Le site du Docteur philippe bardon

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je souffre de céphalées de tension - Le site du Docteur philippe bardon - Docvadis

Je souffre de céphalées de tension

Les céphalées de tension touchent plusieurs millions de Français, mais c’est néanmoins une affection mal connue qui peut avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie. Comme la migraine, ce sont des maux de tête chroniques.

Comment savoir si ce n'est pas une migraine ?

La céphalée de tension est un type particulier de maux de tête. Elle se distingue de la migraine par plusieurs signes.

  • Ce sont des maux de tête dits « en casque », car ils prennent l'ensemble de la tête et non une partie, comme la migraine.

  • La tête semble prise comme dans un étau avec une tension dans la nuque et le front et parfois des douleurs ou une sensation de fourmillements dans le cuir chevelu.

  • En général, la douleur n'est pas « pulsatile », c'est-à-dire qu'elle ne fait pas ressentir de battements dans les tempes.

  • Le plus souvent, il n'y a pas ces sensations de nausées, de gênes liées au bruit ou à la lumière souvent décrites par les migraineux.

  • L'évolution est progressive, et non par crises ou par poussées.

  • Contrairement à la migraine, ces maux de tête ne sont généralement pas aggravés par l'effort.

Quelles sont les causes de mes céphalées ?

Trop souvent, ces céphalées sont perçues comme de petites migraines moins graves et moins handicapantes ou bien comme l'expression de troubles psychiques.
Ces douleurs sont certainement l'expression d'un problème ou d'un mal non connu ou non défini. Une sorte de signal d'alarme.
Les causes sont encore mal connues, mais elles peuvent être :

  • Psychologiques. Liées au stress, à une angoisse en rapport avec la vie sociale, familiale ou professionnelle. Parfois, ces céphalées s'estompent ou disparaissent pendant la durée des congés ou lors d'un changement de situation personnelle ou professionnelle.

  • Physiologiques. Liées à un problème de vertèbre, suite soit à un traumatisme, soit à une mauvaise position avec une contraction des muscles du dos, du cou et des épaules.

  • Liées à une prédisposition génétique. Cette prédisposition peut être la cause d'un mauvais fonctionnement du contrôle interne de la douleur.

Quelles peuvent être les conséquences ?

La conséquence majeure est une dégradation de la qualité de vie.
La vie professionnelle peut être perturbée (absentéisme, difficultés de concentration).
La vie sociale se trouve souvent troublée, essentiellement par le manque de compréhension de l'entourage et des proches.
Les maux de tête fréquents sont très culpabilisants et peuvent entraîner des angoisses et un sentiment de malaise en société.
L'autre conséquence est le risque d'abus médicamenteux et pas toujours adaptés.

Quels sont les traitements ?

Le traitement d'une céphalée de tension doit être adapté à chaque cas.
Plusieurs types de traitement peuvent être associés pour une meilleure efficacité.

Les traitements médicamenteux :

  • Les médicaments classiques, comme les antalgiques (anti-douleurs), sont les plus souvent prescrits. Ils peuvent néanmoins entraîner une dépendance et un abus médicamenteux. D'autres médicaments sont destinés à améliorer l'état général et psychologique, comme certains tranquillisants ou antidépresseurs.

Les traitements non médicamenteux :

  • Les psychothérapies comportementales destinées à trouver des événements ou une situation qui pourraient être soit à l'origine, soit un facteur favorisant.

  • Les techniques de relaxation (sophrologie, hypnose) qui doivent être pratiquées par des professionnels et en accord avec le médecin traitant.

  • Les traitements mécaniques (kinésie, ostéopathie, massages) qui sont des compléments visant à soulager les contractions musculaires liées aux céphalées.

  • De nombreux autres traitements peuvent être proposés en complément (acupuncture, cryothérapie, ultrasons, etc.).

Certains traitements ont prouvé leur efficacité, d'autres ne sont que des techniques adjuvantes. Seul votre médecin peut vous conseiller ou vous orienter.    
Quelle que soit l'intensité de la douleur, ne dépassez jamais la dose prescrite par votre médecin. Le traitement ne sera pas plus efficace. Il pourrait même avoir des effets secondaires importants, parfois graves, ou ne plus être efficace.

La céphalée de tension peut être considérée comme une maladie grave au regard de la dégradation de la qualité de vie.
Une cause éventuelle doit être recherchée, et cela peut demander beaucoup de temps.
Il n'existe pas de médicament miracle, mais l'association de plusieurs modes de traitement peut améliorer la fréquence et l'intensité des céphalées.
Demandez conseil  à votre médecin avant de prendre des médicaments ou de suivre un traitement.

Cabinet médical La Souche

26 rue de Reims ,
02150 SISSONNE, France

Contacts

  • Fixe : 03 23 80 47 75
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie

    Le diabète de type 2 est une maladie qui progresse en France comme dans les autres pays industrialisés. Dépister le diabète, c’est éviter les complications et préserver votre qualité de vie.

    Lire la suite
  • Comment diminuer ou arrêter ma consommation excessive d’alcool ?

    L’alcool consommé en excès met votre vie en danger. Il peut être responsable de pathologies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques et cancéreuses, de dommages sociaux et d’accidents de la route. De nombreuses solutions existent pour vous accompagner et vous aider à réduire ou arrêter votre consommation d'alcool.

    Lire la suite
  • Je réduis mon aérophagie : les bons conseils

    L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant. Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie. Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Certaines règles pratiques permettent de réduire ce phénomène. Voici quelques conseils simples à respecter.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale