Centre François BACLESSE - CAEN

Réduire les inégalités liées au cancer : le 3ème Plan Cancer.

 La réduction des inégalités de santé liées au cancer est le premier objectif stratégique dans les propositions pour un 3e plan cancer formulées dans le rapport remis par le Professeur Jean-Paul VERNANT au président de la République en juillet 2013. Les actions et les indicateurs de suivi, proposés par ce rapport, sont retranscrits dans ce document.

Le 2e plan cancer a mis en avant, de manière novatrice, la lutte contre les inégalités, objectif qui ne figurait pas dans le plan précédent. L’objectif de réduction des inégalités s’impose, compte tenu des écarts constatés, sur la prévalence des facteurs de risques (comportements de santé, environnements et conditions de travail, environnement physique) le dépistage, l’incidence, la mortalité, les parcours de soins.

Cette réduction constitue un défi visant à assurer plus d’équité et d’efficacité dans l’ensemble des mesures de lutte contre les cancers.

L’évaluation à mi-parcours du 2e plan cancer observe que peu de mesures abordent spécifiquement le champ des inégalités sociales liées au cancer. La problématique sociale est traitée en aval des soins à travers l’intervention des professionnels du domaine social parallèlement à celle des professionnels de soins ; elle est partiellement intégrée dans la partie prévention-dépistage ; très insuffisamment traitée dans la partie observation et soins. En effet, l’accès aux soins pose toujours problème dans notre système de santé, notamment à cause des dépassements d’honoraires et des restes à charge.

Il apparaît que, si les inégalités territoriales ont davantage été prises en compte dans le 2ème plan cancer, l’objectif de réduction des inégalités sociales liées au cancer n’a pas été concrétisé par des mesures accompagnées d’objectifs opérationnels.

Les mesures nationales (tabac, alcool, dépistages), même globalement efficaces, ont pu finalement renforcer les inégalités du fait de leur moindre adaptation aux populations les plus à risque ou les moins favorisées.

L’objectif proposé est une réduction sensible et objective en 10 ans des inégalités face au cancer.

 

Cette réduction effective des inégalités, peut être suivie par 4 indicateurs :

La mortalité prématurée par cancer.

En France, la mortalité prématurée évitable par cancer est importante. Elle résulte essentiellement de l’exposition à des facteurs de risque et est marquée par des inégalités sociales importantes. La prévention primaire des cancers doit être repensée, pour s’adresser, avec des méthodes adaptées et efficaces, aux groupes à risque et aux populations précaires.

Les inégalités de participation aux dépistages des cancers.

La combinaison des dépistages organisés et individuels du cancer du sein permet d’obtenir un taux de couverture satisfaisant proche de 70 %. Toutefois, les données de suivi du dépistage organisé et les enquêtes montrent d’importantes disparités selon les territoires, l’âge et les caractéristiques socio-économiques. La lutte contre les inégalités de participation au dépistage doit être une priorité pour les prochaines années. Le taux de participation au dépistage du cancer colorectal doit être porté à 60 % dans toutes les tranches d’âge concernées. Cet objectif doit être poursuivi en veillant à ne pas creuser les inégalités d’accès.

Le dépistage du cancer du col reste un dépistage individuel favorisant une forte inégalité sociale de participation qui se traduit dans les données d’incidence ou de mortalité. La généralisation d’un dépistage organisé et le développement de la vaccination anti-HPV devraient permettre de réduire ces inégalités.

Le sur-risque de mortalité des cancers chez les personnes de plus de 75 ans.

En France, 30,6 % des nouveaux cas de cancer so nt diagnostiqués chez des personnes de plus de 75 ans, qui ne représentent que 7,7 % de la population. Les données des registres français des cancers montrent un taux relatif de mortalité augmentant fortement en fonction de l’âge au moment du diagnostic. Ce risque peut être réduit en luttant contre le retard au diagnostic, par l’information et l’éducation des populations concernées et des professionnels de santé.

Les inégalités de survies.

La survie résulte de la prise en charge. L’estimation de la survie, intégrant des données sociales et professionnelles constitue un indicateur permettant de suivre les inégalités de prise en charge. L’objectif 49 de la loi de santé publique de 2004 prévoyait d’assurer une prise en charge multidisciplinaire et coordonnée pour 100 % des patients atteints de cancer afin d’améliorer la survie. La HAS vient d’estimer que seuls 80 % des patients traités pour un cancer voient leur dossier examiné en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP).

Les RCP sont une garantie pour les patients d’une prise en charge de qualité et d’accès à l’innovation et leur généralisation est un moyen de lutter contre les inégalités.

 

Quatre autres points critiques de la prise en charge paraissent particulièrement porteurs d’inégalités dans notre système de santé où la prise en charge financière est assurée pour les soins :

 les délais de diagnostic et de prise en charge,

 l’accès aux technologies et médicaments innovants,

 l’accompagnement et le suivi du patient après le traitement,

 les restes à charge et les dépassements d’honoraires.

Ces points doivent faire l’objet d’un suivi spécifique par des indicateurs.

 

Au total, l’objectif d’une réduction de mortalité par cancer liée à des inégalités sociales est évaluable sur une période de 10 ans.

Il nécessite de mettre en œuvre des mesures ciblées sur les populations défavorisées ou à risque élevé et portant sur la prévention, la participation aux dépistages, la coordination des soins et l’accompagnement pendant et après le traitement.

CENTRE François BACLESSE

3 Avenue du Général Harris , 14000 CAEN, France

Contacts

Téléphone : 02 31 45 50 50

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • 22 novembre 2013 : Colloque Inégalités et Cancer

     À l'occasion du cinquième anniversaire de l'ouverture de l'Espace de Rencontres et d'Information, le Centre François Baclesse organise le 22 novembre 2013, à partir de 14 heures, au Musée des Beaux Arts de CAEN, un colloque-débat INÉGALITÉS FACE AU CANCER. L'entrée est gratuite, ouverte à tous, sur inscription à l'ERI : 02 31 45 50 64 ou eri@baclesse.unicancer.fr Pour un débat ouvert, la participation de tous est souhaitée : patients, proches, professionnels de santé ou sociaux, responsables institutionnels.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur l’E.R.I, sa structure et son fonctionnement

    L’Espace de Rencontres et d’Information (E.R.I) est dédié à l’écoute, l’information et l’échange avec les patients atteints de cancer et leurs proches.

    Lire la suite
  • L'E.R.I, un espace privilégié pour parler du cancer

    Cette vidéo vous invite à visiter l'Espace Rencontre Information (E.R.I) du Centre F. Baclesse à Caen. Découvrez ce qui est habituellement proposé dans un E.R.I. Toute personne concernée par le cancer y est accueillie par des accompagnateurs en santé qui sont à vos côtés pour vous écouter, répondre à vos questions et vous accompagner, avant, pendant ou après la prise en charge de votre maladie. C'est un lieu de rencontre privilégié.

    Lire la suite
  • Découvrir l'application « Cancer établissements autorisés »

    L'application « Cancer établissements autorisés » recense les hôpitaux, cliniques et centres de radiothérapie aptes à prendre en charge les malades du cancer en France.

    Lire la suite
  • Votre Plan Personnalisé de Soins

     Lors des États Généraux des patients qui ont précédé l'écriture du Plan Cancer, les associations de malades avaient souhaité disposer d'un document donnant les grandes lignes d'un traitement parfois long et permettant aux patients de s'organiser en fonction de ce programme de soins. Cette demande a été reprise dans la mesure 31 du Plan Cancer qui fait obligation aux établissements prenant en charge des cancers de remettre ce document à chaque patient. S'il ne vous a pas été donné, réclamez le. Il est aussi un moyen de communication entre l'équipe d'oncologie et votre médecin traitant mais aussi votre pharmacien ou votre infirmière à la maison. N'hésitez pas à le leur montrer.  

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale