Le site du Docteur Philippe DAGOUSSET

Autre
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Je serai absent du 31/07/2018 au 29/08/2018
Pour un conseil vous pouvez me joindre au 06 63 07 99 94
En cas d'urgence aller au urgences de l'hôpital de Saint Cloud (CH4V, rue Lauer) ou appeler le 15 (SAMU)

Je pratique l'auto-surveillance glycémique - Le site du Docteur Philippe DAGOUSSET - Docvadis

Je pratique l'auto-surveillance glycémique

L’auto-surveillance consiste à mesurer soi-même son taux de sucre dans le sang (ou glycémie) au bout du doigt. Elle est conseillée dans certaines situations pour améliorer le contrôle du diabète et assurer votre sécurité.

Pourquoi pratiquer une auto-surveillance régulière ?

Le diabète estune maladie asymptomatique. Seule la mesure régulière de la glycémie permet de savoir où en est la maladie.

Pour suivre un traitement par insuline et adapter les doses, l’auto-surveillance est obligatoire.

L’auto-surveillance est également obligatoire chez les femmes qui deviennent diabétiques pendant leur grossesse (diabète gestationnel).

Dans les autres cas, elle n’est pas systématique. Mais elle est fortement conseillée si vous être traité par un médicament « insulino-secréteur » pour dépister et prévenir le risque d’hypoglycémie.

Enfin, vous pouvez y avoir recours pour apprécier les effets de votre alimentation, de votre activité physique et de votre traitement sur vos glycémies.

 

Quand vérifier votre glycémie ?

Cela dépend de votre traitement.

Si vous êtes traité par insuline seule : matin, midi et soir avant les repas, et au moins une fois par jour deux heures après le début d’un repas (3 ou 4 glycémies par jour).

Si vous êtes traité par insuline associée aux comprimés : tous les matins à jeun pour juger de l’effet de l’insuline, et au moins trois fois par semaine avant dîner pour juger l’effet des comprimés (10 glycémies par semaine).

Si vous êtes traité par comprimés, un ou deux cycles de glycémies chaque semaine à des moments variés de la journée : au réveil, deux heures après le début du déjeuner ou du dîner, avant le dîner (3 à 6 glycémies par semaine).

Pendant la grossesse, les glycémies, deux heures après les repas, sont les plus importantes, mais il faut également vérifier la glycémie à jeun (4 glycémies par jour).

Si vous utilisez l’auto-surveillance à but « éducatif » pour apprécier l’effet de vos conduites sur la glycémie, il faut surtout la réaliser deux heures après le début d’un repas et au moment d’un effort physique.

 

Comment surveiller votre glycémie ?

Il existe plusieurs types de lecteurs de glycémie, mais le principe reste toujours le même : piquez un doigt en évitant le pouce et l’index et en réglant la force de l’auto-piqueur au minimum efficace, déposez ou aspirez la goutte de sang sur la bandelette.

Les résultats sont exprimés en milligrammes par décilitre.

La précision des appareils est de l'ordre de plus ou moins 10 % par rapport à la glycémie mesurée en simultané au laboratoire.

 

Quelles précautions prendre ?

Lavez-vous les mains au savon doux, rincez à l’eau tiède, séchez parfaitement (attention, la présence de sueur ou de sucre sur les doigts fausse le résultat).

N’utilisez pas d’alcool, cela risque de fausser le résultat.

Vérifiez la date de péremption des bandelettes.

Nettoyez régulièrement votre lecteur et veillez à le calibrer à chaque changement de boîte de bandelettes (sauf lecteur sans codage).

 

Que devez-vous noter ?

Il est indispensable de noter sur un carnet de surveillance : d’une part les glycémies mesurées, d’autre part les situations correspondantes de la vie courante et, enfin, vos observations (sensation ressentie, réaction, etc.).

N’oubliez pas d’apporter votre carnet à chaque consultation.

 

Quels sont les résultats attendus ?

Les valeurs suivantes correspondent à une HbA1c< 7 %.

  • A jeun : entre 0,80 et 1,40 g/l (ou 80 à 140 mg/dl).

  • 2 heures après le début d’un repas : moins de 1,60 g/l (ou 160 mg/dl).

  • Avant dîner : entre 0,70 et 1,20 g/l (70 à 120 mg/dl).

 

 

Le principe est le même, quel que soit votre type de lecteur de glycémie : piquez un doigt et déposez une goutte de sang sur la bandelette. Puis insérez la bandelette dans le lecteur.quez un doigt et déposez une goutte de sang sur la bandelette. Puis insérez la bandelette dans le lecteur. 

Que faire des aiguilles, seringues et lancettes usagées ?

Votre matériel d’auto-surveillance glycémique est considéré comme un Déchet d’activité de soins à risque infectieux et assimilé (ou D.A.S.R.I.). A ce titre, il doit être éliminé après usage dans un collecteur sécurisé pour prévenir tout risque de blessure accidentelle, afin de protéger l’environnement et les personnes. Ces collecteurs sont disponibles en pharmacie ou inclus dans certains kits.
Attention, votre pharmacien n’est pas tenu de récupérer vos collecteurs usagés. Renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre association locale de diabétiques pour savoir où et comment vous débarrasser des collecteurs pleins.
Ne pas partager certains appareils (auto-piqueurs).

Cabinet médical

94 AVENUE EDOUARD VAILLANT , 92100 BOULOGNE BILLANCOURT, France

Contacts

Téléphone : 09 81 82 15 99 (ligne directe)

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Hôpital de Saint-Cloud (Centre Hospitalier des 4 Villes)


Maternité, Rue Lauer , 92210 Saint-Cloud, France

Contacts

Téléphone : 01 77 70 78 00

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • AMP : pourquoi nous est-il proposé de consulter un psychologue ?

    Démarrer une procédure d’assistance médicale à la procréation (AMP) n’est jamais facile. Les couples sont en effet non seulement confrontés à des difficultés d’ordre médical, mais aussi d’ordre émotionnel. Le soutien d’un psychologue peut être utile à chaque étape du parcours de soins : dès le départ, pendant et/ou après la prise en charge. N’hésitez pas à parler de vos éventuelles difficultés avec l’équipe d’AMP qui s’occupe de vous.

    Lire la suite
  • AMP : une fécondation in vitro nous est proposée

    Près de 25 000 enfants naissent chaque année en France grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Tous ne sont toutefois pas issus de la même procédure. Trois techniques sont principalement utilisées : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la fécondation in vitro avec ICSI. Les protocoles commencent par une stimulation ovarienne.

    Lire la suite
  • En âge d'être ménopausée, je m'informe sur cette étape de la vie

    La femme passe par plusieurs épisodes dans sa vie. La ménopause n’est pas une maladie, mais un cap à passer. Il faut anticiper ce changement, afin de le vivre le mieux possible.

    Lire la suite
  • Je sais comment se déroule une consultation gynécologique

    La première consultation gynécologique est souvent redoutée par les jeunes filles. La lecture de ce document vous permettra d’être plus détendue et rassurée le jour de cette consultation.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale