Le site du Docteur Rick ANDRAOS

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Témoignage de C. : guéri de sa dépendance à l’héroïne par un programme de substitution - Le site du Docteur Rick  ANDRAOS - Docvadis

Témoignage de C. : guéri de sa dépendance à l’héroïne par un programme de substitution

Les Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) proposent des programmes de substitution aux personnes souffrant d’une dépendance aux opiacés. Ancien héroïnomane, C. parle de l’impact de ce dispositif d’aide sur son quotidien. Voici son témoignage.

Le cholestérol a deux sources principales : une moitié est fabriquée par votre foie, l'autre provient de l'intestin

« Je consommais régulièrement beaucoup de produits. J’en avais marre d'être dépendant, de ne pas être maître de mon destin, cela devenait un enfer »

La volonté, essentielle à la guérison

« J’ai essayé d’arrêter plusieurs fois brutalement, mais je rechutais. J’ai donc décidé de décrocher en suivant un traitement de substitution. »

Sous méthadone depuis plus d’un an, C. insiste sur l’importance de la motivation pour la réussite du programme de substitution.

« Il n'y a pas que la méthadone qui fait qu'on arrive à décrocher du produit, il y aussi une part de volonté. J’ai vraiment voulu ne plus être dépendant, cela m'a aidé à me séparer de ces produits. Si  je n’avais pas voulu décrocher, même en étant sous traitement de substitution, j'aurais peut-être continué à consommer. 

Pendant le programme, on est pris en main, on ne se sent pas seul et c’est très important. Un médecin s’occupe de nous et il y a un suivi régulier. Je fais un bilan chaque semaine avec lui, c’est une sorte de contrat, un engagement moral.

Je pense que si on prenait un traitement de substitution tout seul, sans suivi, cela serait beaucoup plus difficile.  Et puis à partir du moment où vous décidez d’arrêter, la confiance reprend et vous n’avez plus envie de mentir. »

Un changement de vie radical

Le traitement de substitution par la méthadone a eu un impact important sur le quotidien de C.

« J'étais moins agressif. Même d'un point de vue financier c'était beaucoup plus facile. Je dépensais des sous pour acheter de la drogue et il fallait aller la chercher, cela prenait du temps et de l'argent. Grâce à mon traitement, je suis beaucoup plus calme, moins agressif et moins anxieux : cela m'a stabilisé.

Maintenant, je vois mon médecin une fois toutes les deux semaines. Je sais qu’il est à l’écoute et qu’il comprend, c’est important pour essayer de prévenir les rechutes. Je ne me vois pas sous méthadone toute ma vie, mais je vais continuer un certain temps.

Et puis j’ai la chance d’avoir une famille qui m’a toujours soutenu, maintenant je vois mon avenir beaucoup plus rose qu’il y a six mois, j’ai toujours gardé confiance.

Aujourd’hui, j’arrive à me lever le matin et je ne pense pas tous les jours au produit que je consommais. Je me sens plus libre et un peu plus maître de mon avenir. »

Cabinet Médical

17 Avenue Georges Clemenceau,
83630 Aups, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Regusse Cabinet secondaire

1 Rue de la République,
83630 Régusse, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Prise en charge d'un mélanome : ce que je dois savoir

    Le mélanome est un cancer de la peau. Il nécessite une prise en charge rapide pour limiter son extension à d’autres organes.

    Lire la suite
  • Obésité : je contacte le Collectif national des associations d’obèses (CNAO)

    Regroupant trente-cinq associations de patients ou de proches de patients souffrant d’obésité, le Collectif national des associations d’obèses (CNAO) a pour principaux objectifs de transmettre de l’information au Grand public et aux patients afin de mieux leur venir en aide et de représenter un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics (sur les thèmes du surpoids et de l’obésité) et de l’industrie agroalimentaire.

    Lire la suite
  • Comment être certains qu’aucune erreur sur nos identités n’est possible dans notre parcours AMP ?

    Pour éviter les erreurs de personnes et d’attribution des prélèvements, des procédures d’identitovigilance et de traçabilité très strictes, et indispensables, sont mises en place dans tous les centres d’Assistance médicale à la procréation (AMP). L’identitovigilance et la traçabilité permettent de vérifier les identités et de suivre les prélèvements en permanence et à toutes les étapes de la prise en charge. Les vérifications peuvent s’avérer répétitives et contraignantes pour les conjoints, mais on est ainsi certains que les ovocytes appartiennent bien à la bonne patiente, les spermatozoïdes au bon patient, et les embryons au bon couple.

    Lire la suite
  • Mon enfant est migraineux : je reconnais les signes

    La migraine chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le pense. C’est une affection handicapante pour les activités scolaires et sportives. Comme l’enfant a des migraines différentes de celle de l’adulte, il est plus difficile d’en faire le diagnostic. Voici les signes qui peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de migraines.

    Lire la suite
  • Accompagnement d'un proche en fin de vie : ce que je dois savoir

    Les soins palliatifs visent à accompagner les patients en fin de vie. Cette offre de soins spécifique est rendue possible grâce à des structures adaptées.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale