Le site du Docteur Philippe DUCAMP

Médecine Physique Et Réadaptation
Conventionnement : Exercice hospitalier
Carte Vitale Acceptée
Je ressens des douleurs vives sur un côté de mon visage : qu’est-ce que c’est ? - Le site du Docteur Philippe DUCAMP - Docvadis

Je ressens des douleurs vives sur un côté de mon visage : qu’est-ce que c’est ?

Si vous ressentez de violentes douleurs au niveau du visage, cela peut être le signe d’une névralgie du trijumeau. La névralgie du trijumeau, aussi appelée névralgie faciale, est une inflammation du nerf trijumeau, qui innerve une partie du visage.

Qu’est-ce que la névralgie du trijumeau ? 

La névralgie du trijumeau est une inflammation du nerf trijumeau, responsable de la sensibilité d’une partie du visage et de la mobilité des muscles de la mastication. Elle est également appelée névralgie faciale. 

La névralgie du trijumeau provoque des douleurs vives sur un seul côté du visage qui s’apparentent à de petites décharges électriques survenant lors de situations banales telles que boire, manger, sourire, etc. La maladie se caractérise également par des contractions des muscles du visage, dues à la douleur, qui entraînent des grimaces ou des tics douloureux. 

Quelles sont les causes de la névralgie du trijumeau ? 

Il existe deux types de névralgie du trijumeau : la névralgie essentielle du trijumeau, sans cause identifiée, et la névralgie secondaire du trijumeau qui est un symptôme d’une autre pathologie. 

Une névralgie essentielle du trijumeau peut avoir différentes causes :

-         un contact entre le nerf et un vaisseau sanguin qui, en exerçant une pression, gêne le cheminement normal du message nerveux,

-         une activité électrique anormalement élevée le long du nerf trijumeau. 

La névralgie secondaire du trijumeau apparaît en présence d’autres pathologies comme la sclérose en plaques ou encore un anévrisme ou une tumeur. 

Quand consulter et quels sont les traitements de la névralgie du trijumeau ? 

Si vous ressentez fréquemment des douleurs au visage et si aucun antidouleur classique ne vous soulage, n’hésitez pas à en parler à votre médecin. Si le diagnostic de névralgie du trijumeau est avéré, il vous prescrira des examens complémentaires comme un scanner cérébral, une IRM ou des analyses sanguines afin de définir s’il s’agit d’une névralgie essentielle ou secondaire. 

Si les examens révèlent qu’une pathologie est à l’origine de la névralgie, c’est le traitement de cette pathologie qui permettra de soulager les symptômes douloureux. 

S’il n’existe pas de cause spécifique, votre médecin vous proposera un traitement médicamenteux. La plupart du temps, il s’agira de médicaments de la famille des antiépileptiques. Si la douleur persiste malgré ce traitement, une intervention chirurgicale pourra être envisagée, le plus souvent pour décomprimer le nerf directement grâce à une incision ou par thermocoagulation. La thermocoagulation utilise la chaleur pour détruire de façon sélective les fibres nerveuses qui transportent les stimuli douloureux vers le cerveau, tout en conservant la sensibilité du visage. Votre médecin vous expliquera les modalités de ces interventions et les éventuels risques associés, et répondra à toutes vos questions.  

Névralgie faciale et névralgie du nerf facial, est-ce la même chose ? 

Non, la névralgie faciale résulte de l’inflammation du nerf trijumeau. La névralgie du nerf facial est, comme son nom l’indique, une atteinte du nerf facial qui contrôle une partie des récepteurs du goût et la sensibilité du conduit auditif, du pavillon et de la peau de l’arrière de l’oreille.

 La névralgie du nerf facial provoque des douleurs intenses dans la profondeur de l’oreille et parfois des troubles lacrymaux, salivaires et du goût qui peuvent être douloureux. Elle peut, elle aussi, être essentielle, c'est-à-dire due à une atteinte directe d’une branche du nerf facial appelée nerf intermédiaire, ou la conséquence d’une autre pathologie (zona, tumeur, maladie neurodégénérative, etc.). 

La névralgie essentielle du trijumeau touche environ 5 personnes sur 100 000, particulièrement les femmes à partir de 50 ans.

 

 

USDax RUGBY pro Landes


Coordination Médicale USDAX Rugby, 40100 Dax,
58 route de Saubagnacq 40 100 Dax , 40100 Dax, France

Contacts

Téléphone : 05 58 56 89 72

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle de Salies de Béarn


Médecine physique et réadaptation fonctionnelle, 3 Boulevard Saint Guily Salies de Béarn, 64270 Salies de Béarn, France

Contacts

Téléphone : 05 59 38 75 26

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Ecole de l'asthme : pour apprendre à mieux vivre avec mon asthme

    L’éducation thérapeutique permet de bien gérer son asthme au quotidien. Elle est dispensée par un médecin pédiatre, pneumologue, allergologue, généraliste ou dans des sites spécialisés d’éducation et de soins.

    Lire la suite
  • J’ai une BPCO et je vais avoir une anesthésie

    Avant toute intervention chirurgicale chez une personne souffrant de BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive), l’anesthésiste doit évaluer la sévérité des troubles respiratoires afin de prendre les précautions nécessaires pour réaliser l’anesthésie en toute sécurité et faciliter les suites post-opératoires.

    Lire la suite
  • Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde

    Après l’infarctus du myocarde, une fois rentré chez soi, il est nécessaire d’épargner son cœur tout en entretenant sa forme.

    Lire la suite
  • Diabète et nerfs

    L'excès de sucre dans le sang, en cas de diabète mal équilibré, peut entraîner des lésions de vos nerfs. Cette complication du diabète, longtemps discrète, impose la vigilance. Vous apprendrez à bien surveiller vos pieds s'ils deviennent insensibles. Une petite plaie peut entraîner une gangrène d'un orteil, et même du pied. Vous devez être examiné au moins une fois par an pour dépister et prévenir ces complications.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale