Le site du Docteur philippe bardon

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques - Le site du Docteur philippe bardon - Docvadis

Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

En quoi consiste le dépistage national du cancer colorectal ?

Le dépistage organisé est réalisé avec un test immunologique qui  permet de détecter la présence de traces de sang invisibles à l’œil nu dans les selles. Depuis mai 2015, un nouveau test immunologique plus simple et plus performant est utilisé. Ce test de dépistage (comme le précédent) est proposé de façon systématique aux personnes âgées de plus de 50 ans n’ayant aucun symptôme ni aucun symptôme personnel ou familial de cancer colo-rectal ou de polype. Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous recevrez ainsi à votre domicile, tous les deux ans, un courrier vous invitant à consulter votre médecin traitant au sujet du dépistage du cancer colorectal. Si votre médecin le juge adapté à votre situation, il vous remettra le test de dépistage gratuitement et vous expliquera comment l’utiliser. Ce test est facile à réaliser, rapide et indolore. L'analyse du test est prise en charge à 100 % par l'Assurance maladie sans avance de frais. Si vous avez dépassé l'âge du dépistage systématique prévu dans le programme national  (plus de 74 ans) il est également recommandé de réaliser régulièrement un tel dépistage. Parlez-en à votre médecin. 

En quoi consiste la surveillance des patients à risque ?

Chez les personnes ayant un antécédent personnel ou familial de cancer colorectal ou de polype, et chez des patients souffrant d'une maladie inflammatoire chronique du côlon et/ou du rectum, il faut réaliser une coloscopie. La recherche de sang dans les selles est inadaptée dans ces situations.

Dans le cadre de la surveillance d'un polype, le rythme des coloscopies sera modulé selon sa nature et sa taille. En effet, en moyenne, on estime qu’un polype met cinq ans environ pour passer d’une forme bénigne à une forme cancéreuse et être ainsi, à l’origine d’un cancer au niveau du côlon. En fonction de leur taille ou de leur aspect, certains polypes sont plus à risque que d’autres. Parfois, l’évolution peut se faire en seulement quelques mois. Il est donc important de respecter les consignes données par votre médecin.

La coloscopie consiste à introduire par l’anus un endoscope, tube souple muni d'une caméra (fibre optique), de diamètre inférieur à 1 cm qui permet de visualiser le tube digestif de l'anus jusqu'au caecum. Le plus souvent, elle est réalisée en ambulatoire, sous anesthésie générale. Le médecin vous informera des précautions et des risques éventuels.

Quels sont les symptômes du cancer colorectal ?

Les symptômes de début sont souvent très discrets et leur persistance doit faire l'objet d'une consultation.

  • La modification persistante du transit par rapport à l'habitude, que ce soit une diarrhée, une constipation ou l'alternance des deux.

  • Des douleurs abdominales.

  • La présence de sang dans les selles, des selles noires.

  • Une fatigue, un amaigrissement.

  • La découverte d’une anémie.

Ces signes ne traduisent pas toujours un cancer et peuvent être aussi les signes d'autres maladies.

Comment établit-on le diagnostic de cancer colorectal ?

C’est d’abord l’interrogatoire, avec un examen clinique, qui permet d'envisager la situation. Ensuite, le médecin peut prescrire une coloscopie. Cette exploration endoscopique du rectum et du côlon permet d'établir le diagnostic. Les prélèvements (ou biopsies) sont réalisés dans le même temps sur les zones anormales.

Le diagnostic de cancer ne pourra être ensuite affirmé que par l'analyse des échantillons prélevés, par un laboratoire d'anatomopathologie.

Parfois, le diagnostic formel de cancer colorectal n’est posé que lors de l’intervention chirurgicale : la tumeur extraite par le chirurgien est alors analyséependant l’opération et surtout après l'opération, par le laboratoire d’anatomopathologie.

Le diagnostic du cancer du côlon est une étape cruciale qui va permettre de vous prescrire le traitement le plus efficace en fonction du type et du stade d’évolution. Plus le diagnostic est précoce, plus les chances de guérison sont grandes.

Le nombre de cas de cancer colorectal augmente avec l’avancée en âge. N’hésitez pas à consulter au moindre doute, en particulier si vous notez la présence de sang dans vos selles.

Cabinet médical La Souche

26 rue de Reims , 02150 SISSONNE, France

Contacts

Téléphone : 03 23 80 47 75

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie

    Le diabète de type 2 est une maladie qui progresse en France comme dans les autres pays industrialisés. Dépister le diabète, c’est éviter les complications et préserver votre qualité de vie.

    Lire la suite
  • Comment diminuer ou arrêter ma consommation excessive d’alcool ?

    L’alcool consommé en excès met votre vie en danger. Il peut être responsable de pathologies hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques et cancéreuses, de dommages sociaux et d’accidents de la route. De nombreuses solutions existent pour vous accompagner et vous aider à réduire ou arrêter votre consommation d'alcool.

    Lire la suite
  • Je réduis mon aérophagie : les bons conseils

    L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant. Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie. Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Certaines règles pratiques permettent de réduire ce phénomène. Voici quelques conseils simples à respecter.

    Lire la suite
  • BPCO : je comprends ma maladie

    La BPCO est une maladie chronique d'origine respiratoire principalement due au tabagisme. Elle s’installe lentement, de manière insidieuse et silencieuse. Tousser et cracher au réveil n’est pas normal. Il est important de faire mesurer son souffle pour dépister et prendre en charge cette maladie précocement.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale