Le site du Docteur Paule VERDINO

Gynécologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Témoignage de J. : je parle de mon viol pour le surmonter. - Le site du Docteur Paule VERDINO - Docvadis

Témoignage de J. : je parle de mon viol pour le surmonter.

Pendant longtemps, J. n’a pas parlé des agressions que le père de ses enfants lui a fait subir, pour les protéger. Aujourd’hui elle a compris qu’elle avait besoin d’aide et que sa guérison passerait par la condamnation de son agresseur. Voici son témoignage.

« L’homme qui m’a violé est le père de mes enfants et cela a été difficile de porter plainte car il était policier. Mes enfants ont beaucoup souffert à cause de ce qu’il a fait. Ils avaient 7 ans à l’époque, maintenant ils en ont 19.  Pendant tout ce temps, ils ont été privés de l’amour de leur mère car je n’étais plus capable d’être une maman. Je suis devenue une autre personne après ce viol. 

J’aimerais que justice soit faite pour que mes enfants comprennent ce que j’ai subi car ma vie est bousillée. J’essaye de vivre normalement mais je respire avec ça, je me lève avec ça, je dors avec ça et dès que je vois un policier je pense à ça. » 

Se libérer en parlant de l’agression 

J. a mis du temps avant de pouvoir parler de son viol car elle avait peur pour ses enfants. Elle a ensuite compris qu’elle ne pourrait pas avancer si son agresseur n’était pas condamné. 

« J’ai mis beaucoup de temps à parler de mon viol, cela m’a pris des années. Je n’ai pas de famille donc j’avais peur que mes enfants soient placés à la DDAS. J’avais très peur qu’on m’enlève mes enfants, j’étais complètement désorientée. Je me disais, " Il t’a donné tes deux enfants, c’est qu’il t’aime mais pourtant c’est lui ton bourreau. " 

Un jour, mon fils était invité à un anniversaire. J’étais dans la cuisine avec les parents de son ami et je me suis dit " Il faut que tu en parles ". Ce sont eux qui m’ont conseillé de déposer une plainte, mais ils m’ont dit d’aller voir la gendarmerie, pas la police, du fait de la profession du père de mes enfants. Après une audition qui a duré huit heures, on m’a convoquée pour une confrontation. Le jour de la confrontation,  j’étais assise sur une chaise très basse par rapport à celle de l’enquêteur et de mon agresseur. Le policier m’a demandé de raconter ce qu’il s’était passé. J’ai dit que j’avais été violée par l’homme qui était là, le père de mes enfants. Le policier a tout de suite minimisé en disant que c’était peut-être simplement plus fort que d’habitude. J’ai arrêté de répondre aux questions en précisant que je maintenais ma plainte. Trois semaines plus tard, j’ai reçu un courrier qui m’indiquait que l’affaire était classée. Depuis,  j’ai pris un avocat et j’attends un jugement. Tant que ce monsieur ne sera pas  passé devant un tribunal, je ne pourrai pas aller mieux. » 

Trouver le bon accompagnement 

Pendant longtemps J. ignorait qu’il existait des structures spécifiques pour accompagner les femmes victimes de violences.   

« Un jour j’ai fait un malaise dans la rue et j’ai été orientée vers l’hôpital. C’est à partir de ce moment j’ai été suivie. J’ai trouvé un médecin à l’écoute, habitué aux situations de violences conjugales, qui pose les bonnes questions. Elle sait que ces violences existent et donc elle peut aider les victimes. 

Si aujourd’hui je devais donner un conseil aux femmes qui sont victimes de viol et de violences, ce serait de composer le numéro de Violences femmes info 39 19 ou le 17. Il faut parler pour se faire aider par des services spécialisés qui sont là pour vous prendre en charge. Je ne savais pas que ces services existaient et si j’avais réussi à parler plus tôt, j’irais déjà mieux. Il ne faut pas avoir honte, il faut parler. » 

 

Pour savoir où vous adresser en cas d’agression : http://stop-violences-femmes.gouv.fr/

Appelez également le 3919. Appel anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés. Numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés. 

Villa St Michel 1 er étage

5 Avenue d'Alsace , 06240 Beausoleil, France

Contacts

Téléphone : 04 93 78 67 46
Fax : 09 71 70 66 72

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Victime de violences ou de discrimination, je cherche de l’aide sur le site Infofemmes.com

    Fondé en 1972 à l’initiative de l’État, le Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) est un relais essentiel de l’action des pouvoirs publics en matière d’accès aux droits pour les femmes, de lutte contre les discriminations sexistes et de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes.

    Lire la suite
  • Femme victime de violences, je trouve de l’aide

    Cette vidéo permet de découvrir qu’il existe des consultations pour les femmes qui subissent des violences sexuelles, psychologiques, physiques ou du harcèlement, depuis peu ou depuis des années. Votre médecin traitant est là pour vous écouter, les CeGIDD, Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic, proposent des consultations spécifiques. Ne restez pas seule avec votre souffrance. Demandez de l’aide.

    Lire la suite
  • Je trouve de l’aide sur le site stop-violence-femmes.gouv.fr

    Personne n’a le droit de vous imposer un acte sexuel que vous ne désirez pas. Quelles que soient les circonstances du viol ou de l’agression, vous n’y êtes pour rien. L’auteur des faits est le seul responsable. Le coupable, c’est votre agresseur. Que les faits soient anciens ou récents, il faut en parler à une personne en qui vous avez confiance, à un professionnel ou à une association spécialisée dans la lutte contre le viol et les violences faites aux femmes qui vous accompagnera. Le 3919 est à votre disposition pour vous écouter et vous guider.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale