Le site du Docteur Patricia GRANDCOIN

Chirurgie Viscérale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
CALCULS DE LA VESICULE BILIAIRE - Le site du Docteur Patricia GRANDCOIN - Docvadis

CALCULS DE LA VESICULE BILIAIRE

 CALCUL

file://localhost/Users/PATRICIA/Library/Caches/TemporaryItems/msoclip1/01/clip_image002.jpg

Anatomie

En dehors des repas la vésicule biliaire stocke la bile produite en permanence par le foie.

Au cours des repas la vésicule se vide dans l’intestin au niveau du duodénum auquel elle est reliée par un canal (cholédoque)

Calculsbiliaires

Dans l’immense majorité ils se forment dans la vésicule biliaire en raison d’une anomalie de la paroi vésiculaire.

Symptômesliés à la présence de calculs biliaires et traitements.

Dans bon nombre de cas ils sont découverts fortuitement à l’occasion d’un examen échographique alors qu’ils n’entrainent aucun symptôme. Il n’est pas justifié enrègle générale devant ces calculs « qui ne parlent pas » de procéderà une intervention.

· La colique hépatique est le symptôme le plus fréquent. Elle est liée à une gène à l’évacuation de la vésicule par un calcul. C’est en général une douleur intense volontiers localisée en regard de « l’estomac » (épigastre) plutôt qu’à droite sous les cotes gênant la respiration et s’accompagnant souvent de vomissements. Elle dure en moyenne quelques heures. Elle ne s’accompagne pas de fièvre ni de jaunisse (ictère) Les tests hépatiques (transaminases) sont souvent perturbés pendant la crise et dans les 24 heures qui suivent. Sa survenue justifie un traitement qui n’est que chirurgical (cholé cystectomie) à la condition que la relation de cause à effet entre les symptômes et le ou les calculs soit certaine ce qui peut nécessiter outre l’échographie la réalisation d’autres examens pour vérifier notamment l’estomac (gastroscopie)

· L’infection de la vésicule (cholécystite) est liée à une obstruction prolongée à l’évacuation de la vésicule par un calcul bloqué. Dans ce cas la douleur ne cède pas et s’accompagne souvent de fièvre. Il faut alors opérer d’urgence pour éviter une gangrène de la vésicule voire une péritonite.

· Les calculs peuvent enfin passer dans le canal reliant le foie à la vésicule (cholédoque). Ce passage peut entrainer une jaunisse (ictère) avec fièvre et risque de septicémie (angiocholite). La encore il faut intervenir d’urgence et extraire le calcul. On utilise pour ce faire un instrument introduit par la bouche dans le duodénum qui fait suite à l’estomac sous anesthésie générale et élargissant l’orifice par lequel le canal cholédoque se déverse dans l’intestin (Cholangio-Pancréatographie rétrograde ou CPRE avec sphinctérotomie endoscopique) Cette intervention précède l’ablation de la vésicule (cholécystectomie)

· La complication la plus grave est la pancréatite. Elle est due à un blocage d’un calcul à la terminaison du cholédoque (sphincter d’Oddi) c'est-à-dire à l’endroit où le canal biliaire s’unit au canal assurant la vidange du pancréas (canal de Wirsung) Cette complication rare est potentiellement mortelle.

Letraitement des calculs biliaires ne peut être que chirurgical. Une seuleintervention doit être faite : l’ablation complète de la vésicule biliaire(cholécystectomie)

· Il n’y a à ce jour aucun traitement médical efficace.

· L’ablationde la vésicule n’a dansl’immense majorité des cas aucune incidence sur la viede tous les jours et contrairement à certaine idée reçue : IL N’Y A AUCUN REGIME ASUIVRE APRES ABLATION DE LA VESICULE. En effet après ablation de la vésicule les canaux collectant la bile dans le foie se dilatent et assurent le rôle de réservoir de bile.

· On peut observer dans 3% des cas après ablation de la vésicule une diarrhée qui si elle persiste au-delà du troisième mois postopératoire peut justifier un traitement médical (CREON)

· Cette ablation de la vésicule se fait aujourd’hui dans l’immense majorité des cas par petites incisions sous contrôle d’une caméra vidéo. (Cœlioscopie)

· L’intervention dure entre 30 et 60 minutes et l’hospitalisation n’excède pas 2 à 3 jours le plus souvent.

Lesrisques sont outre ceux de toute chirurgie digestive (hémorragies, abcès,phlébites….)

· Pendant l’intervention un petit calcul peut s’échapper de la vésicule et passer dans le canal cholédoque et nécessiter une extraction par les voies naturelles au cours d’une CPRE.

· Une fuite de bile liée à un lâchage des agrafes posées sur le canal (canal cystique) unissant la vésicule et le canal cholédoque. Cette fuite peut nécessiter une ré intervention par les voies naturelles (CPRE), par cœlioscopie ou par « ouverture traditionnelle ».

· La complication la plus grave est devenue exceptionnelle : il s’agit d’une plaie ou d’une ligature du canal cholédoque. Elle se voit surtout dans les cas d’infections aigues ou chroniques de la vésicule (cholécystite aigue ou chronique)

· C’estpour l’éviter que le chirurgien peut être amené pendant l’intervention àdécider d’interrompre la cœlioscopie et à poursuivre l’intervention par uneouverture traditionnelle.

file://localhost/Users/PATRICIA/Library/Caches/TemporaryItems/msoclip1/01/clip_image004.jpg

Cholécystectomiesous cœlioscopie : vue opératoire

file://localhost/Users/PATRICIA/Library/Caches/TemporaryItems/msoclip1/01/clip_image006.png

Appareillage vidéo pourcœlioscopie

file://localhost/Users/PATRICIA/Library/Caches/TemporaryItems/msoclip1/01/clip_image008.png

Trocart optique de 11 mm dediamètre introduit dans la cavité abdominale et assurant la transmission dusignal vidéo

CLINIQUE LES FONTAINES


service de chirurgie viscérale, 54 Boulevard Aristide Briand, 77000 Melun, France

Contacts

Téléphone : 01 60 56 40 02 prise rdv sur internet : keldoc.com
Fax : 0897500694

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale