le et ne le grondez pas. Au contraire, câlinez-le après sa piqûre, même s’il n’a pas étécoopératif. Encouragez-le à jouer au docteur et à piquer ses poupons et ses peluches, afin qu’il intègre ce geste dans son quotidien. Si vous le jugez nécessaire, faites appel à un professionnel de santé pour vous aider.

Quels sont les risques des injections d’insuline ?

L’injection d’insuline par elle-même ne fait pas courir de risque. Les réactions locales au point d’injection (irritation ou rougeur) sont exceptionnelles. Elles peuvent traduire une réaction allergique à l’insuline ou, plus souvent, aux additifs contenus dans l’injection. Dans ce cas, n’hésitez pas à contacter votre médecin.

Cela fait dix ans que je me pique, puis-je changer de mode de traitement ?

C’est l’occasion de faire le point avec votre diabétologue qui pourra adapter votre traitement à votre mode de vie et à l’évolution de votre diabète. En particulier, vous pourrez envisager avec lui l’utilisation d’une pompe à insuline moins contraignante.

Votre insuline doit être conservée à l’abri du gel, de la lumière et de la chaleur. Elle peut être placée dans le bac à légumes du réfrigérateur. Attention, toutefois, l’injection d’une insuline trop froide peut être douloureuse. Pour éviter cela, conservez le stylo d’injection à température ambiante et sortez la dose d’insuline une heure avant l’injection. En déplacement, veillez à ce qu’elle ne soit pas en contact avec un pain de glace dans une glacière, ni laissée au soleil.

Cabinet Claude BERNARD

144 avenue de Fontainebleau ,
77250 Veneux Les Sablons, France

Contacts

  • Fixe : 01 60 70 52 76
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J’ai du diabète : comment gérer le jeûne du Ramadan (langue arabe)?

    CETTE FICHE EST EN LANGUE ARABE. Le Ramadan est le quatrième des cinq piliers de l’Islam, avec la prière, la profession de foi, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Au cours de ce mois, il est interdit aux adultes de manger et boire de l'aube au coucher du soleil. Si vous avez du diabète, faire le Ramadan est très souvent possible, mais cela doit être préparé pour éviter les risques liés au jeûne. Il est indispensable d’en discuter tôt avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie

    L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

    Lire la suite
  • J’ai du diabète : comment gérer le jeûne du Ramadan ?

    Le Ramadan est le quatrième des cinq piliers de l’Islam, avec la prière, la profession de foi, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Au cours de ce mois, il est interdit aux adultes de manger et boire de l'aube au coucher du soleil. Si vous avez du diabète, faire le Ramadan est très souvent possible, mais cela doit être préparé pour éviter les risques liés au jeûne. Il est indispensable d’en discuter avec votre médecin avant le Ramadan.

    Lire la suite
  • Je surveille mon poids

    Votre poids est un élément essentiel de votre santé. Il doit être surveillé régulièrement, en tenant compte de votre taille, pour que vous puissiez vous maintenir dans une fourchette moyenne, gage de bonne santé.

    Lire la suite
  • Ai-je un risque de devenir diabétique et comment m’en protéger ?

    Méconnu et silencieux, le diabète de type 2 est une maladie chronique, souvent découverte tardivement. Cependant, il est possible dans de nombreux cas de prévenir, ou du moins retarder, son apparition en adoptant de bonnes habitudes alimentaires, en perdant du poids et en faisant régulièrement de l’exercice.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale