Centre François BACLESSE - CAEN

Frottis : je participe au dépistage du cancer du col utérin.

Le dépistage consiste à détecter des lésions au stade le plus précoce possible, avant même qu'elles ne deviennent cancéreuses (lésions précancéreuses). Il y a très peu de maladies qui se prêtent aussi bien au dépistage que le cancer du col. On estime que si le dépistage était bien conduit et généralisé, la maladie serait presque complètement évitable. Ainsi, dans les pays où un dépistage organisé a été mis en place, le cancer du col a régressé de près de 90% depuis les années 1950.     

Le cancer du col est-il une maladiefréquente ?

Dans le monde entier, le cancer du col atteint 500 000 femmes et est responsable de plus de 270 000 décès par an. Il est la première cause de mortalité par cancer chez la femme dans les pays en voie de développement. Les pays où la maladie est la moins fréquente sont ceux où a été mise en place une politique d'organisation du dépistage : Finlande, Irlande. En France, chaque année, plus de 3000 femmes sont touchées et plus de 1000 décèdent de la maladie.

 

Pourquoi le dépistage est-il aussiefficace contre le cancer du col ?

Le cancer du col est une maladie d'évolution lente. L'infection par virus HPV, facteur principal des lésions du col, est extrêmement fréquente, mais dans la grande majorité des cas, l'organisme va se débarrasser du virus en 1 à 3 ans. Ce n'est que lorsque le virus persiste plusieurs années que le processus de cancérisation débute par des lésions précancéreuses de bas grade qui elles-mêmes vont mettre plusieurs années à se transformer en lésions sévères puis en cancer invasif. La découverte et le traitement des lésions à chacune de ces étapes peuvent interrompre le processus et éviter la survenue du cancer. Parmi les facteurs de risque de cancer du col, l'absence de dépistage est, de loin, le plus important en multipliant le risque par 22.

 

À qui s'adresse le dépistage deslésions du col utérin ?

Le dépistage par frottis doit être régulier chez toutes les femmes de 20 à 65 ans. Le débuter plus tôt n'est pas très utile car il faut un certain temps entre les premiers rapports sexuels et la survenue de lésions et il y a souvent des anomalies du frottis chez l'adolescente qui vont guérir seules. L'arrêt à 65 ans ne se conçoit que si le dépistage a été suivi régulièrement jusque là.

 

À quel rythme faut-il faire desfrottis ?

Les deux premiers examens doivent être faits à un an d'intervalle. Ensuite un frottis tous les 3 ans est suffisant pour donner une bonne protection. Faire des frottis plus rapprochés n'apporte qu'une diminution minime du risque et contribue à augmenter le coût pour l'Assurance Maladie sans permettre à toutes les femmes d'avoir accès au dépistage.

À l'inverse, si une lésion a été mise en évidence, une surveillance plus rapprochée sera mise en route, tous les 6 mois ou tous les ans jusqu'à normalisation.

 

Le frottis du col comment cela sepasse ?

Le frottis est un examen extrêmement simple, rapide et totalement indolore. Il peut être réalisé par votre médecin généraliste ou votre gynécologue. Il se fait en position gynécologique (cuisses écartées) après pose d'un spéculum qui permet de voir le col. Les cellules superficielles du col sont prélevées à l'aide d'une spatule ou d'une petite brosse. Elles sont ensuite soit déposées sur une lame de verre puis fixées avec de la laque, soit mises dans un liquide spécial. Le prélèvement est ensuite adressé au laboratoire avec vos coordonnées et les détails de l'examen. Il est coloré et observé au microscope à la recherche de cellules anormales.

1266077981389.jpg

Idéalement, le frottis doit être fait à distance des règles et il vaut mieux qu'il n'y ait pas eu de rapport, de tampon ou d'injection vaginale dans les 48 heures. En cas d'infection vaginale, il est préférable d'attendre la fin du traitement.

Si vous êtes enceinte et que vous n'avez jamais eu de frottis auparavant, signalez le à vos médecins. Même si ce n'est pas la période idéale, le premier frottis peut être fait à l'occasion d'une des consultations gynécologiques de la grossesse.                    

 

L'examen demande en général une dizaine de jours. Vous en recevrez les résultats ou votre médecin vous reverra pour vous les donner. Si tout est normal, beaucoup de médecins pratiquent le "Pas de nouvelles, bonnes nouvelles" ; s'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas sur le résultat que vous avez reçu, demandez des explications à vos médecins.

 

L'infection par HPV est souvent contractée dès les premiers rapports et peut mettre de nombreuses années avant d'entraîner le processus de cancérisation. Il est donc indispensable de poursuivre les frottis même si vous n'avez plus de rapport. Les formes les plus graves de cancer du col se rencontrent souvent dans de tels cas où la femme ne se croit plus à risque car elle n'a plus de rapport.

 

Le pic de fréquence du cancer du col se situe vers 40 ans, mais l'incidence ne baisse pas beaucoup aprè s cet age et il est préférable de trouver une lésion précancéreuse à 60 ans qu'un cancer à 75. La poursuite du dépistage après la ménopause est donc indispensable que vous ayez ou non un traitement hormonal. Parfois la sécheresse des muqueuses dans cette période nécessitera de vous donner un traitement local par hormones dans les quelques semaines qui précèdent le frottis.

 

Si l'intervention a été faite pour une lésion strictement bénigne (fibromes) et que le col a été enlevé, le cancer du vagin est très rare et l'on peut, dans ce cas, arrêter le dépistage. Si l'utérus a été enlevé pour des lésions cancéreuses ou précancéreuses, la poursuite de la surveillance est préférable. Dans tous les cas, si le col est resté en place (hystérectomie subtotale) les frottis sont nécessaires.

 

Les vaccins actuellement disponibles protègent contre les HPV de type 16 et 18 qui représentent, en Europe, 60 à 70% des virus à potentiel cancérigène. Par ailleurs, il s'agit d'une méthode récente dont les résultats à long terme ne sont pas encore connus. Le dépistage par frottis est donc indispensable pour compléter votre protection contre le cancer du col.

 

En France, le frottis est un acte médical pris en charge par l'Assurance Maladie à hauteur de 70%. Le coût de l'acte de laboratoire est de 15,40 €. La consultation médicale est remboursée par la CPAM et les Mutuelles en fonction des tarifs pratiqués (re nseignez vous sur   http://www.ameli.fr/  ).

Il n'y a pas, en France, de politique de dépistage du cancer du col, organisée à l'échelon du territoire. C'est donc vous-même qui devez prendre l'initiative de faire pratiquer des frottis. Le plus souvent votre médecin gardera dans votre dossier le calendrier de votre dépistage et vous le rappelera. Dans quelques départements, un dépistage organisé a été mis en place et une association envoie des rappels aux femmes qui n'ont pas eu de frottis réguliers.

Le dépistage des lésions du col utérin par frottis cervical est le geste le plus simple et le plus efficace pour la prévention des lésions cancéreuses. Il a permis a lui seul de faire reculer considérablement la maladie. Faites vous faire un frottis tous les 3 ans de 20 à 65 ans. 

    

CENTRE François BACLESSE

3 Avenue du Général Harris , 14000 CAEN, France

Contacts

Téléphone : 02 31 45 50 50

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale