Le site du Docteur Philippe DUCAMP

Médecine Physique Et Réadaptation
Conventionnement : Exercice hospitalier
Carte Vitale Acceptée
Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde - Le site du Docteur Philippe DUCAMP - Docvadis

Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde

Après l’infarctus du myocarde, une fois rentré chez soi, il est nécessaire d’épargner son cœur tout en entretenant sa forme.

Je viens d’avoir un infarctus du myocarde. Qu’est-ce que cela va changer ?

L’une des artères qui irrigue votre cœur – une artère coronaire – s’est bouchée et a entraîné un infarctus du myocarde, ou crise cardiaque.

Ce premier épisode signale que d’autres peuvent suivre.

En conséquence, vous devez désormais faire le nécessaire pour prévenir un nouvel infarctus du myocarde en modifiant votre mode de vie.

Puis-je et dois-je faire du sport ?

Votre cœur a souffert, il va falloir l’épargner. Attention, cela ne veut surtout pas dire « ne rien faire » !

Il est très important de continuer à avoir une activité physique régulière et adaptée une fois qu'un premier bilan a été effectué et vous y autorise.

Quel type d’activité dois-je pratiquer ?

Les activités, comme la marche, la gymnastique douce, le cyclisme, la natation (eau à plus de 20° C), sont recommandées.

Ne vous épargnez pas les escaliers, mais montez-les doucement.

Attention, faire un effort lorsqu’il fait froid peut entraîner des symptômes d’angine de poitrine.

Dans tous les cas, il est nécessaire de bien s’échauffer et de démarrer progressivement.

Puis-je avoir des rapports sexuels ?

L’activité sexuelle est une activité physique sollicitant modérément le cœur.

Elle peut reprendre normalement dès que vous vous sentez capable de fournir un effort modéré.

Dois-je suivre un régime particulier ?

Le surpoids, le diabète, l’hypertension et surtout l’excès de cholestérol augmentent le risque d’un nouvel infarctus du myocarde.

Vous devez avoir une alimentation équilibrée :

  • manger peu gras,

  • limiter les produits très salés si vous êtes hypertendu,

  • limiter les produits trop sucrés si vous êtes diabétique.

Si vous êtes en surpoids, vous fatiguez excessivement votre cœur. Il est nécessaire de revenir à un poids de forme établi avec l’aide de votre médecin.

Suis-je vraiment obligé d’arrêter de fumer ?

Oui ! Il est absolument nécessaire d’arrêter le tabac.

Pour arrêter plus facilement et sans reprendre de poids, il est parfois nécessaire dese faire assister par une personne compétente, que ce soit votre médecin ou un spécialiste de la question dans un service de tabacologie à l’hôpital.

Notez que le fait d’avoir une activité physique régulière et adaptée, après un premier bilan, aide réellement à arrêter de fumer.

Combien de temps vais-je devoir prendre des médicaments ?

Votre médecin vous a prescrit un traitement qu’il faut suivre rigoureusement, à vie.

Si vous pensez subir des effets secondaires gênants, n’arrêtez surtout pas votre traitement, mais contactez votre médecin ou parlez-en lors de la prochaine consultation.

Dois-je bénéficier d’un suivi médical particulier ?

Vous devez désormais consulter régulièrement votre médecin traitant.

En outre, votre cardiologue devra réaliser un bilan cardiaque régulier.

Les consultations seront rapprochées dans les mois qui suivent votre infarctus du myocarde, puis s’espaceront si vous suivez bien les recommandations précédentes.

Le stress peut-il provoquer un nouvel infarctus du myocarde ?

Le stress augmente subitement le travail de votre cœur. Il le fatigue.

Il est préférable de se réhabituer progressivement aux activités stressantes comme la conduite automobile, les transports en commun aux heures de pointe, certaines situations professionnelles…

Puis-je reprendre mon travail ?

Si votre travail ne nécessite pas un travail musculaire intense, une reprise est possible, et même fortement recommandée après la période de convalescence.

Après l’infarctus du myocarde, il est nécessaire d’adopter un mode de vie entretenant la bonne forme du cœur : avoir une activité physique régulière et adaptée, surveiller son alimentation, arrêter définitivement le tabac, suivre son traitement et limiter les stress inutiles. La reprise du travail est recommandée.

USDax RUGBY pro Landes


Coordination Médicale USDAX Rugby, 40100 Dax,
58 route de Saubagnacq 40 100 Dax , 40100 Dax, France

Contacts

Téléphone : 05 58 56 89 72

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Salies de Béarn


Médecine physique et réadaptation fonctionnelle, 3 Boulevard Saint Guily Salies de Béarn, 64270 Salies de Béarn, France

Contacts

Téléphone : 05 59 38 75 26

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Ecole de l'asthme : pour apprendre à mieux vivre avec mon asthme

    L’éducation thérapeutique permet de bien gérer son asthme au quotidien. Elle est dispensée par un médecin pédiatre, pneumologue, allergologue, généraliste ou dans des sites spécialisés d’éducation et de soins.

    Lire la suite
  • J’ai une BPCO et je vais avoir une anesthésie

    Avant toute intervention chirurgicale chez une personne souffrant de BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive), l’anesthésiste doit évaluer la sévérité des troubles respiratoires afin de prendre les précautions nécessaires pour réaliser l’anesthésie en toute sécurité et faciliter les suites post-opératoires.

    Lire la suite
  • Je ressens des douleurs vives sur un côté de mon visage : qu’est-ce que c’est ?

    Si vous ressentez de violentes douleurs au niveau du visage, cela peut être le signe d’une névralgie du trijumeau. La névralgie du trijumeau, aussi appelée névralgie faciale, est une inflammation du nerf trijumeau, qui innerve une partie du visage.

    Lire la suite
  • Diabète et nerfs

    L'excès de sucre dans le sang, en cas de diabète mal équilibré, peut entraîner des lésions de vos nerfs. Cette complication du diabète, longtemps discrète, impose la vigilance. Vous apprendrez à bien surveiller vos pieds s'ils deviennent insensibles. Une petite plaie peut entraîner une gangrène d'un orteil, et même du pied. Vous devez être examiné au moins une fois par an pour dépister et prévenir ces complications.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale