Le site du Professeur Alain PIGNE

Gynécologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Le prolapsus ou descente d'organes

 Comprendre les différents types de descente d'organes et les solutions possibles

Le prolapsus ou descente d’organes

 

Le prolapsus est l’issue par le vagin d’un ou des organes pelviens : descente de la vessie : cystocèle , descente de l ‘utérus : hystéroptose ,descente du cul de sac péritonéal : élytrocèle , descente du rectum : rectocèle

Le prolapsus survient surtout chez des femmes ayant eu plusieurs grossesses se terminant par des accouchements par les voies naturelles. Cependant toutes les femmes ne sont pas égales devant le risque de prolapsus : sont plus à risque :

-          les femmes à peau claire (blondes ou rousses)

-          les femmes dont les mères ou les sœurs ont elles aussi une descente d’organes

-          les femmes ayant des métiers à risque avec augmentation de la pression abdominale

-          les fumeuses et les constipées

-          les sportives qui font des abdominaux de façon intensive

-           

Comment se traduit le prolapsus ou descente d’organes ?

 

Les signes sont peu spécifiques : sensation de lourdeur survenant surtout en fin de journée, « boule »venant affleurer la vulve ou carrément extériorisée. La découverte de cette boule est souvent brutale alors même que la pathologie existait depuis longtemps. Les autres signes sont  non spécifiques : ce sont des signes d’emprunt soit vésicaux soit rectaux.

Au niveau vésical le prolapsus peut s’accompagner d’envies plus fréquentes et plus pressantes d’uriner, parfois peuvent survenir des fuites d’urines  non pas tant déclenchées par l’effort  que par un besoin impérieux irrépressible. A un s tade plus avancé le prolapsus peut s’accompagner de difficultés à vider la vessie car l’urètre (canal qui permet de vider la vessie)  est coudé. Dans ces cas là la patiente peut être obligée à l’aide de ses doigts de refouler la vessie dans le vagin pour pouvoir uriner.

Au niveau rectal quand la paroi antérieure du rectum est distendue, se produit une hernie dans laquelle peuvent se bloquer les matières rendant l’évacuation de la selle difficile. La encore la patiente peut être obligée de s’aider manuellement lors de la défécation.

 

Quand faut-il consulter ?

 

Au début lors de la constatation du prolapsus  pour être rassurée et recevoir les conseils qui permettront de stopper l’aggravation, plus tard lorsque l’on est gênée pour rechercher une solution au problème.

 

Quelles solutions ?

 

Au début lorsque le prolapsus est modéré un renforcement des muscles du vagin (rééducation périnéale)  peut faire disparaître la gêne mais s’il ne faut pas en attendre une modification de l’anatomie. Des mesures simples permettent de freiner le processus : arrêt du tabac, traiter la constipation, ne pas faire des abdominaux de façon intensive, traiter le surpoids, traiter les tissus vaginaux a la ménopause.

Lorsque la gêne devient trop importante le traitement du prolapsus est chirurgical 

Chez les femmes en age d’avoir encore des enfants le traitement s’effectue préférentiellement par voie abdominale en « raccrochant l’utérus en arrière au sacrum à l’aide de prothèses en tissu fixées sur les parois du vagin ». Cette intervention peut être faite soit en ouvrant le ventre soit en coelioscopie. Chez les femmes plus âgées ou ne désirant plus d’en fant nous conseillons l’ablation de l’utérus lorsque celui-ci fait partie des éléments du prolapsus. Cette chirurgie du prolapsus peut s’effectuer la encore par voie abdominale mais nous privilégions la voie vaginale avec l’utilisation de prothèses,  une formant un hamac de suspension au niveau de la vessie, l’autre accrochant le fond du vagin et venant s’étaler devant le rectum. Pourquoi des prothèses ? Parce que la simple réparation du prolapsus avec les propres tissus de la patiente qui ont montré leur déficience s’accompagne d’un risque de récidive plus important.

 

Un des problèmes liés au prolapsus est l’existence d’une incontinence associée : soit incontinence par besoin  pressant non contrôlé (impériosités) soit incontinence d’effort qui peut être masquée par le prolapsus. Personne ne peut assurer à la patiente que ces impériosités disparaîtront avec la chirurgie du prolapsus mais si elles perdurent elles seront plus faciles à traiter car l’épine irritative du prolapsus aura disparue. L’incontinence d’effort elle peut se démasquer après l’opération c’est la raison pour laquelle nous opérons préférentiellement ces malades sous rachi anesthésie (anesthésie locorégionale) permettant a la patiente de pousser et de tousser en fin d’intervention pour vérifier si cette incontinence apparaît ou pas. Si elle apparaît nous mettons une dernière petite bandelette permettant de soutenir l’urètre et traitant ainsi l’incontinence, si on ne met pas en évidence d’incontinence nous arrêtons la l’intervention en sachant qu un risque d’incontinence secondaire existe et est évalué dans notre expérience à 6 %.

 

Les suites opératoires

Elles peuvent être douloureuses en particulier au niveau des fesses. Dans le mois qui suit l’intervention nous interdisons les bains, les rapports, le port de charges lourdes. Chez les femmes qui travai llent l’arrêt de travail est d’environ 1 mois. Après la visite post –opératoire la femme peut reprendre une vie normale cependant nous lui demandons d’exclure autant que faire se peut toutes les situations qui entraînent une augmentation importante de la pression abdominale. Les résultats de ces réparations sont bons cependant 100 % n’existent pas et le taux de récidive est de l’ordre de 5 %.

 

La prévention du prolapsus :

Elle s’exerce depuis le plus jeune âge en éliminant toutes les causes d’hyperpression abdominale : traitement de la constipation, pas de tabac, pas d’abdominaux de façon forcenée, limiter la prise de poids en particulier pendant la grossesse, faire après la grossesse d’abord de la rééducation périnéale avant d’envisager de se remuscler les abdominaux.

 

 

 

 

 

 

 

Cabinet de Gynécologie

33 Rue de la Tour ,
75116 PARIS, France

Contacts

  • Fixe : +331 40 72 58 58
  • Fax : +331 40 72 61 61
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre Européen d'exploration gynécologique

11 Rue Lacépède ,
75005 PARIS, France

Contacts

  • Fixe : 01 55 43 14 90
  • Fax : 01 43 37 82 65
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Clinique Geoffroy St Hilaire

59 Rue Geoffroy St Hilaire ,
75005 PARIS, France

Contacts

  • Fixe : 0826 308 408
  • Fax : 01 45 87 20 37
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale