Centre François BACLESSE - CAEN
J'utilise le test de dépistage du cancer du côlon - Centre François BACLESSE - CAEN - Docvadis

J'utilise le test de dépistage du cancer du côlon

Des lésions peuvent se développer très silencieusement dans les intestins. Aucun signe ne poussant à consulter, seul le dépistage permet leur détection

Le cancer colorectal (appelé aussi cancer des intestins) est fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans. On peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter en soignant certaines lésions avant qu'elles ne deviennent dangereuses. C’est la raison pour laquelle le ministère de la Santé a mis en place un programme national de dépistage de ce cancer.

A qui s'adresse ce dépistage ?

Ce dépistage systématique, organisé en lien avec le médecin traitant, s’adresse aux femmes et aux hommes de 50 à 74 ans n’ayant pas de symptômes et qui ne présentent aucune histoire personnelle ou familiale susceptible de les prédisposer à un cancer colorectal. Si vous appartenez à cette tranche d’âge, vous recevrez ainsi à votre domicile un courrier vous invitant à consulter votre médecin traitant au sujet du dépistage du cancer colorectal. Si votre médecin le juge adapté, il vous remettra le test de dépistage du cancer colorectal gratuitement et vous expliquera comment l’utiliser. Les personnes qui, sur décision personnelle ou de leur médecin, vont bénéfiicer d'une coloscopie prochainement ne feront pas ce test.

Si vous avez dépassé l'âge du dépistage systématique prévu dans le programme national  (plus de 74 ans), il est également recommandé de réaliser régulièrement un tel dépistage. Parlez-en à votre médecin.

Pourquoi dois-je me faire dépister ?

Le cancer du côlon se développe le plus souvent à partir de petites lésions de l'intestin appelées polypes ou adénomes.

Dans la majorité des cas, ces polypes sont indolores et ne provoquent pas de symptômes. Les adénomes détectés tôt peuvent pourtant être traités avant même qu'ils ne deviennent cancéreux. C'est tout l'intérêt du dépistage.

Quel est le test de dépistage utilisé ?

Le test de dépistage du cancer colorectal est un test immunologique qui sert à détecter la présence de traces de sang invisibles à l’œil nu dans les selles. Depuis mai 2015, le test immunologique utilisé est plus simple et plus fiable (lecture automatisée). Il est également plus performant et permet de détecter deux fois plus de cancer et 2,5 fois plus d’adénomes avancés que le test précédemment utilisé. 

Comment se déroule le test ?

Ce test se fait chez soi. Il est simple, rapide et indolore. Le prélèvement de selles est facilité grâce à un dispositif à mettre sur la lunette des toilettes. Un seul prélèvement suffit. Un bâtonnet permet de gratter les selles à leur surface. Ce bâtonnet est ensuite placé dans un tube qui est envoyé à un centre de lecture dans une enveloppe préaffranchie fournie avec le test. L'analyse du test est prise en charge à 100 % par l'Assurance maladie sans avance de frais. 

 Il est important de suivre précisément les consignes de réalisation du test en renseignant bien la fiche d’identification, en plaçant correctement l’étiquette autocollante sur le tube de prélèvement et en respectant les modalités de prélèvement. Le test doit être posté au plus tard 24 heures après le prélèvement.

Que se passe-t-il si le test est négatif et s’il est positif ?

Les résultats négatifs ou positifs sont transmis 24 à 48 heures après au patient, à son médecin traitant et à la structure départementale en charge des dépistages.

Si le test est négatif, cela signifie qu'aucun saignement n'a été détecté. Cependant, un test négatif ne signifie pas "absence de lésions" car il y a des « faux négatifs ». Votre médecin fera le point avec vous selon votre situation. Vous serez invité à renouveler le test tous les 2 ans.

Si le test est positif, une coloscopie devra alors être réalisée par un gastro-entérologue pour identifier d'éventuelles lésions. Cette positivité du test n'est pas synonyme de polype ni de cancer car il existe des "faux positifs" et seule la coloscopie est en mesure de faire un diagnostic.

Que dois-je surveiller entre chaque test ?

Vous devez consulter :

  • Si vous remarquez dusang dans vos selles.

  • Si vous souffrez de troubles intestinaux récents et inhabituels.

  • Si vous ressentez des douleurs abdominales.

  • Si vous constatez un amaigrissement inexpliqué.

Ce test peut il être utilisé avant 50 ans ?

Il existe des formes familiales de cancer colorectal. Dans ces cas particuliers, le test n'est pas utilisé. 

A partir de 45 ans, c'est une surveillance par coloscopie qui est recommandée à toutes les personnes dont un parent au premier degré (père, mère, frère, sœur, enfant) de moins de 65 ans a souffert d'un cancer colorectal, ou dont deux parents au premier degré ont été atteints, quel que soit l’âge. Cette surveillance est recommandée à 25 ou 30 ans, si l’un des parents au premier degré a été atteint à l’âge de 35 ans.

Cependant, la grande majorité des patients atteints de cancer colorectal n’est pas dans cette situation puisque

80 % des patients chez qui on découvre un cancer du côlon n'ont aucun antécédent familial significatif.

La qualité du mode de vie est essentielle dans la prévention du cancer du côlon.

L'activité physique, les fruits et les légumes frais ont un effet protecteur.
Arrêtez le tabac, évitez les graisses animales.

CENTRE François BACLESSE

3 Avenue du Général Harris ,
14000 CAEN, France

Contacts

  • Fixe : 02 31 45 50 50
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Dépistage du cancer du colon : un dépliant explicatif de l’INCa

     Mars Bleu. Depuis, 5 ans, le mois de mars est l’occasion de relancer la mobilisation contre le cancer colorectal. Chaque année, 40 500 nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués en France. Avec plus de 17 000 décès, le cancer colorectal reste le deuxième cancer le plus meurtrier en France, après le cancer du poumon. Le dépistage constitue l’un des moyens d’agir les plus efficaces. Il permet de diminuer la mortalité par cancer colorectal de 15 à 20 %, mais aussi de préserver au mieux la qualité de vie des patients. Ce dépliant de l’Institut National du cancer répond aux questions que vous vous posez sur ce dépistage.

    Lire la suite
  • VIH, sida : je me fais suivre régulièrement sur le plan proctologique

    Un examen proctologique régulier doit compléter l’examen clinique. Il permet d’anticiper les éventuels risques de lésions anales ou de cancer de l’anus.

    Lire la suite
  • J'ai des polypes intestinaux : quelle surveillance ?

    Les polypes sont des formations muqueuses bénignes. Certains peuvent en quelques années évoluer vers une forme cancéreuse (cancer colorectal, appelé aussi cancer de l'intestin).

    Lire la suite
  • Dépistage du cancer du colon : Hemoccult mode d’emploi

     Mars Bleu. Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal repose sur la recherche d’un saignement occulte dans le tube digestif. Le test actuellement utilisé est l’Hemoccult II ®. Il vous sera remis par votre médecin traitant. Le test et sa lecture sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. En cas de test postif, une coloscopie est recommandée. Cette plaquette de l’INCa vous en montre le mode d’emploi.

    Lire la suite
  • Dépistage du cancer du col du l’utérus : dépliant 2010 de l’INCa.

    Le dépistage du cancer du col de l'utérus s'adresse aux femmes âgées de 25 à 65 ans. Il consiste en un frottis cervico-utérin pratiqué par un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme tous les trois ans (après deux premiers frottis normaux pratiqués à un an d'intervalle). Le dépistage du cancer du col de l'utérus est essentiel pour pouvoir repérer le plus tôt possible d'éventuelles lésions précancéreuses et prévenir ainsi l'apparition d'un cancer.   

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale