Docteur Jean-Yves REDOR, Ophtalmologiste à VERSAILLES

Ophtalmologie
Conventionnement : Secteur 2

LES LASERS EN OPHTALMOLOGIE

Les lasers utilisés en ophtalmologie sont nombreux et très différents selon la cible choisie. Laser rétinien, pour la prévention du décollement de la rétine, le traitement des complications de la dégénérescence maculaire liée à l'âge, le traitement de la rétinopathie (diabète, occlusion vasculaire). Laser dans le cadre du glaucome: trabéculo-rétraction ou trabéculoplastie sélective, iridotomie et iridoplastie, affaiblissement ciliaire. Laser dans les suites opératoires de la cataracte , pour ouvrir la capsule postérieure du cristallin opacifiée au contact du cristallin artificiel. Laser réfractif en modifiant la forme de la cornée (myopie, astigmatisme, hypermétropie, presbytie).    

LA CHIRURGIE REFRACTIVE :

 

Le laser Excimer améliore la vue en modifiant la forme de la cornée (« chirurgie réfractive au laser »). On s’en sert pour corriger la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme, et plus rarement la presbytie. Les opérations les plus communes sont :

• la kératectomie photoréfractive (PRK); le laser est appliqué directement sur la cornée.

 

                                                  1225661834984.jpg

 

 

 



• le kératomileusis in situ au laser (LASIK); le laser est appliqué après découpe d'un capot cornéen.

 

                                                 1225661924250.jpg

 

 

 



La plupart des personnes qui subissent ce type d’opération peuvent se passer du port des lunettes . Après 40 ans, celles dont l’opération aura réussi devront parfois porter des lunettes pour voir de près.
La chirurgie réfractive au laser réussit en général très bien, mais elle a ses risques et ses limites. Elle ne convient pas à tout le monde. Discutez de vos activités et de vos besoins avec le spécialiste pour choisir la thérapie qui vous conviendra.

 

  Fiche d'information  

 

 

  LA CATARACTE : 

 

Le laser n'est pas utilisé pour la chirurgie de la cataracte. Mais il arrive assez fréquemment qu’après l’opération de la cataracte, la capsule postérieure du cristallin laissée en place s’opacifie, brouillant la vue. Dans ce cas, le laser YAG permet d'ouvrir cette capsule et d'améliorer la vision.

 

 

1225746682234.jpg

 

  Fiche d'information  

 

 

LE GLAUCOME  :

Il affecte 2 personnes sur cent de plus de 40 ans en France. Sans soins, il peut détruire le nerf optique. Heureusement, on peut prévenir la perte de vision, si la maladie est dépistée à temps et traitée rapidement.

Le glaucome « à angle ouvert » en est la forme la plus répandue.
Si la médication ne permet pas de maîtriser la pression intraoculaire, ou si elle est mal tolérée, la chirurgie au laser peut aider à drainer le liquide de l’oeil et à abaisser la tension; sinon, il faut opérer (chirurgie classique ou affaiblissement ciliaire au laser diode)

Nouvel espoir, le SLT (trabéculoplastie sélective) est moins agressif et permet de traiter à plusieurs reprises si l'effet s'épuise chez certains patients dont la maladie n'est pas trop avancée.

 

 

                      1225746840203.png



Le glaucome « à angle fermé » est plus rare et survient brutalement dans les yeux anatomiquement prédisposés, le plus souvent chez des hypermétropes. L’ophtalmologiste pratique alors par laser YAG dans l’iris une petite ouverture par où s’écoulera le liquide, réduisant la pression oculaire.

 

 

 

                                                                  1225746901390.jpg

 

  Fiche d'information  

 

 

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L'AGE ( DMLA) :

 

Elle peut affecter gravement la vision centrale (celle de la lecture). Le développement de vaisseaux sanguins anormaux sous la macula est la « forme humide ou exsudative» de la maladie. Le traitement au laser détruit ces vaisseaux et empêche la détérioration de la vision centrale. La thérapie photodynamique (PDT) est un traitement récent pour ce type de maladie. On injecte dans le réseau sanguin un produit coloré spécial qui s’accumule dans les vaisseaux anormaux et  on projette un faible rayon de laser là où la teinture s’est accumulée. Le laser détruit les vaisseaux anormaux, sans blesser les tissus normaux.

 

 

                                                                     1225747389453.jpg

 

 

 

 

Cette pratique a été remplacée par les injections intra-vitréennes (IVT) de produits inhibant la croissance des vaisseaux anormaux, qui est à présent indiquée en première intention dans la plupart des cas. Mais la PDT peut être associée à ces IVT.

 

 

LES AUTRES ATTEINTES DE LA RETINE CENTRALE :

 

Le diabète :

 

Dans la rétinopathie « proliférante », de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux se développent sur la rétine, causant des saignements (diminuant d’autant la vision) et des cicatrices à l’intérieur de l’œil (risque de décollement de rétine).

Le laser permet d’enrayer la croissance de ces vaisseaux et de prévenir le saignement.

 

Pour ce qui est de la rétinopathie « non proliférante », les petits vaisseaux sanguins de la rétine laissent s’écouler du liquide et de petites quantités de sang, troublant la vue par épaississement de la macula. Le laser enraye le saignement et prévient l’œdème de la macula et la perte de vision.

 

La meilleure prévention reste une équilibration stricte du diabète et surtout de la tension artérielle.

 

                                 1225747900656.jpg

 

Les occlusions vasculaires :

 

Le but du traitement au laser est de détruire les zones de rétine dangereuses, c'est à dire avant l'apparition des néovaisseaux anormaux ( notamment dans les formes ischémiques des occlusions veineuses rétiniennes).

 

LES ATTEINTES DE LA RETINE PERIPHERIQUE ET LE DECOLLEMENT DE LA RETINE :

 

Les déchirures et les trous de la rétine peuvent causer le décollement de la rétine.
On peut réparer les petites déchirures et les trous par photocoagulation au laser, mais pas tous. S’il y a décollement, le laser ne permet pas de réparer; il faut opérer.

 

                                1225748810125.jpg

 

 

 

                                               1225748833890.jpg

 

 

 

 

Le dépistage de ces anomalies qui peuvent passer totalement inaperçues nécessite l’examen de la périphérie de la rétine , après dilatation de la pupille.

Elles sont plus particulièrement à risque chez les myopes et les opérés de cataracte, ainsi que dans le 2° œil des personnes ayant eu un décollement de rétine sur l’autre œil.

Les symptômes suivants doivent amener à consulter un ophtalmologiste en urgence : apparition brutale de corps flottants ( "mouches, toile d'araignée, pluie de suie", etc.), éclair lumineux répétitif bien localisé dans l'espace, voile noir permanent dans la périphérie de son champ de vision. Il peut s'agir d'un simple décollement du vitré sans décollement de la rétine, mais seul l'examen du fond d'oeil après dilatation de la pupille permettra de faire le diagnostic précis.

 

                    1225748906906.jpg

 

  Fiche d'information  

CENTRE LASER VICTOR HUGO

6 rue du Dôme ,
75116 PARIS, France

Contacts

  • Fixe : 01 56 88 18 00
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

HÔPITAL PRIVE DE VERSAILLES

Site la Maye,
RP 953,
78000 VERSAILLES, France

Contacts

  • Fixe : 01 39 23 33 33
  • Fax : 01 39 63 34 91
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

CABINET D'OPHTALMOLOGIE

40 rue d'Angiviller ,
78000 VERSAILLES, France

Contacts

  • Fixe : 01 39 53 24 43
  • Fax : 01 39 50 51 09
  • Fixe : 01 39 53 24 43
  • Fax : 01 39 50 51 09
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Que peut m'apporter la chirurgie réfractive ?

    Il existe différents troubles de la vision résultant d’un défaut de la réfraction des rayons lumineux à l’intérieur de l’œil. La chirurgie réfractive est un traitement permettant de pallier ce défaut.

    Lire la suite
  • LA CHIRURGIE REFRACTIVE : MYOPIE, ASTIGMATISME, HYPERMETROPIE, PRESBYTIE

     La chirurgie réfractive a pour but de permettre au patient d'améliorer sa vision sans lunettes, ni lentilles. Il est important de savoir que tous les problèmes réfractifs peuvent être opérés, à savoir du plus simple au plus compliqué : la myopie, l'astigmatisme, l'hypermétropie et la prebytie dans une moindre mesure. En revanche, tous les patients ne peuvent être opérés. En effet, c'est une analyse très précise et exhaustive de l'architecture de l'oeil et des caractéristiques réfractives du patient qui permet de poser, ou non, l'indication opératoire. 

    Lire la suite
  • Mon glaucome a été dépisté à temps

    Lors d’une consultation ophtalmologique de routine, Edmé apprend qu’il souffre d’un glaucome. Il vous raconte ses premières réactions, puis sa détermination à bien se traiter.

    Lire la suite
  • Je sais comment instiller correctement mon collyre

    Dans le traitement des affections de l’œil, et notamment en cas de glaucome, un traitement par collyre peut être nécessaire. Bien savoir l’instiller est le pré-requis à l’efficacité du traitement.

    Lire la suite
  • Mon ophtalmologiste me propose une injection intra-vitréenne

    L’injection intra-vitréenne est une technique innovante, souvent proposée quand les autres traitements ne sont pas assez efficaces. Elle est pratiquée en ambulatoire par un ophtalmologiste expérimenté.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale