Dr.Slaouti Siham

Médecine Générale
Comment savoir si mon proche a une maladie d'Alzheimer ? - Dr.Slaouti  Siham  - Docvadis

Comment savoir si mon proche a une maladie d'Alzheimer ?

Un de vos proches a des pertes de mémoire qui ne s’arrangent pas avec l’âge avançant. Et si c’était une maladie d’Alzheimer ? Comment le savoir ?

La maladie d’Alzheimer est-elle difficile à repérer ?

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ne peut se faire sur un sentiment, une impression ou sur le constat d’une perte de mémoire et encore moins en conseillant  un test d'auto-dépistage en ligne accessible sur Internet dont les 3/4 ne sont pas fiables. Une consultation appropriée est nécessaire. Elle permettra de confirmer le diagnostic, de découvrir une autre maladie à l’origine de ces symptômes ou de rassurer le patient.

Quels signes peuvent m’alerter ?

Plusieurs signes peuvent vous alerter sur une éventuelle maladie d’Alzheimer. Un seul ou deux de ces signes isolés ne constituent pas une preuve de la maladie.

  • Perte de la mémoire immédiate (oubli d’une visite ou d’un appel téléphonique récents, d’une phrase ou d’un sujet – on ne se souvient pas qu’on vient juste de l’aborder).

  • Oublis dans la vie quotidienne (ne pas se souvenir qu’un repas a déjà été préparé).

  • Problèmes de langage (un mot simple remplacé par un autre de signification différente ou remplacé par « truc », « machin »), appauvrissement du langage.

  • Désorientation (ne plus retrouver sa maison ou ne plus se souvenir du jour de la semaine).

  • Erreurs de jugement (s’habiller de façon inadéquate avec la saison ou l’heure, difficultés à appréhender les problèmes du quotidien).

  • Problèmes de logique et de raisonnement (confondre les chiffres, difficultés à utiliser certains appareils de la maison).

  • Mauvais rangements (des objets usuels placés au mauvais endroit).

  • Changement d’humeur (agressivité ou état dépressif).

  • Changement de personnalité (soupçons et rejet de son entourage).

  • Perte d’envies (ne plus vouloir se préparer un repas, aller faire ses courses…).

Dans tous les cas, la notion de changement ou de début de perte d’autonomie est importante, ainsi que la méconnaissance ou le déni des troubles constatés par l’entourage.

A qui dois-je m’adresser ?

En cas de doute sur le comportement d’un de vos proches, parlez-en à votre médecin traitant. Après un premier bilan, il vous orientera, si nécessaire, vers le service ou le médecin spécialiste le plus approprié pour effectuer les tests diagnostiques.Les spécialistes les plus impliqués dans ce genre d’exploration sont les neurologues, les gériatres, les psychiatres.Il existe également des centres de mémoire qui disposent d’équipes pluridisciplinaires.Ils prennent en charge non seulement le patient, mais aussi, si nécessaire, son entourage.

Comment une consultation se passe-t-elle ?

La première partie de la consultation consiste à poser des questions à la personne concernée. Ces questions porteront sur son passé (scolarité), sa vie familiale (ses enfants, son conjoint), son parcours professionnel, sa conscience de l’apparition des premiers troubles et la caractéristique de ces troubles éventuels de la mémoire et du comportement.La seconde partie concerne l’examen médical et la réalisation des premiers tests de mémoire.

Quels examens seront faits ?

Le médecin fera des examens neuropsychologiques pour évaluer les capacités cognitives (connaissance et perception).Des examens biologiques peuvent compléter cette première consultation.Avec une prise de sang,le médecin pourra rechercher les éventuelles carences (déficits) en vitamines et en hormones. Il recherchera aussi s’il y a une infection, une intoxication ou une déshydratation.

En quoi les examens neuropsychologiques consistent-ils ?

Il s’agit d’une série de tests sous forme de questions et de tâches simples à réaliser.Le médecin neurologue ou le psychologue choisira les tests les plus adaptés à la personne.Ces tests ont pour but d’évaluer la mémoire, le langage, l’attention, le raisonnement, le jugement, les facultés d’orientation, l’humeur…Le test le plus fréquemment utilisé est le test appelé « mms » (mini mental score) ou test de Folstein, réalisé dès la première consultation (le médecin peut, bien sûr, choisir d’autres tests selon le patient qu’il examine).

Y a-t-il d’autres examens ?

Des examens complémentaires peuvent confirmer le diagnostic en donnant des informations sur la structure et les éventuelles anomalies du cerveau.

  • Le scanner (tomodensitométrie) mesure l’épaisseur du tissu cérébral (atrophie) et élimine une éventuelle tumeur.

  • L’IRM (imagerie par résonance magnétique) donne des images précises des différentes zones du cerveau (atrophie des régions de la mémoire, lésions vasculaires).

  • Le SPECT (tomographie par émission monophotonique) renseigne sur le débit sanguin du cerveau.

  • Le PET scan (tomographie par émission de positrons) étudie le fonctionnement cérébral, notamment sa consommation en glucose.

Tous les examens et les tests ne sont pas effectués dès la première consultation.Ils sont prescrits en fonction de l’état de la personne et le stadede la maladie.La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative, évolutive et irréversible.Les examens permettent de confirmer ou non le diagnostic et d’évaluer l’évolution de la maladie.

CHU BENI-MESSOUS ALGER


EPIDEMIOLOGIE, CHU BENI-MESSOUS 16000,
16000 BENI-MESSOUS, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

    L’évolution des cancers est très variable selon la localisation de la tumeur, selon son type et aussi selon chaque malade. Le cancer de l’ovaire évolue de façon assez rapide. Il est souvent grave également parce qu’il s'étend sans bruit dans l’abdomen. A cause de cette rapidité et de ce caractère sournois, le diagnostic est fait, le plus fréquemment, à un stade relativement avancé.

    Lire la suite
  • Je sais comment se déroule une échographie du foie

    Une échographie hépatique est parfois indispensable pour évaluer l’état de votre foie et révéler d’éventuelles lésions.

    Lire la suite
  • Le reseau-morphee.fr m’apporte des infos sur le sommeil

    Nous nous endormons chaque soir à peu près à la même heure et nous nous réveillons le lendemain également à peu près à la même heure, car notre rythme de sommeil est régulé par le cerveau qui contient de véritables horloges situées dans l’hypothalamus. Néanmoins, le sommeil doit s’adapter aux obligations que nous avons tous à subir : horaires de travail contraignants, rythme des enfants, du conjoint. Les troubles du sommeil touchent un tiers de la population. Leurs conséquences peuvent être graves sur la santé et la vie sociale.

    Lire la suite
  • Mon enfant a des verrues

    Les verrues sont de petites lésions de la peau, fréquentes en particulier chez l’enfant. Elles sont la plupart du temps bénignes, mais des précautions s’imposent pour éviter la contagion.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur les risques d'infection pendant ma chimiothérapie

    Les infections sont un problème majeur du traitement par chimiothérapie. Des mesures de prévention et des traitements existent.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale