Service d'immunologie
Je vais rapidement aux urgences en cas d'exposition accidentelle au VIH - Service d'immunologie - Docvadis

Je vais rapidement aux urgences en cas d'exposition accidentelle au VIH

La lutte contre le VIH (virus de l’immunodéficience humaine ) passe avant tout par la prévention. Si, malgré votre vigilance, vous exposez accidentellement une personne au virus, réagissez sans tarder.

Je viens d'exposer une personne, que puis-je faire ?

Qu'il s'agisse d'un contact avec du sang ou d'un autre fluide biologique impliqués dans les transmissions virales (VIH/VHB/VHC) comme lors d'une relation sexuelle (relation non protégée ou rupture de préservatif), il faut agir idéalement dans les 4 heures et au plus dans les 48 heures. Au-delà de 48 heures, le délai est incertain.

Accompagnez immédiatement la personne dans le service des urgences d'un hôpital, de jour comme de nuit.

Signalez à l'accueil que vous venez pour un accident d'exposition au VIH.

Si vous pensez avoir eu une relation sexuelle à risque, vous et la personne concernée devez vous rendre le plus rapidement possible à l'hôpital.

Si vous pensez avoir eu une relation sexuelle à risque, vous et la personne concernée devez vous rendre le plus rapidement possible à l'hôpital.

A quoi sert cette consultation ?

A évaluer le risque d'exposition et de contamination par le VIH encouru par la personne exposée accidentellement.

A mettre en place rapidement un traitement post-exposition.

Que vais-je devoir faire?

Vous devrez répondre à un questionnaire portant sur vous et les conditions de l'incident. Cet ensemble de renseignements permettra au médecin d'évaluer le risque et de décider de la pertinence d'un traitement.

Restez aux côtés de la personne pour la soutenir.

De quel traitement s'agit-il ?

C'est un traitement préventif antirétroviral (trithérapie) contre le VIH.

S'il est administré assez tôt, le traitement empêche l'éventuelle diffusion du virus dans tout l'organisme et le bloque avant la pénétration dans les cellules cibles (CD4).

Il doit être pris pendant quatre semaines sans interruption en respectant les doses et les horaires des prises.

Certains effets secondaires, comme des diarrhées ou des nausées, peuvent être ressentis pendant quelques jours.

Accompagnez, si vous le pouvez, la personne pendant la durée de son traitement.

Que se passe-t-il ensuite ?

On ne peut pas savoir immédiatement si le traitement a été efficace.

La dernière réglementation prévoit un suivi de 4 mois.

Ne perdez pas de temps.

Au-delà de 48 heures, il est trop tard pour envisager un traitement d'urgence.

N'ayez crainte, vous ne serez ni mal reçu ni jugé par le personnel des urgences.

FELIX GUYON


Immunologie Clinique, Rue de Bellepierre ,
97400 BELLEPIERRE, Réunion

Contacts

  • Fixe : 02 62 90 55 60
  • Fax : 02 62 90 55 67
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je connais les 3 phases de l'évolution naturelle de l'infection au VIH

    Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) infecte des cellules chargées de la défense immunitaire de l’organisme. Ces cellules se nomment les lymphocytes CD4. En l’absence de traitement, cette infection évolue en 3 phases successives. Illustration de l’évolution naturelle sans traitement de l’infection par le VIH.

    Lire la suite
  • Je sais ce que sont les maladies opportunistes

    Au cours de l’infection au VIH (virus de l’immunodéficience humaine), et au fur et à mesure que les défenses immunitaires de l’organisme s’affaiblissent, d’autres infections peuvent apparaître, en particulier celles qu’on appelle « opportunistes ». Définition des maladies dites « opportunistes ».

    Lire la suite
  • Je souffre de lipodystrophie et souhaite agir

    La lipodystrophie fait partie des effets secondaires liés à la combinaison de plusieurs antirétroviraux. C’est une diminution ou une augmentation de la graisse sur certaines parties du corps. Que faire ?

    Lire la suite
  • Je parle sans attendre des éventuels effets secondaires de mon traitement anti-VIH

    Les traitements contre le VIH (trithérapie) ont beaucoup évolué depuis 10 ans. Ils permettent aujourd'hui de vivre avec le VIH et d'envisager cette infection comme une maladie chronique. Si les molécules utilisées sont mieux connues et tolérées que les premiers traitements, les trithérapies ont tout de même des effets secondaires à court terme mais aussi à plus long terme. Il est important de bien les connaître pour mieux y faire face, les prévoir, les surveiller, les éviter et les soigner.

    Lire la suite
  • Surveillance étroite car je peux développer un "IRIS"

    Vous débutez un traitement antirétroviral. Si votre charge virale est très élevée et votre taux de CD4 faible, vous serez étroitement surveillé(e), afin de dépister et de prendre en charge un éventuel IRIS ou syndrome inflammatoire de restauration immunitaire.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale