Le site du Docteur Robin VIGNES

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Insuffisance rénale : comment ralentir la progression de ma maladie ? - Le site du Docteur Robin VIGNES - Docvadis

Insuffisance rénale : comment ralentir la progression de ma maladie ?

L’insuffisance rénale chronique peut évoluer très différemment selon le patient. Ralentir sa progression est possible en adaptant votre alimentation, en contrôlant les maladies associées, et en évitant les éléments qui peuvent être toxiques pour les reins comme certains médicaments.

Pourquoi dois-je adapter mon alimentation ?

L’alimentation fournità notre organisme de nombreux éléments dont il a besoin. Les reins participent à la régulation en éliminant les déchets issus de l’alimentation et du métabolisme. En cas d’insuffisance rénale, ils ne peuvent plus aussi bien remplir cette fonction et le surplus de ces éléments, non utilisé par l’organisme, devient toxique. Il faut donc adapter votre alimentation pour soulager le travail de vos reins, et éviter l’accumulation excessive de toxines.

Comment adapter mon alimentation ?

La consommation de certains aliments doit être surveillée, voire limitée lorsque votre insuffisance rénale progresse.

 

Le sel favorise l’hypertension. Les besoins en sel sont estimés à 6 à 8 grammes / jour, alors que la consommation courante atteint 10 à 12 grammes par jours dans les pays occidentaux. En cas d’IRC, il est recommandé de ne pas dépasser 6 grammes / jour. On trouve du sel dans de nombreux aliments, notamment le pain, le fromage, la charcuterie, les olives, ainsi que dans les plats cuisinés, les conserves ou encore les potages industriels.

 

La consommation des protéines animales (viandes, poissons …) doit être surveillée pour réduire le travail des reins, rendre le sang moins acide et diminuer l’accumulation de phosphore. Il est nécessaire de varier les protéines ; ceci est possible grâce aux équivalences qui existent entre les protéines … : 100 g de viande = 100 g de volaille = 120 g de poisson = 2 œufs = 80 g de crustacés.

 

La consommation de potassium (chocolat, légumes secs, fruits secs) et du phosphore (produits laitiers, protéines animales) doit être réduite, car les reins ne peuvent éliminer le surplus qui s’accumule dans l’organisme et entraîne des complications, notamment cardio-vasculaires.

 

Il n’est pas souhaitable d’éliminer une classe de produits ; par exemple, les huiles végétales (huile d’olive, de tournesol …) ont un rôle positif dans la prévention des complicationscardio-vasculaires.

Votre médecin peut aussi décider d’accroître votre apport en fer et en calcium car ces éléments sont mal absorbés ou mal fixés par l’organisme.

N’hésitez pas à discuter de votre alimentation avec votre néphrologue ou votre médecin traitant. Si besoin, ils pourront vous orienter vers un spécialiste de la nutrition.

Quels sont les facteurs de risque à surveiller pour protéger mes reins ?

Certains facteurs de risque accélèrent la progression de la maladie rénale et doivent être contrôlés.

Il s’agit en particulier des facteurs de risque cardio-vasculaire, notamment le diabète, l’hypertension artérielle et le tabac. Il est en effet démontré que l’intoxication tabagique favorise la progression de la maladie en détériorant les vaisseaux.

La bonne observance de vos traitements, l’adoption d’un bon équilibre alimentaire et l’arrêt du tabac si vous fumez, vous aident à ralentir la progression de la maladie.

N’hésitez pas à en parler avec votre néphrologue ou votre médecin traitant qui vous aidera et vous orientera si besoin vers un spécialiste de ces questions.

La bonne observance de vos traitements, l’adoption d’un bon équilibre alimentaire et l’arrêt du tabac si vous fumez, vous aident à ralentir la progression de la maladie.

Quels sont les risques liés aux médicaments ?

Les reins éliminent la plupart des médicaments, via les urines. Une partie est aussi éliminée par le foie. Lorsque les reins fonctionnent moins bien, les médicaments ne sont plus éliminés de la même manière et peuvent devenir toxiques pour l’organisme. Votre médecin vous indiquera comment adapter vos traitements le cas échéant.

Quels sont les précautions à prendre avec les médicaments ?

Si vous souffrez d’une insuffisance rénale, votre médecin traitant diminue la posologie des traitements éliminés par les reins. Cela évite leur accumulation excessive dans le sang et la survenue d’effets secondaires.

Vous devez par ailleurs limiter la prise de médicaments toxiques pour les reins, comme les anti-inflammatoires et certains antibiotiques.

Les produits iodés sont à éviter sauf si vous devez impérativement passer un examen radiologique nécessitant leur utilisation. Il faut alors prévenir l’équipe médicale que vous souffrez d’une insuffisance rénale, en particulier si vous êtes diabétique.

Existe-t-il des médicaments spécifiques pour protéger mes reins ?

En dehors du traitement spécifique de la maladie rénale dont vous êtes porteur (par exemple un traitement immunosuppresseur dans certaines maladies), il existe des médicaments qui luttent à la fois contre l’hypertension artérielle et contre la présence d’albumine dans les urines. Ce sont les médicaments de la classe des bloqueurs du système rénine-angiotensine. Ils ont montré leur efficacité dans la préservation de la fonction rénale au long cours dans la plupart des maladies rénales, surtout avec protéinurie.

La progression de l’insuffisance rénale vers le stade terminal n’est pas inéluctable. La bonne observance de vos traitements, l’adoption d’un bon équilibre alimentaire et l’arrêt du tabac si vous fumez, vous aident à ralentir la progression de la maladie. Parlez-en avec votre médecin et rapprochez-vous d’associations de patients pour obtenir conseils et écoute.

Groupe Médical Esculape

83 Rue d'Andorre ,
31120 Pinsaguel, France

Contacts

  • Fixe : 05-61-76-32-33
  • Fax : 05-61-72-07-95
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Diabétiques : les bonnes règles de vie

    Cette vidéo vous indique des conseils alimentaires à mettre en place dans la prise en charge du diabète. Ces indications sont simples et peuvent être appliquées à toute la famille : l'alimentation du diabétique est une alimentation équilibrée et normale. La pratique d’un exercice régulier et soutenu est le second pilier de la vie équilibrée d’une personne diabétique

    Lire la suite
  • Je traite les verrues de mon enfant : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement le traitement d’une verrue et les précautions à prendre pour éviter leur transmission. Il est recommandé de traiter dès la première verrue avant leur possible multiplication. Si elles sont trop nombreuses, il peut être décidé de ne pas intervenir car il y aura une guérison spontanée, mais qui peut être longue à venir. Consultez un dermatologue qui proposera un traitement. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données

    On vous a fait un frottis dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce frottis doit être régulier chez toutes les femmes de 20 à 65 ans, y compris chez les femmes ayant bénéficié d'une vaccination anti-HPV. Le dépistage à partir de 65 ans n’est plus nécessaire s’il a été réalisé régulièrement avant.

    Lire la suite
  • Je rapporte mes médicaments non utilisés en pharmacie pour Cyclamed

    Le réseau Cyclamed gère la récupération et la destruction des Médicaments Non Utilisés (MNU), évitant ainsi que des substances potentiellement dangereuses pour l’environnement se retrouvent dans la nature. Le site www.cyclamed.org informe les citoyens sur la nécessité de rapporter leurs médicaments.

    Lire la suite
  • Les chirurgies de l’obésité : des schémas pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser les 3 principales techniques chirurgicales de l’obésité. Votre médecin pourra les commenter avec vous. Ils vous permettront de mieux comprendre les explications et recommandations qui vous seront apportées dans votre parcours de soins.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale