Traitement de l'Obésité Vaucluse Avignon

Chirurgie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Bienvenue sur mon site

L’obésité est enfin reconnue par les Autorités de Santé comme une vraie pathologie métabolique. En effet, une mauvaise conduite alimentaire n’est plus considérée comme l’unique facteur responsable du surpoids des patients obèses

De nos jours l’obésité est abordée comme une problématique médicale et sociale d’importance majeure. Selon une enquête nationale sur l’obésité en France (ObEpi), en 2012, plus de 15% de la population était obèse (index de masse corporel ≥30 ) et les prévisions voient ce chiffre augmenter jusqu’à 20-25% d’ici 2020.

L’obésité est également à l’origine de plusieurs pathologies liées à l’espérance de vie : diabète type II, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaire, arthrose, apnée du sommeil, hypercholestérolémie, ainsi que certains cancers. On sait malheureusement aujourd’hui qu’un patient obèse âgé entre 20 et 30 ans réduit son espérance de vie de 22%.

Les bienfaits de la chirurgie de l’obésité, lorsqu’elle est accompagnée par une prise en charge nutritionnelle, sont désormais démontrés. Dans un premier temps grâce à la perte de poids mais surtout à long terme au niveau de l’amélioration des pathologies associées (en premier lieu le diabète type II) à tel point que de nos jours l’on parle moins aujourd’hui de « chirurgie bariatrique » et plus de « chirurgie métabolique».

Chaque spécialiste est en mesure d’offrir une gamme complète de soins au sein de sa discipline pour pouvoir réaliser autour du patient une prise en charge « sur mesure », selon ses caractéristiques physiques, comportementales et métaboliques, indépendamment de son IMC.

Notre philosophie est de réduire le poids de nos patients de manière significative mais responsable pour améliorer leurs pathologies associées, sans changer leur qualité de vie.

Horaires de consultation

  • Consultation libre
  • Consultation sur RDV
  • Visite à domicile
  • Autre
Informations complémentaires

Quand la diététique échoue, la chirurgie de l'obésité peut prendre le relais. Les résultats spectaculaires en termes de perte de poids et de mieux-être donnent envie de se lancer. Toutefois, des complications existent et les contraintes diététiques sont lourdes. Pour être en mesure de peser le pour et le contre, il faut être guidé par une équipe pluridisciplinaire expérimentée.

La chirurgie de l'obésitéa le vent en poupe : 20 000 interventions ont été réalisées en France en 2009 et le nombre d’interventions est en nette progression. Ainsi, selon les données de l’assurance maladie, 32 000 opérations pour obésité ont été réalisées en 2011, avec une progression de 65 % par an. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), ce traitement ne s'adresse qu'aux personnes majeures,

dont l'indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 40, ou supérieur à 35 et présentant au moins une complication (diabète,trouble des articulations…).

Lachirurgiene devrait être proposée que si l'obésité est installée depuis plusieurs années et si elle a résisté à untraitement conventionnel(diététique et activité physique) poursuivi au moins 6 mois1.

Le sleeve, le by-pass et l’anneau sont les 3 techniques les plus utilisées

Le sleeve ou gastrectomie longitudinale

·Comment ça marche ? Elle consiste à enlever une grande partie de l’estomac (la grande courbure) en pratiquant une incision verticale. Ainsi, 75 % du volume gastrique est éliminé de façon définitive sans interrompre la continuité du tube digestif puisque les aliments se vidangent dans le duodénum, conduit qui se trouve juste après l’estomac. Les aliments sont donc ralentis puis se déversent rapidement dans l’intestin grêle. L’opération se fait sous anesthésie générale et peut être réalisée par coelioscopie, ce qui diminue l’importance de l’incision sur le ventre. Même si la technique s’est améliorée, il existe néanmoins un risque de saignement après l’intervention ou d’apparition de fistules qui nécessiteront souvent une nouvelle intervention.

Comme pour les autres techniques, les personnes opérées sont obligées de réduire le volume de leurs repas, el les aliments sont moins bien assimilés. Le risque de carences est donc important et demande un suivi régulier. Certains patients reprennent du poids quelques années après l’intervention.

·Quelle perte de poids ? La perte de poids varie mais elle est estimée en moyenne à environ 54 % de perte par rapport au poids avant l’intervention.

·Son avantage : La technique s’étant améliorée ces dernières années, elle est de plus en plus utilisée en raison de son efficacité durable, qui entraîne une amélioration de la qualité de vie des patients à condition que le suivi soit adapté (physique et psychologique).

Le bypass gastrique

·Comment ça marche ? C'est une technique qui consiste à ne conserver qu'une petite poche gastrique, qui est directement reliée au jéjunum, la deuxième partie de l'intestin grêle. Les chirurgiens mettent ainsi hors circuit une grosse partie de l'estomac et la totalité du duodénum, la première partie de l'intestin grêle où a lieu normalement l'essentiel de l'assimilation des nutriments (glucides, lipides, vitamines, etc.).

Comme pour l'anneau, les personnes opérées sont obligées de réduire le volume de leurs repas. Mais en plus, une bonne partie des nutriments énergétiques, comme les glucides (sucres) et les lipides (graisses), n'est plus assimilée.

·Quelle perte de poids ? D'où un amaigrissement spectaculaire : en moyenne, 45 à 50 kilos au bout de 2 ans, soit 70 % de l'excès de poids initial.

·Son avantage : "Cette intervention est techniquement difficile, la mortalité post-opératoire est de l'ordre de 1 % . Mais son efficacité est remarquable sur les complications de l'obésité comme lediabèteou l'apnée du sommeil".

L'anneau gastrique, ou gastroplastie par anneau ajustable

·Comment ça marche ? Cette technique consiste à encercler la partie supérieure de l'estomac par un anneau. L'estomac se trouve ainsi séparé en deux parties : une poche supérieure (là où arrivent les aliments) de très petit volume (minimum 20 ml) et une poche inférieure plus grande, les deux poches étant reliées par un chenal très étroit.

Les personnes ainsi opérées sont obligées de limiter le volume de leurs repas. Même en multipliant les prises alimentaires, l'apport énergétique est forcément réduit et "parfois inférieur à 1000 kcal par jour" .

C'est d'ailleurs grâce à cela que l'amaigrissement est possible.

·Quelle perte de poids ? La perte de poids espérée est de l'ordre de 25 à 30 kilos dans les 12 à 18 mois suivant l'intervention, soit 40 à 50 % de l'excès de poids initial.

·Son avantage : "cette chirurgie est peu dangereuse et a l'intérêt d'être réversible car il est possible de desserrer l'anneau".

L'intérêt de la chirurgie bariatrique avait été démontré par une étude suédoise, menée durant 15 ans : à l'issue du suivi, le groupe de personnes obèses opérées avait perdu 16,1 % de son poids, alors que dans le groupe traité de façon conventionnelle, le poids avait augmenté de 1,6 %3. "Si le choix de la technique dépend de la gravité de l'obésité, il doit se faire aussi en fonction des compétences de l'équipe chirurgicale", rappelle-t-il.

Un suivi à vie après la chirurgie bariatrique

Suite à l'intervention, l'HAS préconise au moins 4 consultations dans la première année suivant l'intervention, puis 1 à 2 par an, et ce durant toute la vie.

Car la chirurgie bariatrique peut entraîner de multiples complications, susceptibles d'intervenir à tout moment, même de nombreux mois après l'intervention.

·Des soucis digestifs, conséquences de la chirurgie :occlusion intestinale, ulcération à l'endroit où estomac et jéjunum sont reliés,hernie hiatale(l'estomac qui remonte au-dessus du muscle diaphragme)…Ils peuvent nécessiter une ré-intervention.

·Des malaises après les repas : un "dumping syndrome", gros coup de barre nécessitant de s'allonger, avec vomissements ou diarrhée, accompagnée d'une hypoglycémie.

·Des carences nutritionnelles multiples, avec leurs conséquences :fer et anémie,vitamine D et ostéoporose

·Des ennuis neurologiques dus aux carences en vitamines B : troubles de la mémoire, de la marche, de la vue...

Chirurgie bariatrique : des contraintes diététiques incontournables

"Quelle que soit l'intervention, les personnes qui bénéficient d'une chirurgie bariatrique sont obligées de modifier leurs habitudes alimentaires". Voici les principales recommandations suivies par les personnes qui ont subi une intervention :

·Fractionner les repas en 5 à 6 prises alimentaires par jour, du moins les premiers mois. "Il faut aussi s'astreindre à manger lentement, et à bien mastiquer les aliments et ne pas boire au moment des repas". Tout cela pour bien digérer et prévenir reflux,vomissementsoudiarrhée.

"Dans certains services hospitaliers, dans le cadre des consultations préopératoires, on donne la possibilité aux patients de consommer des repas de volume et de texture adaptés, pour qu'ils se rendent vraiment compte des changements à mettre en place".

Manger équilibré, afin de prévenir fonte musculaire et carences nutritionnelles

À la une

clinique d'Orange


CHIRURGIE DIGESTIVE ET DE L'OBESITE, 259 Route du Parc ,
84100 Orange, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 34 66 84
  • Fax : 04 90 51 79 56
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

SORGUES


FONTVERT, 235 Avenue Louis Pasteur,
84700 SORGUES,
84700 Sorgues, France

Contacts

  • Fixe : 0426833139
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Cursus

Dr Riad TCHANDERLI

Spécialiste en Chirurgie viscérale et digestive

à orientation bariatrique

En savoir plus

Honoraires

Conventionné.

En savoir plus

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale