Docteur Jean-Yves REDOR, Ophtalmologiste à VERSAILLES

Ophtalmologie
Conventionnement : Secteur 2
Malvoyance : je connais les aides existant dans les milieux scolaire et professionnel - Docteur Jean-Yves REDOR, Ophtalmologiste à VERSAILLES - Docvadis

Malvoyance : je connais les aides existant dans les milieux scolaire et professionnel

Activité professionnelle et déficience visuelle ne sont pas incompatibles, mais impliquent des aménagements de manière à lever le handicap professionnel.

En poste actuellement, ma déficience visuelle s’aggrave et je commence à ressentir des difficultés dans la réalisation de certaines tâches. Dois-je en parler à mon travail ?

Oui. Il est même important de pouvoir en parler, afin de rechercher dès à présent des solutions qui permettront de lever votre handicap professionnel.

A qui dois-je en parler ?

Vous devez en parler à votre médecin du travail. Il évaluera avec vous les répercussions de votre déficience visuelle sur vos capacités professionnelles et recherchera les solutions pour adapter vos conditions de travail. Cela pourra passer par un aménagement de votre poste de travail et/ou des missions qui vous sont confiées. Parlez-en également à votre médecin traitant.
Enfin, pensez à informer les représentants du personnel de votre entreprise. Ils peuvent vous accompagner et vous conseiller d’un point de vue légal dans toutes vos démarches.

Vais-je conserver mon emploi ?

Votre employeur est dans l’obligation de rechercher des solutions pour pallier votre handicap professionnel. Si le maintien dans votre fonction actuelle n’est pas possible, un autre poste dans l’entreprise devra être envisagé avant tout reclassement au sein d’une autre entreprise.
Soyez acteur tout au long de cette démarche, et appuyez-vous sur la connaissance que vous avez de votre entreprise.

Existe-t-il des aides financières pour aménager mon poste de travail ?

Il existe de nombreuses aides (aides financières ou aides de professionnels spécialisés dans le handicap) destinées à vous aider et à aider votre employeur. Ayez le réflexe de les solliciter.
Pour cela, veillez à faire reconnaître votre handicap d’un point de vue légal ; c’est la condition indispensable à l’obtention de ces aides.

Auprès de qui dois-je faire la demande de reconnaissance de mon handicap ?

Vous devez en faire la demande auprès de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).
Vous pourrez obtenir toutes les informations concernant cette demande, ainsi que sur vos droits, auprès de votre Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).
Voici des adresses internet qui peuvent vous être utiles :

http://handicap.gouv.fr/travailler/article/travail-en-situation-de-handicap

http://travail-emploi.gouv.fr/emploi/insertion-dans-l-emploi/recrutement-et-handicap/article/emploi-et-handicap-travail-en-milieu-ordinaire

http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/contrats-et-carriere/travailleurs-en-situation-d-handicap/article/les-aides-de-l-agefiph

Mon enfant est malvoyant. Quelles démarches dois-je faire pour son orientation ?

L’objectif pour votre enfant est la reconnaissance de son handicap afin de permettre la mise en place de dispositifs d’aide et de soutien à son intégration dans son environnement scolaire habituel.
Les services de soutien sont de deux types : les SAFEP (Service d’accompagnement familial et d’éducation précoce) de la naissance à 3 ans, les SAAAIS (Service d’aide à l’acquisition de l’autonomie et à l’intégration scolaire) pour les enfants de 3 à 20 ans.
L’orientation choisie peut aussi conduire votre enfant à poursuivre sa scolarité dans un établissement spécialisé.
Pour son orientation scolaire, l’enjeu est de tenir compte avec réalisme de ses capacités et des limites inhérentes à la déficience de votre enfant. Cela suppose, chaque fois que cela vous semble nécessaire, de consulter des intervenants extérieurs, spécialisés dans l’orientation scolaire, d’utiliser de nouvelles technologies ou de faire appel à des psychologues.
Il est important de rester toujours vigilant à la qualité de l’adaptation de votre enfant à son milieu et à sa déficience. Elle est seule garante de son intégration professionnelle.

 

Ne cachez pas votre handicap à votre employeur. Au contraire, recherchez avec lui des solutions en adéquation avec vos capacités professionnelles. Soyez une force de propositions pour faciliter votre intégration au sein de l’entreprise.

Faites-vous également épauler par des professionnels du handicap visuel. Il existe des associations et des réseaux qui ont pour vocation de favoriser l'emploi des travailleurs handicapés et qui pourront vous aider dans la mise en place de votre projet professionnel.

 

CENTRE LASER VICTOR HUGO

6 rue du Dôme ,
75116 PARIS, France

Contacts

  • Fixe : 01 56 88 18 00
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

HÔPITAL PRIVE DE VERSAILLES

Site la Maye,
RP 953,
78000 VERSAILLES, France

Contacts

  • Fixe : 01 39 23 33 33
  • Fax : 01 39 63 34 91
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

CABINET D'OPHTALMOLOGIE

40 rue d'Angiviller ,
78000 VERSAILLES, France

Contacts

  • Fixe : 01 39 53 24 43
  • Fax : 01 39 50 51 09
  • Fixe : 01 39 53 24 43
  • Fax : 01 39 50 51 09
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant souffre de strabisme : que faire ?

    Le strabisme touche 5 % des enfants. Il est important de le traiter le plus tôt possible pour éviter la mauvaise vision d’un œil (amblyopie unilatérale).

    Lire la suite
  • La vue évolue avec l'âge : je fais suivre ma famille

    La vue évolue avec l’âge qui favorise la survenue de modifications ou de défauts de la vision.

    Lire la suite
  • LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L'AGE ou DMLA

     La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une affection chronique, évolutive, invalidante et très fréquente, caractérisée par un vieillissement trop rapide de la macula (la zone centrale de la rétine) qui transmet au cerveau 90% de l’information visuelle. La DMLA, constitue dans les pays développés la première cause de baisse de la vision après cinquante ans. L’augmentation de la fréquence globale de l’affection est directement liée au vieillissement de la population. En France, plus de deux millions de personnes de plus de soixante cinq ans sont atteints de DMLA. Parmi eux, quatre cent mille souffrent de la forme la plus grave : la DMLA exsudative. Le retentissement fonctionnel et la fréquence de cette pathologie en font à l’évidence un véritable problème de santé publique.          

    Lire la suite
  • Le Glaucome

    Pour tout savoir sur le

    Lire la suite
  • J'ai un œil qui "souffre", pleure, est irrité…

    L’œil est sensible et peut réagir différemment selon la situation qu’il subit. Il est important de savoir reconnaître les signes qui traduisent une gêne ou une souffrance de l’œil pour éviter toute complication éventuelle.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale