Centre François BACLESSE - CAEN
VIH, sida : je me fais suivre régulièrement sur le plan proctologique - Centre François BACLESSE - CAEN - Docvadis

VIH, sida : je me fais suivre régulièrement sur le plan proctologique

Un examen proctologique régulier doit compléter l’examen clinique. Il permet d’anticiper les éventuels risques de lésions anales ou de cancer de l’anus.

Pourquoi dois-je faire cet examen ?

La rencontre avec les papillomavirus (HPV) est fréquente. Ces virus peuvent provoquer des dysplasies, voire des cancers anaux, des années après avoir été infecté.

Un examen proctologique régulier permet de dépister les lésions précancéreuses dues au virus HPV.

Toutes les personnes séropositives devraient être suivies sur le plan proctologique, essentiellement la population homosexuelle masculine de façon systématique, puis à un moindre degré la population masculine hétérosexuelle et la population féminine.

L’évolution de la pathologie à HPV n’est pas modifiée par votre traitement antirétroviral.

Les lésions à HPV se manifestent sous forme de condylomes anaux, excroissances ressemblant à des verrues en forme de crêtes-de-coq, sur lesquelles les tumeurs peuvent se développer.

Qu’est-ce qu’un examen proctologique ?

En préalable à cet examen, il vous sera demandé si vous éprouvez des douleurs ou avez eu des saignements.

Cet examen est souvent pratiqué par un proctologue.Il consiste d'abord à regarder l’anus et son pourtour.

L’examen se poursuit avec l’analyse du canal anal qui va de l’ouverture de l’anus jusqu'à la jonction avec le rectum, à environ 4 cm à l’intérieur du corps.

Un toucher rectal est pratiqué.

Un frottis cytologique est ensuite effectué à 3-4 cm à l’intérieur de l’anus avec un écouvillon, sorte de grand Coton-Tige, qui est simplement frotté sur la muqueuse de l’anus. Les cellules récupérées par l’écouvillon sont envoyées au laboratoire pour analyse. Cet examen est tout à fait indolore.

En cas de lésions visibles ou de résultats anormaux du frottis cytologique, on propose une anuscopie réalisée à l’aide d’un anuscope, une sorte de spéculum que l’on insère dans l’anus afin d’en écarter les parois, et qui permet d’observer les lésions et de réaliser une biopsie. Un peu de muqueuse est prélevé à l’intérieur du canal anal et adressé au laboratoire d’analyse.

Quand dois-je faire cet examen ?

Régulièrement.

En l’absence de lésions visibles : une fois paran.

En cas de lésions visibles : deux fois par an.

Si le frottis cytologique est anormal, la surveillance se fera tous les 3 à 6 mois.

Quels sont les traitements possibles de ces tumeurs ?

Ils dépendent de la localisation de la lésion, de son étendue et de sa gravité.

Plus la lésion est traitée tôt, meilleur est le résultat, ce qui renforce l’importance du dépistage régulier.

Il existe plusieurs techniques qui seront évaluées avec le spécialiste :

  • Laser, chirurgie, électrocoagulation, cryothérapie (utilisation du froid), chimiothérapie.

  • Ou souvent, la combinaison de plusieurs de ces techniques.

Quelles questions me seront posées en marge de l’examen ?

Nous devons parler ensemble de vos habitudes sexuelles, car elles peuvent favoriser le développement du virus HPV :

  • Quelle utilisation du préservatif ?

  • Pénétrations anales fréquentes ?

  • Pratiques buccales ?

Nous ferons le bilan d’autres lésions anciennes, comme la syphilis ou des condylomes sur le pénis.

La vaccination contre 6 sous-types d'HPV est recommandée pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, âgés de 14 à 19 ans, avec un rattrapge possible jusqu'à 26 ans.

CENTRE François BACLESSE

3 Avenue du Général Harris ,
14000 CAEN, France

Contacts

  • Fixe : 02 31 45 50 50
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Dépistage du cancer du colon : un dépliant explicatif de l’INCa

     Mars Bleu. Depuis, 5 ans, le mois de mars est l’occasion de relancer la mobilisation contre le cancer colorectal. Chaque année, 40 500 nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués en France. Avec plus de 17 000 décès, le cancer colorectal reste le deuxième cancer le plus meurtrier en France, après le cancer du poumon. Le dépistage constitue l’un des moyens d’agir les plus efficaces. Il permet de diminuer la mortalité par cancer colorectal de 15 à 20 %, mais aussi de préserver au mieux la qualité de vie des patients. Ce dépliant de l’Institut National du cancer répond aux questions que vous vous posez sur ce dépistage.

    Lire la suite
  • J'utilise le test de dépistage du cancer du côlon

    Des lésions peuvent se développer très silencieusement dans les intestins. Aucun signe ne poussant à consulter, seul le dépistage permet leur détection

    Lire la suite
  • J'ai des polypes intestinaux : quelle surveillance ?

    Les polypes sont des formations muqueuses bénignes. Certains peuvent en quelques années évoluer vers une forme cancéreuse (cancer colorectal, appelé aussi cancer de l'intestin).

    Lire la suite
  • Dépistage du cancer du colon : Hemoccult mode d’emploi

     Mars Bleu. Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal repose sur la recherche d’un saignement occulte dans le tube digestif. Le test actuellement utilisé est l’Hemoccult II ®. Il vous sera remis par votre médecin traitant. Le test et sa lecture sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. En cas de test postif, une coloscopie est recommandée. Cette plaquette de l’INCa vous en montre le mode d’emploi.

    Lire la suite
  • Dépistage du cancer du col du l’utérus : dépliant 2010 de l’INCa.

    Le dépistage du cancer du col de l'utérus s'adresse aux femmes âgées de 25 à 65 ans. Il consiste en un frottis cervico-utérin pratiqué par un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme tous les trois ans (après deux premiers frottis normaux pratiqués à un an d'intervalle). Le dépistage du cancer du col de l'utérus est essentiel pour pouvoir repérer le plus tôt possible d'éventuelles lésions précancéreuses et prévenir ainsi l'apparition d'un cancer.   

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale