Docteur Sophie ALEXANDRE Ophtalmologiste

Ophtalmologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Pression intraoculaire : que dois-je savoir ? - Docteur Sophie ALEXANDRE Ophtalmologiste - Docvadis

Pression intraoculaire : que dois-je savoir ?

La pression intraoculaire est une force exercée par le liquide incolore situé dans la partie avant de l’œil, appelé l’humeur aqueuse, qui permet de maintenir la forme de l’œil.

Que se passe-t-il si ma pression intraoculaire est trop élevée ?

L’hypertension intraoculaire peut endommager le nerf optique qui envoie les informations de l’œil au cerveau. Elle entraîne progressivement une perte du nombre de fibres nerveuses de ce nerf, altérant ainsi le champ de vision. Une pression intraoculaire trop élevée est le principal facteur de risque de survenue du glaucome, sans entraîner cette maladie chez toutes les personnes qui en souffrent.

L’hypertension intraoculaire n’est pas douloureuse la plupart du temps, ce qui contribue à son dépistage tardif.

Comment faire contrôler ma pression intraoculaire ?

Pour mesurer la pression intraoculaire, votre ophtalmologiste va utiliser un appareil appelé tonomètre, muni d’un cône en plastique, qu’il applique sur l’œil après une anesthésie par gouttes. Il peut également pratiquer cette mesure à l’aide d’un appareil qui projette un jet d’air sur votre œil. Ceci ne demande pas de préparation et est indolore.

Les valeurs normales de la pression intraoculaire sont comprises entre 10 et 21 millimètres de mercure. Si votre pression intraoculaire est supérieure à 21 millimètres de mercure, et en complément d’autres examens (champ visuel par exemple), votre ophtalmologiste vous prescrira éventuellement un traitement afin de réduire cette pression, pour éviter l’altération du nerf optique. Il arrive toutefois, mais rarement, que le glaucome survienne alors que cette pression est inférieure à 21 millimètres de mercure (glaucome dit à pression normale), chez des sujets dont la susceptibilité à leur propre pression est plus élevée que pour la majorité des patients. Dans ces cas, le traitement demeure l’abaissement de cette pression.

Par ailleurs, la mesure de la pression peut être faussée lorsque votre cornée est plus mince (sous-évaluation) ou plus épaisse (sur-élévation) que dans la majorité de la population. C’est la raison pour laquelle il peut être utile d’associer à la mesure de la pression celle de l’épaisseur de la cornée. Cet examen est très rapide et indolore.

A quelle occasion ma pression intraoculaire est-elle vérifiée ?

Elle est systématiquement vérifiée par votre ophtalmologiste lors des visites de routine, par exemple pour la prescription de lunettes.

Si une personne de votre famille a une hypertension oculaire ou souffre d’un glaucome, il est important de consulter un ophtalmologiste. Le risque d’hypertension oculaire est, en effet, héréditaire et la maladie touche fréquemment plusieurs membres d’une même famille.

A partir de 40 ans, il est recommandé de faire contrôler sa vue tous les deux ans (et même tous les dix-huit mois à partir de 60 ans) afin de dépister l’apparition de maladies comme le glaucome.

 

La mesure de pression intra-oculaire permet de dépister un risque de glaucome, ou un glaucome déjà installé.

L’altération du nerf optique par le glaucome est irréversible, il est donc important de consulter un ophtalmologiste régulièrement pour prévenir l’apparition de la maladie. Le risque de glaucome augmente avec l’âge, 10 % des personnes de plus de 70 ans en sont atteintes.

 

Documents similaires

  • DMLA : que dois-je savoir ?

    La DMLA est liée au vieillissement d’une zone particulière de la rétine. Elle est la première cause de cécité et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans.

    Lire la suite
  • J'apprends que j'ai un glaucome et je ne le savais pas

    Cette vidéo raconte la découverte d'un glaucome à l'occasion d'une consultation chez l'ophtalmologiste pour un renouvellement de lunettes. Vous y découvrez les examens permettant son diagnostic. Le dépistage précoce du glaucome et la mise en route du traitement pour le stabiliser sont importants pour ne pas perdre la vue.

    Lire la suite
  • Diabète et yeux

    Vous êtes diabétique, votre fond d’œil doit être contrôlé chaque année, car le risque de troubles de la vue est important. La normalisation du taux de sucre dans le sang et la surveillance ophtalmologique sont vos meilleurs atouts pour conserver longtemps une bonne vue. Vous irez chez l'ophtalmologiste une fois par an.

    Lire la suite
  • Sensation d'oeil sec : ce que je dois savoir

    La sensation d’œil sec est très fréquente, le plus souvent passagère et parfois subjective. Rarement grave, cette gêne doit toutefois être signalée.

    Lire la suite
  • Mon enfant souffre d'amblyopie

    Environ 10 % des enfants de moins de 5 ans souffrent de problèmes de vue. L’amblyopie est l’un d’entre eux. Non traitée, elle peut avoir de graves conséquences sur la vue mais, prise en charge avant l’âge de 6 ans, l’enfant peut récupérer jusqu’à 100 % de sa vision.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale