Le site du Docteur Rick ANDRAOS

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Témoignage d’Isabelle : elle pense positivement après son cancer - Le site du Docteur Rick  ANDRAOS - Docvadis

Témoignage d’Isabelle : elle pense positivement après son cancer

Isabelle, professeur d’arts plastiques, a subi une chirurgie conservatrice et une radiothérapie pour traiter un cancer du sein. Elle doit maintenant suivre une hormonothérapie pendant cinq ans. Avec l’aide d’un psychologue, elle a cherché des ressources en elle-même pour lutter contre ce cancer qu’elle a ressenti comme une agression. Voici son témoignage.

Pose d'une endoprothèse

Vivre avec la maladie sans se résigner

Pour ne pas laisser la maladie envahir son quotidien et son esprit, Isabelle s’est mise à faire du sport régulièrement et a redécouvert le plaisir de peindre.

« Je pars du principe que je dois faire avec et pour cela je fais du vélo tous les jours. Cela me permet de retrouver mon corps, parce que pendant cinq ans, je sais que je vais encore avoir des effets secondaires. Je suis au grand air et en même temps c'est une dépense physique qui me permet de me retrouver psychiquement.

J'ai essayé de trouver des ressources personnelles, le vélo en est une. C’est devenu un besoin pour pallier aux fameux effets secondaires liés à l'hormonothérapie : les bouffées de chaleur et les douleurs articulaires principalement.

La peinture aussi est une de mes ressources, cela permet de restaurer mon image. c'est avant tout un plaisir, un peu enfantin d'ailleurs parce qu'on retrouve ce plaisir qu'a l'enfant de dessiner. C’est comme la lecture, c'est plus qu'un passe-temps, c'est une nécessité. Ce sont des choses que je faisais en pointillés avant mon cancer, maintenant j'essaye vraiment d'y consacrer plus de temps. »

Puiser en soi pour aller de l’avant

« C'est essentiel de trouver des moyens pour se sortir de ce bourbier, parce qu’on est pris dans quelque chose, c'est une attaque. Moi, j'ai considéré que j'étais attaquée par un ennemi intime que je devais affronter.

Avant on ne se pose pas de question sur la mort, on se pense immortel, et le fait de l'avoir côtoyée d'aussi près, ça rend aussi plus vivant. Ca nous oblige à puiser vraiment en nous, à trouver des ressources pour lutterdans un premier temps, mais aussi pour se reconstruire parce qu’on a besoin de se remettre debout. »

Se recentrer sur l’essentiel

« On se repositionne face à l'existence et on va à l'essentiel en se posant de vraies questions. Ce qui change c'est que je ne veux plus m'embarrasser de tout un tas de choses inutiles, enfin que je vais juger inutiles dans le rapport à soi. Je veux vraiment faire ce qui me tient à cœur. Mon rapport au temps est complètement modifié.

On sait que cette maladie peut revenir. Il y a cette idée qu'on a une épée au-dessus de la tête, il ne faut pas y penser mais il y a quand même quelque chose qui nous menace et donc il faut aller de l'avant. Il faut vraiment être positif et il y a une leçon à tirer du cancer, j’ai appris énormément de cette maladie. »

Cabinet Médical

17 Avenue Georges Clemenceau,
83630 Aups, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Regusse Cabinet secondaire

1 Rue de la République,
83630 Régusse, France

Contacts

  • Fixe : 0494 707 707
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Prise en charge d'un mélanome : ce que je dois savoir

    Le mélanome est un cancer de la peau. Il nécessite une prise en charge rapide pour limiter son extension à d’autres organes.

    Lire la suite
  • Obésité : je contacte le Collectif national des associations d’obèses (CNAO)

    Regroupant trente-cinq associations de patients ou de proches de patients souffrant d’obésité, le Collectif national des associations d’obèses (CNAO) a pour principaux objectifs de transmettre de l’information au Grand public et aux patients afin de mieux leur venir en aide et de représenter un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics (sur les thèmes du surpoids et de l’obésité) et de l’industrie agroalimentaire.

    Lire la suite
  • Comment être certains qu’aucune erreur sur nos identités n’est possible dans notre parcours AMP ?

    Pour éviter les erreurs de personnes et d’attribution des prélèvements, des procédures d’identitovigilance et de traçabilité très strictes, et indispensables, sont mises en place dans tous les centres d’Assistance médicale à la procréation (AMP). L’identitovigilance et la traçabilité permettent de vérifier les identités et de suivre les prélèvements en permanence et à toutes les étapes de la prise en charge. Les vérifications peuvent s’avérer répétitives et contraignantes pour les conjoints, mais on est ainsi certains que les ovocytes appartiennent bien à la bonne patiente, les spermatozoïdes au bon patient, et les embryons au bon couple.

    Lire la suite
  • Mon enfant est migraineux : je reconnais les signes

    La migraine chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le pense. C’est une affection handicapante pour les activités scolaires et sportives. Comme l’enfant a des migraines différentes de celle de l’adulte, il est plus difficile d’en faire le diagnostic. Voici les signes qui peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de migraines.

    Lire la suite
  • Accompagnement d'un proche en fin de vie : ce que je dois savoir

    Les soins palliatifs visent à accompagner les patients en fin de vie. Cette offre de soins spécifique est rendue possible grâce à des structures adaptées.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale