OphtalmoPédiatrie Necker Enfants Malades
Je sais comment instiller correctement mon collyre - OphtalmoPédiatrie Necker Enfants Malades - Docvadis

Je sais comment instiller correctement mon collyre

Dans le traitement des affections de l’œil, et notamment en cas de glaucome, un traitement par collyre peut être nécessaire. Bien savoir l’instiller est le pré-requis à l’efficacité du traitement.

Quelles sont les règles importantes à respecter ?

Avant toute application, lavez-vous les mains avec du savon.
Nettoyez vos yeux à l’aide d’un coton humidifié d’eau, en particulier le coin de l’œil interne, du côté du nez. Celui-ci doit être propre et débarrassé de toute sécrétion qui pourrait empêcher le collyre de bien pénétrer.
Ne mettez jamais directement en contact votre flacon de collyre et votre paupière, afin d’éviter sa contamination par les microbes présents sur l’œil.
Respectez scrupuleusement le traitement prescrit : nombre de gouttes à instiller, horaires et nombre d’instillations journalières.

Comment dois-je appliquer mon collyre ?

Inclinez légèrement la tête en arrière, abaissez votre paupière inférieure et regardez vers le haut. Vous dégagez ainsi un espace entre l’œil et la paupière. Comprimez légèrement le flacon de manière à faire tomber la (les) goutte(s) de collyre dans cet espace, puis fermez doucement l’œil. Immédiatement après, vous pouvez comprimer avec votre doigt le coin de l’œil du côté du nez pendant quelques secondes, tout en clignant. Cette pression exercée a pour objectif d’assurer une répartition homogène du médicament et d’éviter que la goutte ne s’écoule vers le nez et la gorge.

Je dégage un espace entre mon oeil et ma paupière. Je fais tomber la (les) goutte(s) dans cet espace.Je dégage un espace entre mon oeil et ma paupière. Je fais tomber la (les) goutte(s) dans cet espace.

En cas de doute sur l’instillation de mon collyre, que dois-je faire ?

Il est important que votre œil soit traité régulièrement selon le schéma de traitement prescrit par votre ophtalmologiste. Vous devez donc respecter le nombre de prises par jour et le nombre de gouttes à instiller figurant sur votre ordonnance.
Si vous pensez que la goutte de collyre n’a pas atteint votre œil, vous pouvez instiller une seconde goutte.
Mais attention : un excèsde gouttes n’améliore pas l’efficacité du traitement et risque au contraire de majorer les effets indésirables.

Il m’arrive parfois d’oublier mon collyre. Que dois-je faire dans ce cas-là ?

En cas d’oubli, n’attendez pas l’horaire suivant d’application : instillez votre collyre au moment même où vous constatez cet oubli, puis reprenez vos horaires de traitement tels qu’ils vous ont été prescrits.

Je dois appliquer deux collyres différents. Dois-je attendre ou puis-je les instiller l’un à la suite de l’autre ?

Reportez-vous aux consignes de traitement que vous a fixées votre médecin et qui sont notées sur votre ordonnance. En règle générale, il est préférable d’attendre au moins 5 minutes avant d’instiller le second collyre.

J’ai des lentilles, cela implique-t-il des consignes particulières ?

Oui. Sauf avis contraire de votre ophtalmologiste, vous devez retirer vos lentilles avant d’instiller votre collyre et attendre environ une quinzaine de minutes que le collyre ait diffusé avant de les remettre.

 

Il ne faut pas conserver un flacon de collyre plus d’un mois après son ouverture.
Passé ce délai, il risque fort d’être contaminé et de devenir une source d’infection.

 

Centre Universitaire Necker Enfants Malades


Ophtalmologie et Ophtalmologie Pédiatrique, 149 rue de Sèvres , 75015 Paris, France

Contacts

Téléphone : 01 44 49 45 14
Fax : 01 44 49 43 21

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je fais appel aux services d’une maison départementale des personnes handicapées

    Une nouvelle loi, datée de 2005, énonce que toute personne handicapée « a droit à la compensation des conséquences de son handicap quels que soient l'origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie ». Les maisons départementales des personnes handicapées sont depuis 2005 les guichets uniques qui regroupent l'ensemble des structures d'orientation et d'aide aux personnes handicapées, qu'elles soient enfant ou adulte de moins de 60 ans, en activité ou non.

    Lire la suite
  • Je vais passer une IRM

    L’IRM est un examen permettant d’avoir une vision très détaillée de certaines parties du corps et de déterminer précisément les caractéristiques d’un organe, voire d’une tumeur.

    Lire la suite
  • Je découvre pourquoi je vois nettement ou non

    L’œil est un organe constitué d’un ensemble de capteurs sensibles à la lumière. Il la convertit en messages nerveux transmis au cerveau. Certains défauts peuvent parfois gêner cette interprétation de la lumière.

    Lire la suite
  • Je trouve infos et adresses utiles sur le portail du handicap visuel

    Portail du handicap visuel, il veut rendre le contenu accessible à tout le monde, quelque soit son handicap. Pour les personnes handicapées de la vue, le texte a été particulièrement travaillé afin de permettre la lecture aisée par les lecteurs d’écran.

    Lire la suite
  • Randonnée en haute montagne : ce que je dois savoir

    Les expéditions au-dessus de 2500 mètres d’altitude vous exposent au mal aigu des montagnes, une pathologie liée aux baisses de pression atmosphérique et d’oxygène disponible en altitude. La règle à respecter est « ne pas monter trop vite, trop haut ».

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale