Site du Docteur paul calfayan

Pédiatrie
Carte Vitale Non acceptée

La maladie

BRONCHIOLITE

1 – MESURES GÉNÉRALES POUR ÉVITER OU POUR SOIGNER UNE BRONCHIOLITE :

- Pratiquer des lavages fréquents du nez au sérum physiologique stérile, à raison d’un flacon plastique de 5 ml pour les 2 narines (surtout avant les repas et avant le coucher) ; utiliser un mouche-bébé si l’encombrement est important ;

- La température de la pièce doit être de 19° environ ; aérer la pièce ;

- Pas de fumée de tabac ;

- S’assurer que la literie est dépourvue de plumes ;

- Surélever la tête et les épaules (oreiller SOUS le matelas), enfant couché sur le dos (attention qu’il ne glisse pas !) ;

- Faire boire souvent de l’eau : environ ½ litre réparti dans la journée pour un enfant de 5 kg ; 1 litre pour un enfant de 10 kg ;

- Repas moins importants, mais plus fréquents et plus épais ;

- SE LAVER LES MAINS à l’eau et au savon AVANT de s’occuper du bébé (à défaut utiliser un gel hydro-alcoolique) ;

- Si on est soi-même malade, porter un petit MASQUE avant de s’occuper d’un jeune bébé ;

- Nettoyer (eau et savon) les objets servant à plusieurs enfants (jouets…) ; ne pas échanger biberons et tétines ;

- Limiter les contacts : autres enfants, collectivités, transports en commun, magasins… Pas de bisous !

2 - AU COURS D’UNE RHINO-PHARYNGITE OU D’UNE BRONCHIOLITE, PRÉVENIR LE MEDECIN et/ou ENVISAGER UNE HOSPITALISATION :

- si forte fièvre ;

- si vomissements ou diarrhée ;

- si refus des repas ou essoufflement au cours des repas ;

- si augmentation de la gêne respiratoire :

- respiration plus rapide,

- si l’enfant fait des EFFORTS (« tirage ») pour respirer,

- s’il y a des pauses respiratoires ;

- si somnolence anormale, enfant peu réactif, geignements ;

- sueurs, marbrures, lèvres violacées.

MESURES A PRENDRE EN CAS DE DIARRHEE CHEZ UN NOURRISSON

- HYDRATER AVEC UNE SOLUTION DE RE-HYDRATATION (S.R.O.)

1 sachet dans 200 millilitres d’eau

à proposer toutes les heures, à volonté

à mettre au réfrigérateur

ne pas garder pour le lendemain

- ALIMENTER AVEC UN LAIT SANS LACTOSE

(les yaourts nature restant permis)

arrêt des légumes verts et agrumes

on propose en plus, dès la fin du premier jour de diarrhée : purée de carottes, riz mixé, pots de pommes-coings ou crème de banane

* En cas d’allaitement maternel, il doit être poursuivi (pas de lait sans lactose dans ce cas)

- PARACETAMOL EN CAS DE FIEVRE (dose-poids toutes les 6 heures)

(en sachant que les virus de gastro-entérite donnent peu de fièvre et peu longtemps)

-> LA SURVEILLANCE DU POIDS EST CAPITALE : UNE PERTE DE POIDS DE PLUS DE 5 % DOIT ALERTER.

Une hospitalisation doit être envisagée si :

- Perte de poids de 7 % et plus

-Enfant fatigué, conscience perturbée

-Impossibilité de faire boire

-Fièvre élevée persistante

-Sang dans les selles

- Absence d'urines

Le bébé secoué.

1 – Qu’est-ce qu’un bébé secoué ?

C’est un bébé que l’on prend et que l’on secoue « comme un prunier ».

Il s’agit de mouvements brutaux et rapides de va et vient de la tête du nourrisson.

Ce sont des secousses violentes, bien plus importantes que des « secousses de jeu » : faire sauter l’enfant en l’air et le rattraper ; faire tourner l’enfant autour de soi (« faire l’avion ») ; courir avec un enfant sur les épaules (« faire le cheval »), etc. De tels jeux, pratiqués raisonnablement, ne sont – en principe – pas dangereux. Il faut faire attention, malgré tout, à toujours maintenir la tête des bébés de moins de 4 mois, afin d’éviter des ballotements néfastes…

2 – Pourquoi est-on amené à secouer un bébé ?

- par maltraitance intentionnelle.

Dans ce cas on peut retrouver (mais pas toujours) d’autres lésions : fractures, hématomes.

Dans ce cas, le secouement se termine souvent par un brusque choc de la tête contre une surface dure (fracture du crâne), ce qui accroît encore le traumatisme.

-Cause de loin la plus fréquente : des parents excédés par les pleurs, les cris de l’enfant.

Ils pensent – à tort – que le secouer est moins dangereux que le taper.

-secouement d’un enfant « qui va mal ».

Dans ce cas, le geste cherche à « ramener un enfant à lui », dans le cas de malaise, fausse route, arrêt cardio-respiratoire, perte de connaissance, convulsion, spasme du sanglot…

Il y a ignorance des gestes efficaces de réanimation : position latérale de sécurité, manœuvre de Heimlich, massage cardiaque, bouche-à-bouche…

3 - Qu’est-ce qui se passe ?

Chez le bébé, l’espace entre la boîte crânienne et le cerveau est plus important que chez l’adulte.

Le secouement entraîne la rupture des veines-ponts entre les méninges et le cerveau, par cisaillement.

Il se produit des hématomes sous les méninges, ce sont les hématomes sous-duraux, très délétères pour le cerveau sous-jacent, même s’ils sont de petites dimensions : le cerveau va souffrir -> épilepsie.

Il peut se produire aussi des hémorragies dans le cerveau lui-même, au niveau de la moelle épinière, au niveau du cou, des fractures du crâne (en cas de choc final), des fractures des membres (surtout supérieurs) et des côtes.

Dans bien des cas, rien n’est visible, tout se passe à l’intérieur de la tête.

SECOUER UN BEBE PEUT LE TUER OU LE HANDICAPER A VIE.

IL NE FAUT JAMAIS SECOUER UN BEBE.

SI VOUS N’EN POUVEZ PLUS,

POSER DOUCEMENT L’ENFANT SUR LE DOS, EN SECURITE, DANS SON BERCEAU,

SORTIR DE LA PIECE,

APPELER DE L’AIDE.

le plessis-bouchard

47 rue victor hugo,
95130 le plessis-bouchard, France

Contacts

  • Fixe : 0134130594
  • Fax : 0958342368

Urgences et premiers soins

Je souhaite contacter les urgences. Qui dois je appeler ? Pour quoi ?

Le SAMU (15) : Réponse en direct.
Urgences Médicales. Blessés par accident. Malaise dans un lieu public. Accident du travail

Les POMPIERS (18) : Réponse en direct.
Incendie. Accident de la route. Accident domestique, c'est-à-dire survenant à la maison. Explosion. Intoxication au Gaz ou toxiques. Noyade.

La SECURITE (17) : Réponse en direct.
Accident de la route.

L'URGENCE (112) : Service centralisateur.

Numéro européen à utiliser de préférence depuis un téléphone mobile.
Votre appel sera dirigé vers un des services de secours le plus proche.

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale