Le site du Docteur Philippe CREUSVAUX

Autre
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Mon traitement peut entrainer une allergie au soleil - Le site du Docteur Philippe CREUSVAUX - Docvadis

Mon traitement peut entrainer une allergie au soleil

Différents médicaments peuvent entrainer une intolérance solaire encore appelée photosensibilisation. Afin que vous soyez immédiatement prévenu de ce risque, une alerte visuelle, ou pictogramme informatif, est apposée sur le conditionnement extérieur de ces traitements.

Que se passe-t-il en cas de photosensibilisation médicamenteuse ?

La photosensibilisation est une réaction anormale de la peau au soleil due à l’absorption d’un médicament ou à son application sur la peau. Deux mécanismes peuvent être à l’origine d’un tel phénomène.

Soit il s’agit d’un effet phototoxique lié directement au médicament. Cet effet est susceptible de se produire chez toutes les personnes prenant ce produit. Quelques heures après l’exposition solaire, survient l’équivalent d’un très violent coup de soleil au niveau des zones exposées. Des vésicules ou des bulles peuvent même apparaitre. La durée et l’intensité de l’exposition solaire n’explique pas une telle réaction qui est complètement disproportionnée. La peau retrouve son aspect normal progressivement à l'arrêt du médicament et/ou de l'exposition.

Soit il s’agit d’une photoallergie et, dans ce cas, seules certaines personnes, qui ont une prédisposition, auront une réaction (comme pour les allergies). La réaction au soleil ne survient que lors de la deuxième prise du médicament et n’apparait en général que 48 heures environ après l’exposition solaire. Par ailleurs, les lésions ressemblent plus à de l’eczéma ou à de l’urticaire qu’à un coup de soleil et elles peuvent se propager sur les zones de peau non exposées. Elles sont aussi plus longues à disparaitre qu’en cas de phototoxicité.  

Quels sont les médicaments en cause ?

De nombreux médicaments pris par voie orale sont photosensibilisants, notamment certains antibiotiques, des médicaments utilisés en cardiologie, en psychiatrie ou en dermatologie. Après application locale, certaines pommades antiallergiques, anti-inflammatoires ou anti-acnéiques, ainsi que différents antiseptiques et huiles essentielles, sont également photosensibilisants.

Que faire en cas de risque de photosensibilisation par phototoxicité ou photoallergie ?

Le risque de photosensibilisation est indiqué par le pictogramme ci-dessus. Si vous prenez un tel traitement, il ne faut pas vous exposer au soleil, ni aux UV artificiels d’une cabine de bronzage. Une exposition peu prolongée et uniquement sur le décolleté, le visage ou les mains, peut suffire à provoquer la réaction. Il vous faudra ainsi éviter tout contact direct avec le soleil : mise à l’ombre systématique, protection vestimentaire (chapeaux à larges bords et vêtements couvrants) et protection solaire avec une crème à indice maximal.

Si votre médecin vous a prescrit un médicament photosensibilisant et qu’il va être difficile de vous protéger du soleil, n’hésitez pas à en parler avec lui. Il pourra éventuellement le remplacer par un produit équivalent non photosensibilisant ou envisager un arrêt momentané de votre traitement.

 

Cabinet médical

28 BIS RUE BERLIER ,
21000 DIJON, France

Contacts

  • Fixe : 03 80 67 85 08
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je reconnais un grain de beauté suspect : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement comment reconnaitre un grain de beauté suspect. Un grain de beauté est sans gravité. Mais lorsqu’il se modifie en forme, en couleur ou en diamètre, il faut demander un avis médical afin de dépister rapidement un éventuel mélanome. L’auto surveillance est donc primordiale. Votre dermatologue pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Top 5 des comportements de mon ado qui doivent m’alerter

    A l’adolescence, des changements physiques et psychologiques s’opèrent chez votre enfant. Ces bouleversements peuvent être à l’origine de désaccords avec vous, mais aussi d’une grande souffrance pouvant l’amener à développer des troubles du comportement alimentaire ou à avoir des idées suicidaires. Comment faire la différence entre des conflits souvent associés à l’adolescence et les comportements à risques ?

    Lire la suite
  • Diabétique, je réduis mes risques cardiovasculaires : les bons conseils

    Votre diabète, s’il est mal contrôlé, peut provoquer de l’athérosclérose, et petit à petit vos artères se bouchent. Cela peut entrainer des problèmes au cœur, au cerveau et aux jambes. La prévention des atteintes cardiovasculaires est fondamentale. Voici quelques conseils simples à suivre.

    Lire la suite
  • Je fais le point sur les dépistages du cancer sur « vosconseilsdepistage.e-cancer.fr »

    Le dépistage permet d’identifier au plus tôt un cancer pour le traiter à un stade précoce et favoriser les chances de guérison. Dans certains cas, il peut même éviter le développement de la maladie grâce au repérage et au traitement d’une lésion précancéreuse. vosconseilsdepistage.e-cancer.fr propose de faire le point sur les dépistages recommandés à chaque âge. Ce service ne remplace pas l'avis d'un professionnel de santé.

    Lire la suite
  • Mon adolescent a des idées suicidaires

    L’adolescence est une période sensible au cours de laquelle s’opèrent de nombreux changements aux niveaux physique et psychologique. Ces bouleversements peuvent être à l’origine d’une grande souffrance et amener les adolescents à penser au suicide. Environ 1000 jeunes de moins de 25 ans se donnent la mort chaque année.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale