Le site du Docteur Rick ANDRAOS

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Vaccinations, je suis à jour - Le site du Docteur Rick  ANDRAOS - Docvadis

Vaccinations, je suis à jour

La vaccination sauve de nombreuses vies et a fait disparaître des maladies infectieuses de certaines régions du globe. La vaccination est aujourd'hui encore indispensable. Elle permet de se protéger et de protéger les autres.

 

En quoi consiste la vaccination ?

La vaccination consiste à introduire dans votre organisme une préparation dérivée ou similaire à un agent infectieux (virus ou bactérie) afin que votre corps développe une défense adaptée, appelée réponse immunitaire. Votre corps fabrique alors des cellules particulières dont certaines sont des cellules mémoires qui seront rapidement réactivées en cas d’infection naturelle et vous protégeront durant plusieurs années ou à vie. Il est parfois nécessaire de procéder à des rappels du vaccin pour réactiver cette mémoire immunitaire.

Quelle différence entre vaccination préventive et vaccination thérapeutique ?

La vaccination préventive prépare votre organisme à se défendre avant qu'il ne soit infecté.

La vaccination thérapeutique stimule votre système immunitaire et aide votre organisme à réagir alors qu’il est déjà infecté. La rage est ainsi traitée par un vaccin thérapeutique après une morsure à risque, mais le vaccin est aussi employé en prévention. Des vaccins thérapeutiques contre le VIH et le cancer sont actuellement au stade expérimental.

Les vaccins sont-ils obligatoires?

En France, les vaccinations obligatoires sont:

  • Le DT Polio: diphtérie, tétanos, poliomyélite
  • Le ROR: rougeole, oreillons, rubéole
  • Le vaccin contre le pneumocoque (méningite bactérienne)
  • Le vaccin contre la coqueluche
  • Le vaccin contre l'hépatite B
  • Le vaccin contre l'Haemophilus influenzae b (méningite)
  • Le vaccin contre les méningocoques (méningite)

Les autres vaccinations indiquées dans le tableau ci-dessous sont recommandées. Votre médecin vous informera sur leur importance, selon votre situation.

Pourquoi dois-je me faire vacciner contre des maladies dont je n’entends plus parler ?

De nombreuses maladies infectieuses ont disparu, ou quasiment disparu dans certaines régions du monde, mais continuent à se propager ailleurs. La vaccination vous protégera et, si l’ensemble de la population est vaccinée, empêchera la réapparition de ces maladies.

Et si je pars à l'étranger ?

Il est indispensable de vous protéger contre les maladies qui sont présentes dans le pays que vous allez visiter. Pour bien préparer vos voyages, renseignez-vous et prévoyez une consultation chez votre généraliste ou dans un centre de vaccination spécialisé (centre de certaines compagnies aériennes, Institut Pasteur, service hospitalier de maladies infectieuses, etc.).Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer dans certains pays.

 

Mon tableau de vaccinations

QUAND

VACCIN

INFORMATIONS

Fait le

A faire

 

A la naissance

 

 

 

 

 

 Hépatite B

Pour les enfants à risque

 

 

1 mois

BCG

Pour les enfants à risque. *Rattrapage jusqu'à 15 ans pour les non vaccinés.

 

 

2 mois

DTCPH

1re injection.

 

 

Hépatite B

1re injection, pour tous les enfants. *Rattrapage jusqu'à 15 ans pour les non vaccinés.

 

 

Pneumocoque

 1re injection.

 

 

4 mois

DTCPH

2e injection.

 

 

Hépatite B

2e injection, pour tous les enfants.

 

 

Pneumocoque

2e injection.

 

 

5 mois

Méningocoque C

*Rattrapage possible jusqu'à 24 ans pour les non vaccinés.

 

 

6 mois

Grippe

Tous les ans, pour les enfants atteints de certaines pathologies

 

 

11 mois

DTCPH

3e injection.

 

 

Hépatite B

3e injection, pour tous les enfants.

 

 

 

 

 

 

Pneumocoque

3e injection.

 

 

12 mois

ROR

1re injection.

 

 

Méningocoque C

2e injection

*Rattrapage possible jusqu'à 24 ans pour les non vaccinés.

 

 

Hépatite A

Pour les enfants à risque

 

 

Varicelle

Pour les enfants à risque, n’ayant jamais été en contact avec le virus.

 

 

16 à

18 mois

ROR

2e injection, à faire avant 24 mois.

 

 

6 ans

DTP

2e rappel.

 

 

Coqueluche

2e rappel.

 

 

ROR

*Rattrapage possible jusqu'à 17 ans (1 ou 2 injections).

 

 

11 à 13 ans

DTP

3e rappel.

 

 

Coqueluche

3e rappel.

 

 

1 à 15 ans

Hépatite B

*Rattrapage possible (2 ou 3 injections)

 

 

11 à 14 ans

Papillomavirus

 Pour l'adolescente, *rattrapage possible jusqu’à 19 ans).

 

 

12 à 18 ans

Varicelle

Pour les adolescents sans antécédent ou dont l'histoire est douteuse, après sérologie préalable

 

 

14 à 19 ans

Papillomavirus

Pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, *rattrapage possible jusqu’à 26 ans).

 

 

25 ans

 

DTP

4e rappel.

 

 

Coqueluche

4e rappel. *Rattrapage possible jusqu'à 39 ans.

 

 

45 ans

DTP

5e rappel.

 

 

65 ans

DTP

6e rappel, puis tous les 10 ans.

 

 

Grippe

 

Tous les ans à partir de 65 ans.

 

 

Zona

La vaccination est recommandée chez les personnes âgées de 65 à 74 ans inclus. 

   

Âge adulte

 

ROR

*Rattrapage possible avant de devenir parent.

 

 

Grippe

Tous les ans, pour les femmes enceintes, les personnes obèses (IMC ≥ 40), et les personnes à risque.

 

 

Varicelle

 Dans les 3 jours qui suivent une exposition, chez la femme en âge de procréer et certains cas particuliers

 

 

 

Hépatite A

Chez les personnes à risque

 

 

DTCPH : diphtérie-tétanos-coqueluche-poliomyélite-haemophilus. BCG : tuberculose.

ROR : rougeole-oreillons-rubéole. DTP: diphtérie-tétanos-poliomyélite.  

*Rattrapage : si vos vaccins ne sont pas « à jour », il n’est pas nécessaire de tout recommencer. Il suffit de reprendre la vaccination où elle a été arrêtée. On parle alors de « rattrapage ».

 Le calendrier vaccinal peut être différent si votre enfant est prématuré ou à risque, si vous souffrez de certaines pathologies (personnes immunodéprimées, personnes qui ne possèdent pas de rate, etc.), ou vivez en contact avec des personnes à risque. Votre médecin généraliste vous informera et adaptera votre prise en charge ou celle de votre enfant en fonction de ces particularités.

 Depuis quelques années, la France, comme les autres pays, fait face à des ruptures d’approvisionnement de certains vaccins. Cette situation peut conduire les autorités à adapter la stratégie vaccinale, en définissant des populations prioritaires et proposant des schémas et modalité d'administration alternatifs. Il vous est conseillé de vous rapprocher de votre médecin traitant qui vous conseillera et vous orientera si nécessaire.

 

Cabinet Médical

17 Avenue Georges Clemenceau,
83630 Aups, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Regusse Cabinet secondaire

1 Rue de la République,
83630 Régusse, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Prise en charge d'un mélanome : ce que je dois savoir

    Le mélanome est un cancer de la peau. Il nécessite une prise en charge rapide pour limiter son extension à d’autres organes.

    Lire la suite
  • Obésité : je contacte le Collectif national des associations d’obèses (CNAO)

    Regroupant trente-cinq associations de patients ou de proches de patients souffrant d’obésité, le Collectif national des associations d’obèses (CNAO) a pour principaux objectifs de transmettre de l’information au Grand public et aux patients afin de mieux leur venir en aide et de représenter un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics (sur les thèmes du surpoids et de l’obésité) et de l’industrie agroalimentaire.

    Lire la suite
  • Comment être certains qu’aucune erreur sur nos identités n’est possible dans notre parcours AMP ?

    Pour éviter les erreurs de personnes et d’attribution des prélèvements, des procédures d’identitovigilance et de traçabilité très strictes, et indispensables, sont mises en place dans tous les centres d’Assistance médicale à la procréation (AMP). L’identitovigilance et la traçabilité permettent de vérifier les identités et de suivre les prélèvements en permanence et à toutes les étapes de la prise en charge. Les vérifications peuvent s’avérer répétitives et contraignantes pour les conjoints, mais on est ainsi certains que les ovocytes appartiennent bien à la bonne patiente, les spermatozoïdes au bon patient, et les embryons au bon couple.

    Lire la suite
  • Mon enfant est migraineux : je reconnais les signes

    La migraine chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le pense. C’est une affection handicapante pour les activités scolaires et sportives. Comme l’enfant a des migraines différentes de celle de l’adulte, il est plus difficile d’en faire le diagnostic. Voici les signes qui peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de migraines.

    Lire la suite
  • Accompagnement d'un proche en fin de vie : ce que je dois savoir

    Les soins palliatifs visent à accompagner les patients en fin de vie. Cette offre de soins spécifique est rendue possible grâce à des structures adaptées.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale