Centre François BACLESSE - CAEN
Prise en charge d'un mélanome : ce que je dois savoir - Centre François BACLESSE - CAEN - Docvadis

Prise en charge d'un mélanome : ce que je dois savoir

Le mélanome est un cancer de la peau. Il nécessite une prise en charge rapide pour limiter son extension à d’autres organes.

Un mélanome vient de m’être diagnostiqué, de quoi s’agit-il ?

Le mélanome est un cancer cutané. Il s’agit d’une tumeur cancéreuse qui se développe à partir d’un certain type de cellules de la peau appelées mélanocytes. Parfois le mélanome correspond à un grain de beauté qui se modifie, mais il peut aussi s’agir de l’apparition d’une tache pigmentée qui s’étend progressivement, change de forme et dont la couleur devient inhomogène. Plus rarement, le mélanome se présente sous la forme d’une boule ayant la teinte de la peau normale et qui augmente rapidement de volume. Il peut être localisé n’importe où sur la peau, y compris le cuir chevelu, ainsi que sur les muqueuses.  
Les mélanomes peuvent survenir à tout âge, mais sont plus fréquents après 20 ans. Ils connaissent un pic vers 40-50 ans. Ils peuvent évoluer rapidement.

Le diagnostic ne peut être fait que par l’examen au microscope de la tumeur retirée chirurgicalement. Cette analyse est réalisée par le médecin anatomopathologiste.

Comment mon mélanome peut-il évoluer ?

Il existe différents stades de mélanome qui dépendent de l’épaisseur de la tumeur dans la peau, déterminée par l’examen au microscope. Un traitement à un stade précoce permet une guérison totale. Lorsqu’un mélanome n’est pas traité, il risque de se propager à d’autres organes. Il est donc important de faire le diagnostic très précocement et de l’enlever chirurgicalement pour éviter que les cellules cancéreuses ne se propagent aux ganglions proches (ganglions inguinaux situés près de l’aine, ganglions axillaires situés sous les bras ou ganglions cervicaux et sus-claviculaires situés au niveau du cou), puis à d’autres parties du corps comme le cerveau, le foie, les poumons, les os…

Comment mon mélanome va-t-il être traité ?

Si le mélanome est peu épais (moins de 1 mm), le traitement est uniquement la chirurgie. Pour des tumeurs un peu plus épaisses, on peut parfois proposer, après la chirurgie, un traitement par interféron, dont le médecin vous expliquera les effets secondaires possibles (fatigue ou état grippal). A des stades plus avancés, il existe aujourd’hui de nouveaux traitements dits ciblés. Dans tous les cas, différents spécialistes étudieront votre dossier afin de définir le traitement le mieux adapté à votre situation précise. Après en avoir discuté avec vous, ce traitement va être consigné dans votre PPS (programme personnalisé de soins), qui vous sera remis. Il sera également décidé dans quel établissement vous serez pris en charge.

Je dois me faire opérer de mon mélanome, comment l’opération se déroule-t-elle ?

Pour faire le diagnostic, vous avez déjà subi une première intervention chirurgicale minime, appelée exérèse, qui a consisté à ôter la tumeur.
Vous allez maintenant subir une seconde opération, à but thérapeutique cette fois, appelée exérèse élargie. C’est un traitement local de votre cancer qui a pour but d’enlever la peau autour de la tumeur pour éliminer toutes les cellules cancéreuses et réduire les risques de récidive.

En pratique, selon les cas, le chirurgien va enlever autour de votre première cicatrice une zone de peau supplémentaire (pas plus de 2 cm de chaque côté). Il procède ensuite à la suture de la plaie, à l’application de pansements spéciaux favorisant la cicatrisation ou, le cas échéant, à une greffe de peau sur la zone opérée.
Cette opération dure généralement moins d’une heure et s’effectue en ambulatoire, c'est-à-dire en une seule journée à l’hôpital. Toutefois, une hospitalisation plus longue peut être nécessaire, notamment si une anesthésie générale est indispensable.

Quand l’épaisseur de la tumeur est de plus de 1 mm, il vous sera proposé de pratiquer une biopsie du ganglion sentinelle, c’est-à-dire du principal ganglion de la zone proche dela tumeur. Si les résultats en sont positifs, c’est-à-dire montrant une atteinte du ganglion, les autres ganglions seront enlevés : on parle alors de curage.

Et après l’opération ?

Après l’intervention, la zone traitée peut être douloureuse. Des médicaments antidouleur (antalgiques) vous seront alors prescrits. La surveillance de la cicatrice sera assurée par votre médecin avec l’aide parfois d’une infirmière pour les pansements.

Après l’opération, y a-t-il des recommandations particulières ?

Un temps de convalescence sera nécessaire. Selon la zone touchée par l’opération, certains mouvements peuvent être difficiles. Une kinésithérapie pourra alors vous être proposée.

Comment mon mélanome va-t-il être suivi ?

La surveillance de votre mélanome est organisée à l’avance. Il s’agit de consultations médicales durant lesquelles votre médecin va vous interroger, vous examiner et parfois réaliser des examens complémentaires.
Selon la gravité du mélanome, vous devrez revoir votre médecin tous les trois ou six mois pendant trois à 5 ans, puis ensuite tous les ans à vie. Il est impératif de respecter ces rendez-vous qui consistent à surveiller les signes éventuels de récidive, voire l’apparition d’un second mélanome.
Entre ces rendez-vous, vous ne devez pas hésiter à contacter votre médecin pour toute question ou si vous ressentez quelque chose d’anormal.

Le mélanome malin cutané est un cancer grave, si on en fait tardivement le diagnostic. Il guérit facilement s’il est enlevé précocement. N’hésitez surtout pas à consulter un médecin si vous constatez une tache bizarre sur votre peau ou un grain de beauté qui s’est modifié ! 

 

 

CENTRE François BACLESSE

3 Avenue du Général Harris , 14000 CAEN, France

Contacts

Téléphone : 02 31 45 50 50

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • La prise en charge de votre mélanome cutané : un guide INCa-HAS.

    En France, chaque année, 7 300 nouveaux cas de mélanome cutané sont diagnostiqués soit près de 3 % de l’ensemble des cancers. Ce guide a été rédigé, en par la Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Institut national du cancer (INCa). Il explique les traitements qui peuvent vous être proposés, la façon dont ils sont choisis, leurs buts, leur déroulement, leurs effets secondaires. Il décrit le rôle des différents professionnels que vous rencontrez. Il propose aussi des réponses aux questions de vie quotidienne ou administratives qui peuvent se poser au début de la maladie.

    Lire la suite
  • Je surveille mes grains de beauté

    Un grain de beauté est sans gravité. Mais lorsqu’il se modifie en forme, en couleur ou en diamètre il faut demander un avis médical afin de dépister rapidement un éventuel mélanome. Surveillance des grains de beauté, appelés aussi "naevus" par les médecins.

    Lire la suite
  • J'assiste à l'ablation d'un grain de beauté

    Cette vidéo vous montre le déroulement de l'ablation d'un grain de beauté. Le Dr Philippe Beaulieu vous explique qu'il faut les retirer précocement dès qu'ils ont un risque de dégénérer en mélanome, cancer de la peau. L'ablation est faite sous anesthésie locale et le fragment prélevé est adressé à un laboratoire spécialisé pour analyse.

    Lire la suite
  • Comprendre le mélanome de la peau : un guide SOR-Savoir patient.

    Le guide SOR_Savoir_Patient "Comprendre le mélanome de la peau" est édité par l'INCa, la Ligue nationale contre le cancer, la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC), l’UICC et la Société Française de dermatologie. Vous trouverez, dans ce guide, de nombreuses réponses sur le mélanome, sa prévention, les moyens du diagnostic et des traitements, des fiches sur des points précis de la prise en charge et un glossaire qui vous permettra de comprendre certains termes employés par vos médecins.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur le carcinome basocellulaire

    Le carcinome basocellulaire (CBC), le plus fréquent des cancers de la peau, est également le moins dangereux s’il est rapidement traité. Se développant sur des zones exposées au soleil, les CBC ne produisent généralement pas de métastases et sont définitivement éliminés après une rapide intervention chirurgicale.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale