Le site du Docteur philippe bardon

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Quiz alcool : savez-vous reconnaître une consommation excessive d’alcool ? - Le site du Docteur philippe bardon - Docvadis

Quiz alcool : savez-vous reconnaître une consommation excessive d’alcool ?

On a parfois tendance à minimiser sa propre consommation d’alcool et les risques liés à son abus. Assurez-vous que vous avez les bons repères. Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz. Votre médecin pourra vous aider ensuite à faire le point.

 

Quiz Alcool

 

Question 1 : 

On parle de consommation excessive d’alcool

1ère réponse : VRAI

C’est en effet un bon test pour évaluer sa consommation d’alcool. Si cette abstinence a été difficile ou que vous n’êtes n’y êtes pas parvenu, parlez-en avec votre médecin.

2ème réponse : FAUX

La consommation d’alcool se mesure en unités d’alcool. Une unité d’alcool correspond à 10 g d’alcool soit la quantité normalement contenue dans chaque verre de boisson alcoolisée servi dans un bar (exemples : 25 cL de bière, 10 cL de vin, 6 cL de vin cuit ou 3 cL de whisky). L’Organisation mondiale de la santé a établi le seuil au-delà duquel la consommation d’alcool constitue un risque pour la santé à 14 unités d’alcool par semaine chez les femmes et à 21 unités pour les hommes. C’est moins qu’un litre d’alcool fort qui contient plus de 30 unités d’alcool. Dans certains cas, ces seuils sont abaissés comme durant la grossesse ou en cas d’hépatite virale par exemple.

3ème réponse : FAUX

La consommation d’alcool est mesurée en unité d’alcool, qui correspond à 10 g d’alcool quelle que soit la boisson concernée. Une consommation excessive de vin ou de bière peut être aussi problématique que du whisky.

4ème réponse : FAUX

On peut avoir une consommation excessive d’alcool sans boire tous les jours.

5ème réponse : VRAI

L’alcool crée une dépendance. La recherche de doses plus importantes est un symptôme de cette addiction.

Question 2 : 

En consommant de l’alcool de manière excessive, je risque

1ère réponse : VRAI

Très toxique pour le cerveau, l’alcool est responsable de crises d’épilepsie, d’une atteinte des nerfs nommée polynévrite, d’une diminution des facultés intellectuelles, d’anxiété, de dépressions, d’insomnies, de troubles de la mémoire, voire de suicide.

2ème réponse : FAUX

Vous ne perdrez pas vos cheveux mais la consommation excessive d’alcool favorise le développement et l’aggravation de l’hypertension artérielle et des accidents cardio-vasculaires.

3ème réponse : VRAI

Les cancers de la bouche, de la gorge, du larynx, de l’oesophage et du foie peuvent être directement liés à votre consommation d’alcool. Des études montrent aussi que l’alcoolisme est associé à l’apparition d’autres cancers (sein, pancréas, colorectal…).

4ème réponse : VRAI

L’alcool est un poison pour le foie. Il provoque des stéatoses alcooliques, des cirrhoses alcooliques et aggrave les maladies du foie telles que les hépatites chroniques.

5ème réponse : VRAI

La conduite en état d’ivresse, les rapports sexuels non protégés, les infractions à la loi, les comportements agressifs ou au contraire la vulnérabilité aux agressions... sont autant de situations dangereuses favorisées par l’abus d’alcool.

Vous avez répondu correctement à l’ensemble des questions : bravo !Si vous souhaitez des précisions, parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien. Il répondra aux questions que vous vous posez et saura vous informer et vous conseiller. Des documents figurant sur le site de votre médecin peuvent également vous apporter des réponses.


 

 

Cabinet médical La Souche

26 rue de Reims , 02150 SISSONNE, France

Contacts

Téléphone : 03 23 80 47 75

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie

    Le diabète de type 2 est une maladie qui progresse en France comme dans les autres pays industrialisés. Dépister le diabète, c’est éviter les complications et préserver votre qualité de vie.

    Lire la suite
  • Comment diminuer ou arrêter ma consommation excessive d’alcool ?

    L’alcool consommé en excès met votre vie en danger. Il peut être responsable de pathologies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques et cancéreuses, de dommages sociaux et d’accidents de la route. De nombreuses solutions existent pour vous accompagner et vous aider à réduire ou arrêter votre consommation d'alcool.

    Lire la suite
  • Je réduis mon aérophagie : les bons conseils

    L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant. Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie. Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Certaines règles pratiques permettent de réduire ce phénomène. Voici quelques conseils simples à respecter.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale