Le site du Docteur Ourida HERMIME-HARRACHE

Autre
Conventionnement : Secteur 1
Quiz : que savez-vous du dépistage du glaucome ? - Le site du Docteur Ourida HERMIME-HARRACHE - Docvadis

Quiz : que savez-vous du dépistage du glaucome ?

Vous envisagez de faire un bilan afin de dépister un éventuel glaucome. Testez vos connaissances avec ce quiz.

 

Quiz : que savez-vous du dépistage du glaucome ?

 

Question 1 : 

Le glaucome…

1ère réponse :VRAI

Dans sa forme la plus fréquente (dite à angle ouvert), le glaucome se développe sans douleur et sans symptôme pendant des années, ce qui favorise son dépistage tardif.

2ème réponse :VRAI

Le glaucome altère progressivement le nerf optique qui transmet les informations de l’œil au cerveau en détruisant les fibres nerveuses qui le constituent.

3ème réponse :VRAI et FAUX

Le glaucome chronique « à angle ouvert », est effectivement le plus fréquent. Il se développe sans douleur. Le glaucome aigu « à angle fermé » est plus rare et apparaît brutalement entraînant des douleurs intenses et une baisse soudaine de la vue. C’est une urgence qui nécessite une opération chirurgicale immédiate.

4ème réponse :FAUX

Le principal facteur de risque du glaucome est la pression intraoculaire, elle n’a pas de lien avec des problèmes de vision antérieurs.

5ème réponse :VRAI

Si le glaucome n’est pas dépisté à temps, il altère le nerf optique de façon irréversible. Si les lésions sont trop importantes, le champ visuel se réduit progressivement et évolue jusqu'à la cécité.

Question 2 : 

Le dépistage du glaucome…

1ère réponse :FAUX

Le dépistage du glaucome est réalisé chez votre ophtalmologiste. Il va mesurer votre pression intraoculaire et examiner votre nerf optique ainsi que votre champ visuel et votre angle irido-cornéen. Cet examen peut être complété par un OCT, sorte de scanner du fond d’œil permettant de repérer la perte des cellules visuelles provoquée par le glaucome.

2ème réponse:VRAI

A partir de 45 ans, il est conseillé de faire contrôler sa vue tous les 2 ou 3 ans. De plus, la fréquence d’apparition d’un glaucome augmente avec l’âge, 10 % des personnes de plus de 70 ans étant atteintes.

3ème réponse :VRAI

L’hérédité est un facteur important dans l’apparition de la maladie, qui touche fréquemment plusieurs membres d’une même famille.

4ème réponse :FAUX

Seul l’ophtalmologiste dispose de l’appareillage permettant le dépistage du glaucome.

5ème réponse :VRAI

Le glaucome se développe pendant des années sans douleur et sans symptôme. Le dépistage permet d’en déceler les premiers signes et de limiter son évolution. Il ne faut pas attendre d’avoir des perturbations visuelles pour consulter, le glaucome serait alors déjà évolué.

Question 3 : 

La pression intra-oculaire…

1ère réponse :VRAI

De très loin. Mais d’autres facteurs de risque ont été identifiés, comme la forte myopie, l’artériosclérose, l’hérédité, l’âge avancé, expliquant qu’à pression oculaire égale certains sujets développent plus que d’autres le risque de glaucome. Mais le traitement du glaucome consiste toujours à abaisser cette pression.

2ème réponse :FAUX

Une majorité de sujets ayant une pression oculaire élevée ne développera jamais la maladie. C’est la raison pour laquelle votre ophtalmologiste complétera alors cette mesure par d’autres examens (observation du fond d’œil, champ visuel, OCT…) et un interrogatoire à la recherche d’autres facteurs de risque afin d’évaluer le risque de développer un glaucome ou la présence d’un glaucome avéré.

3ème réponse :FAUX

Il existe quelques rares glaucomes, chez des sujets particulièrement susceptibles, qui peuvent se développer alors que la pression est apparemment normale (glaucomes dits à pression normale). Au moindre doute, votre ophtalmologiste complétera la mesure de la pression oculaire par d’autres examens.

4ème réponse :FAUX

Lorsqu’elle est modérément élevée, et en l’absence d’autres facteurs de risque, une hyperpression oculaire peut simplement être surveillée annuellement. En revanche, un glaucome avéré doit être systématiquement traité, même à un stade débutant.

5ème réponse :FAUX

La pression oculaire est variable dans la journée et sur le long terme. En cas de doute, votre ophtalmologiste peut ainsi vous demander de revenir pour une nouvelle mesure à un autre moment de la journée ou quelques semaines plus tard.

 

La Pitié Salpetriere


service du Pr. Le Hoang, 89 Boulevard de l'hopital ,
75013 Paris, France

Contacts

  • Fixe : 0142163230

Hôpital begin


ophtalmologie, 69 avenue de paris ,
94300 Vincennes, France

Contacts

  • Fixe : 0143985000

cabinet du docteur Harrache

275 Avenue Carnot ,
78700 Conflans St Honorine, France

Contacts

  • Fixe : 0139728214
  • Fax : 0139728214
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Paupières : un schéma pour comprendre

    Ce schéma visualise et localise le réseau lymphatique palpébral. Votre ophtalmologiste pourra le commenter avec vous. Il vous permettra de mieux comprendre votre problème ou l’intervention chirurgicale envisagée.

    Lire la suite
  • Mon enfant souffre de strabisme : que faire ?

    Le strabisme touche 5 % des enfants. Il est important de le traiter le plus tôt possible pour éviter la mauvaise vision d’un œil (amblyopie unilatérale).

    Lire la suite
  • 8 bonnes raisons de voir votre ophtalmologiste pour un dépistage d’un glaucome

    Si vous avez plus de 45 ans ou qu’une personne de votre famille est atteinte d’un glaucome, vous devez faire contrôler votre vue régulièrement. Plus le diagnostic est fait tôt, plus vite vous serez pris en charge. Découvrez sans attendre 6 fiches, 1 vidéo et 1 quiz. Prenez connaissance de ces infos et parlez-en avec votre ophtalmologiste lors de votre consultation. Il répondra à vos questions.

    Lire la suite
  • Je vois comment gérer mon armoire à pharmacie

    Cette vidéo vous donne des conseils pour ranger, classer et prendre vos médicaments prescrits par votre médecin ou ceux achetés directement chez votre pharmacien. Lire une ordonnance, une notice, les pictogrammes et les dates de péremption figurant sur les boîtes, respecter la posologie et la durée du traitement : un guide pratique pour toute la famille.

    Lire la suite
  • Je sais quoi faire face à une piqûre d’insecte ou d’arachnide

    Une piqûre d’insecte (puce, punaise, aoûtat, moustique, taon, tique, abeille, frelon, etc.) ou d’arachnide (araignée, scorpion) se traduit généralement par une lésion rouge et boursouflée. Elle peut être accompagnée de démangeaisons, d’une douleur plus ou moins intense et peut se révéler parfois dangereuse.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale