Site du Docteur Patrick PARPALEIX

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Témoignage de Patricia : libérée grâce au nouveau traitement contre l’hépatite C - Site du Docteur Patrick PARPALEIX - Docvadis

Témoignage de Patricia : libérée grâce au nouveau traitement contre l’hépatite C

Patricia a été infectée par le virus de l’hépatite C pendant trente ans. Durant vingt-trois ans, elle a reçu de nombreux traitements, avec parfois de graves conséquences sur sa santé. Voici son témoignage.

3 produits laitiers par jour pour atteindre la dose journalière de 1200mg de calcium

« J’ai été infectée par le virus de l’hépatite C il y a trente ans suite à une transfusion sanguine réalisée quand j’ai donné naissance à mon fils. Après cela, j’étais souvent très fatiguée. En 1993, mon médecin m’a proposé de faire un test de dépistage de l’hépatite C, c’est à ce moment que j’ai été diagnostiquée. En fait, j’ai vécu sept ans sans savoir que j’étais malade. »

De multiples traitements aux lourdes conséquences

Patricia a reçu de nombreux traitements et connu de graves complications.

« Mon premier traitement, c’était l’interféron, on me faisait des piqûres trois fois par semaine, c'était lamentable, j’étais épuisée. En général, la piqûre du soir me permettait de supporter les effets indésirables pendant la nuit, mais j’étais HS. Et quand je commençais à reprendre un peu d’énergie, il fallait refaire une nouvelle piqûre. Cela a duré presque un an, c’était très difficile avec en plus, un résultat nul.

 Ensuite, je suis restée pendant trois ans sans traitement.

Puis, j’ai repris un traitement à base d’interféron, mais avec cette fois une injection par semaine, j’avais plus le temps de récupérer entre deux piqûres.

Et puis j'ai eu un autre traitement en complément de l’interféron, mais au bout de dix mois de traitement j'ai fait un purpura thrombotique qui a provoqué des hémorragies. J’ai été hospitalisée plus de huit semaines et j’ai subi une splénectomie. Au début, personne ne savait d’où venait ce purpura, on m’a même diagnostiqué une leucémie foudroyante, c’était en fait l’interféron qui diminuait le nombre de plaquettes.

Quelque temps après, j’ai eu une hémorragie cérébrale à l’hôpital où je passais un scanner, mon pronostic vital a été engagé et personne ne savait ce que j’avais, je mevoyais mourir. »

L’espoir d’un nouveau traitement

Suite à ces épreuves, Patricia a repris confiance en elle grâce à l’arrivée de nouvelles thérapeutiques.

« Je me suis documentée un peu sur internet pour savoir s’il existait d’autres solutions. Un nouveau traitement était en cours d’essai aux Etats-Unis, je regardais régulièrement sur le web et je demandais à mon médecin quand ce traitement serait disponible en France. Cela a mis dix ans pour qu’il arrive ici, et j’ai pu en bénéficier. »

Pour Patricia, ce nouveau traitement a été une libération.

« Par rapport à l’interféron, c’était le jour et la nuit : pas de fatigue, d’irritabilité, d’état dépressif, j’ai même demandé à mon médecin si je n’étais pas sous placebo !

En allant chercher mes analyses au laboratoire, j’ai vu que la charge virale de l’hépatite C avait disparu au bout de quinze jours, ce qui ne m’était jamais arrivé en vingt ans de traitement !

Aujourd’hui, la charge virale est toujours négative et je suis en bonne voie vers une rémission totale. »

Centre médical Marie Curie

9 Braunston ,
1er étage, 77860 QUINCY-VOISINS, France

Contacts

Téléphone : 01 64 63 12 41

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale