Site du Docteur Patrick PARPALEIX

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
J'ai affronté ma séropositivité et j'ai fait des rencontres - Site du Docteur Patrick PARPALEIX - Docvadis

J'ai affronté ma séropositivité et j'ai fait des rencontres

X. est responsable associatif. Il est séropositif sous traitement. Il a dû affronter sa séropositivité pour aller vers les autres.

« La première question qui se pose, c’est celle de la rencontre.
Comment vais-je faire pour rencontrer quelqu’un ? Et faut-il le dire ou pas… Il n’y a pas de règle, mais il y a sans aucun doute un obstacle supplémentaire qu’on ne peut nier. L’univers se restreint. Ce n’est pas pour autant qu’il faut renoncer à la rencontre. En ce qui me concerne, j’ai d’abord organisé ma vie par cercles, entre personnes au courant de ma séropositivité et celles qui l’ignoraient.
Je me suis demandé s’il fallait rencontrer une personne séropositive pour me sentir plus à l’aise, plus libre. Il est vrai que le contact est logiquement plus facile. Les sites de rencontres entre personnes séropositives permettent ce « séro-sorting », sorte de triage par sérologie, mais c’est aussi un enfermement. Je pense que la seule technique, c’est d’affronter l’obstacle, ensuite chacun élabore la stratégie qui lui convient le mieux pour aller vers les autres.
Rencontrer l’autre reste incontestablement difficile, mais la vie se charge de mettre un peu d’inattendu. »

La séropositivité pose, dans un premier temps, un frein aux rencontres. C’est un obstacle qu’on ne peut nier. La tendance à l’enfermement est naturelle, mais elle ne doit pas être une fin en soi. Peu importe les stratégies mises en œuvre pour aller à la rencontre des autres : via les sites internet dédiés, via des associations ou en mettant en œuvre des « cercles de confiance », le contact constitue le premier pas, essentiel pour construire ensuite une relation et avoir une vie sexuelle épanouissante. Même s’il semble plus facile de vivre une relation avec une autre personne séropositive, il n’y a pas de règles pour dire qu’un couple où les deux partenaires sont séropositifs a plus d’avenir qu’un couple séro-discordant.
Il ne faut jamais oublier que le préservatif protège très efficacement contre la transmission du VIH. Dès lors que le préservatif est utilisé, les relations sexuelles ne sont plus à risque. Ainsi, il n’est pas nécessaire de dire d’emblée sa séropositivité.
Dans ces conditions, personne ne pourrait en vouloir, à juste titre, de ne pas avoir été informé avant les premières relations protégées.
Lors des rencontres, il est parfois plus facile de parler d’hépatite chronique qui justifie, s’il le fallait, l’utilisation d’un préservatif.
Enfin, il est habituel d’éprouver un certain désintérêt pour la sexualité lors des premiers mois suivant le diagnostic de séropositivité. Acceptez-le car cela ne devrait être que transitoire, et préparez-vous à des rencontres.

Centre médical Marie Curie

9 Braunston ,
1er étage,
77860 QUINCY-VOISINS, France

Contacts

  • Fixe : 01 64 63 12 41
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • La conservation de mon sperme m'est proposée

    En cas de nécessité, le sperme peut être conservé pendant de longues années sans perdre le pouvoir fécondant des spermatozoïdes.

    Lire la suite
  • Bien prendre ma pilule

    La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative. Lorsqu'elle est bien prise, c'est un moyen de contraception efficace à près de 100 %, mais elle ne protége pas contre les infections sexuellement transmissibles comme l'hépatite B ou le VIH/sida.

    Lire la suite
  • Je voudrais avoir recours à la pilule de rattrapage ou du lendemain.

    Oublis de pilule, problèmes de préservatif, ou rapport non protégé en général, posent la question d’une contraception d’urgence ou pilule du lendemain plutôt que le recours à une interruption volontaire de grossesse. Cette méthode est efficace mais attention : elle n’est pas sûre à 100 %.

    Lire la suite
  • Mon traitement actuel peut diminuer mes chances d’être enceinte : quelles solutions existent ?

    Le médecin vous a expliqué que le traitement dont vous allez bénéficier risque de compromettre vos possibilités futures d’être enceinte. Il vous a également informée que différentes méthodes de préservation de la fertilité existent et pourront vous être proposées comme le prévoit la loi française. Le choix de l’une ou l’autre (conservation d’ovocytes, d’embryons ou de tissu ovarien) est fonction de votre situation personnelle (âge, situation maritale, pathologie justifiant le traitement).

    Lire la suite
  • Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

    Ces maladies sont toujours d’actualité avec une nette recrudescence chez les personnes infectées par le VIH en raison des comportements à risque. L’immunodépression des patients les rend plus vulnérables, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont plus sévères. Le meilleur moyen de s’en protéger passe par la prévention.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale