Le site du Docteur Patrick ROUX

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Addiction au sexe : que devrais-je savoir ? - Le site du Docteur Patrick ROUX - Docvadis

Addiction au sexe : que devrais-je savoir ?

Comme toute addiction, l’addiction sexuelle est synonyme de désir obsédant et de perte de contrôle. Elle a un impact sur votre vie sociale, familiale et professionnelle. Il faut savoir la reconnaître et accepter de la soigner.

Qu'est-ce que l'addiction sexuelle ?

L'addiction sexuelle fait partie des addictions sans produit, également appelées addictions comportementales, comme l'addiction aux jeux d'argent.

Les pratiques sexuelles en cause peuvent être : se masturber, regarder des films pornographiques, pratiquer des actes sexuels répétés avec des partenaires rencontrés dans des clubs, des sexodromes, des saunas ou sur internet, ou pratiquer du cybersex (images ou films pornographiques sur internet, discussions X sur les sites de rencontre, recours à la webcam…).

L'addiction se traduit par la recherche obsessionnelle de stimulations sexuelles et par des symptômes de tension et d'excitation qui ne sont apaisés que par des passages à l'acte compulsifs.

 

Suis-je dépendant du sexe ?

Les signes d'une dépendance sont les mêmes que pour toute addiction :

  • Votre pratique n'est plus contrôlable.

  • Elle a des conséquences sociales, familiales, médicales et psychologiques négatives mais, malgré cela, vous persévérez.

  • Vous ressentez un état de manque psychologique ou physique lorsque le comportement sexuel n'a pas lieu : tristesse, anxiété, insomnie, agressivité, crise d'angoisse, hyperactivité ou, au contraire, paresse.

  • Vous vous sentez déprimé, vous souffrez de ne pas pouvoir vous contrôler.

Vous pouvez évaluer votre comportement en répondant au questionnaire d'évaluation de l'addiction sexuelle (test SAST ou test de Carnes).

 

Cliquez ici pour accéder au questionnaire et évaluer votre dépendance au sexe.

 

Quelles sont les conséquences possibles d'une addiction au sexe ?

L'addiction sexuelle peut être responsable d'une rupture amoureuse, d'une perte d'emploi, de problèmes financiers ou d'une désocialisation. Elle atteint ainsi autant votre vie familiale, sociale que professionnelle.

Elle s'accompagne parfois de dommages physiques tels que des insomnies, un amaigrissement, ou des blessures péniennes ou clitoridiennes, et généralement d'une véritable souffrance psychologique car la perte de contrôle entraîne souvent un sentiment de culpabilité ou de honte.

Ces conséquences négatives sont accentuées lorsque les compulsions sexuelles sont stimulées par la prise de substances telles que l'alcool, le tabac ou certaines drogues (cocaïne, GBL, poppers, méphédrone, antidépresseur…). Elle peut aussi conduire à des rapports sexuels non protégés, avec un risque d'exposition à des maladies sexuellement transmissibles (VIH/sida, hépatites virales, etc.). Ce risque est particulièrement élevé si vous êtes dépendant du sexe bareback (non protégé).

 

Comment puis-je me faire aider ?

Si vous pensez être dépendant du sexe, il est important d'en parler et de vous faire aider.

Vous pourrez être suivi par un médecin généraliste, un médecin sexologue ou un psychiatre. Les médecins pourront vous prescrire un traitement médicamenteux si besoin. Vous pourrez éventuellement  être suivi par un psychologue ou un psychothérapeute spécialisé en Sexologie, mais qui eux, ne font pas de prescriptions. Certains Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) accueillent également les personnes confrontées à une addiction sexuelle. Les consultations sont confidentielles et gratuites et sont ouvertes aux personnes dépendantes et à leur entourage. Des sites comme www.drogues-info-service.fr ou www.drogues.gouv.fr répertorient l'ensemble de ces structures par départements.

Le traitement de l'addiction sexuelle recourt généralement aux médicaments psychotropes, anxiolytiques ou antidépresseurs, aux thérapies comportementales ou aux psychothérapies. Son objectif est de mettre fin aux comportements compulsifs, sans pour autant supprimer la sexualité.

 

La maladie bipolaire, la maladie d'Alzheimer, les troubles de l'anxiété ou la consommation de substances comme la cocaïne conduisent parfois à une activité sexuelle intense sans qu'il s'agisse d'une addiction. Parlez-en avec votre médecin.

Maison de Santé Les Forges

69,
85000 LA ROCHE SUR YON, France

Contacts

  • Fixe : 02 51 37 14 93
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

    Ces maladies sont toujours d’actualité avec une nette recrudescence chez les personnes infectées par le VIH en raison des comportements à risque. L’immunodépression des patients les rend plus vulnérables, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont plus sévères. Le meilleur moyen de s’en protéger passe par la prévention.

    Lire la suite
  • Je découvre un centre psychiatrique

    Cette vidéo vous présente l’accompagnement d’une personne dans ce lieu sécurisé et sécurisant qu’est un centre psychiatrique. Une alliance thérapeutique est passée entre cette personne et l’équipe pluri professionnelle. Vous découvrirez dans ce film plusieurs intervenants qui vous décrivent leur rôle et ce qu’ils apportent dans le parcours de prise en charge, des soins jusqu’à la réinsertion. Leur objectif est de permettre un retour à un équilibre pour aller vers l’extérieur.

    Lire la suite
  • Bien prendre ma pilule

    La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative. Lorsqu'elle est bien prise, c'est un moyen de contraception efficace à près de 100 %, mais elle ne protége pas contre les infections sexuellement transmissibles comme l'hépatite B ou le VIH/sida.

    Lire la suite
  • Je voudrais avoir recours à la pilule de rattrapage ou du lendemain.

    Oublis de pilule, problèmes de préservatif, ou rapport non protégé en général, posent la question d’une contraception d’urgence ou pilule du lendemain plutôt que le recours à une interruption volontaire de grossesse. Cette méthode est efficace mais attention : elle n’est pas sûre à 100 %.

    Lire la suite
  • 7 conseils pour aider votre fille à parler de ses premières règles

    Les premières règles sont une étape importante dans la vie d’une jeune fille et elles peuvent s’accompagner de nombreuses questions. Pour aider votre fille à s’y préparer, parlez-en à l’avance avec elle pour qu’elle comprenne que ce phénomène naturel n’est ni honteux, ni tabou. Proposez-lui de noter ses questions elle-même dans le document à imprimer qui est en bas du document. C’est « Son journal de jeune fille ». Elle pourra plus facilement poser ses questions à son médecin, gynécologue et à vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale