Le site du Docteur philippe bardon

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
En savoir davantage sur l'infarctus du myocarde - Le site du Docteur philippe bardon - Docvadis

En savoir davantage sur l'infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde touche tous les ans environ 120 000 personnes en France. Le risque de décès peut être fortement diminué si chacun connaît les signes d’alerte et les bons réflexes à adopter.

Qu’est-ce qu’un infarctus du myocarde ?

L’infarctus du myocarde est le terme médical utilisé pour parler de crise cardiaque (le myocarde est le muscle cardiaque).
Lorsque les artères qui irriguent le muscle cardiaque se bouchent, l’apport en oxygène des cellules de votre cœur est réduit. Ces cellules, qui ne sont plus suffisamment oxygénées, meurent, ce qui provoque une destruction plus ou moins étendue de votre muscle cardiaque.
Si l’infarctus est important, votre cœur peut se retrouver dans l’incapacité d’assurer son rôle de pompe. En l’absence de traitement, le cerveau peut manquer d’oxygène et entraîner un malaise avec perte de connaissance. Si l’infarctus est très étendu, le cœur peut s’arrêter.

Qu’est-ce qui peut provoquer un infarctus ?

Souvent, le responsable est un dépôt de graisses sur la paroi des artères du cœur (artères coronaires), qui réduit le débit sanguin. Plus rarement, il s’agit d’une artère qui se contracte et provoque cette baisse du débit sanguin.

Reconnaître les signes d’alarme

  • Des douleurs d’intensité variable dans la poitrine. Quelle que soit leur intensité, elles donnent la sensation d’avoir un poids ou une barre sur le sternum. Elles peuvent durer de quelques minutes à quelques heures. On a une sensation angoissante de serrement comme dans un étau.

  • Parfois, ces douleurs se propagent dans les bras, la mâchoire et s'accompagnent d’une difficulté à respirer.

  • Elles peuvent être accompagnées de fatigue, de sueurs, de nausées, de vomissements ou même d’une légère fièvre.

  • Et, parfois, il n’y a pas de signe.Près d’un quart des infarctus du myocarde ne s’accompagnent pas de signes typiques. Et ceci est particulièrement vrai chez les femmes. D’une manière générale, les femmes se plaignent moins que les hommes. Par ailleurs, leurs symptômes passent plus souvent inaperçus. En particulier, la  douleur dans la poitrine est moins fréquente chez les femmes que chez les hommes. Un essoufflement ou des palpitations à l’effort, ou au repos, associées à une grosse fatigue, ou encore des symptômes évoquant des problèmes digestifs  (nausées, vomissements, sueurs, douleurs dans le creux de l’estomac) peuvent représenter des signes d’infarctus chez les femmes, plus souvent que chez les hommes

Pas une minute à perdre

En cas de douleur intense et prolongée dans la poitrine, ou si vous êtes témoin de l’apparition de ces symptômes chez quelqu’un, appelez immédiatement le 15 ou le 18.En cas d’infarctus, le SAMU acheminera le patient dans une unité de cardiologie interventionnelle dans les plus brefs délais.

Cabinet médical La Souche

26 rue de Reims , 02150 SISSONNE, France

Contacts

Téléphone : 03 23 80 47 75

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie

    Le diabète de type 2 est une maladie qui progresse en France comme dans les autres pays industrialisés. Dépister le diabète, c’est éviter les complications et préserver votre qualité de vie.

    Lire la suite
  • Comment diminuer ou arrêter ma consommation excessive d’alcool ?

    L’alcool consommé en excès met votre vie en danger. Il peut être responsable de pathologies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques et cancéreuses, de dommages sociaux et d’accidents de la route. De nombreuses solutions existent pour vous accompagner et vous aider à réduire ou arrêter votre consommation d'alcool.

    Lire la suite
  • Je réduis mon aérophagie : les bons conseils

    L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant. Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie. Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Certaines règles pratiques permettent de réduire ce phénomène. Voici quelques conseils simples à respecter.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale