Le site de Nini Doc

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Décompression à l'oxygène

    1.L’oxygène est LE gaz thérapeutique des accidents de plongée : administration « normobare » sur le bateau au plus vite et sans interruption dès la suspicion d’ADD (ou de surpression pulmonaire). On assiste parfois à la résolution complète de tous les symptômes d’ADD avant même la recompression dans le caisson.

    2.Utilisé pour la décompression, il améliore le dégazage, permet la suppression des bulles habituellement détectées après les plongées « courantes » avec déco à l’air, améliore l’oxygénation des tissus qui auraient pu souffrir. Sans parler d’accident, ni même d’incident, les utilisateurs peuvent témoigner de la disparition des sensations désagréables fréquemment observées au décours des plongées : fatigue, maux de tête ou sensation de tête lourde avec parfois léger état nauséeux, picotements, petite gêne articulaire. C’est trop souvent mis sur le compte de la qualité médiocre de l’air des bouteille (« il aurait du changer les filtres du compresseur »), d’une mauvaise digestion, d’un état migraineux, d’une fatigue générale indépendante de la plongée… Il ne s’agit en général que d’une mauvaise désaturation.

    3.Un pony d’oxygène est-il encombrant ? – pas du tout, si c’est un petit bloc de 3l en alu ; même pas de changement de lestage à effectuer, aucune modification de la conso observée témoin de l’absence de gêne au déplacement (si on le porte en « sidemount » (cf. photo).Pour la planification, tabler, pour être large, sur une conso de 10 bars/minute.

4.Faut-il un ordi spécial pour gérer la déco à l’air ? – En théorie c’est mieux en pratique, effectuer les 2/3 du total des paliers indiqués (donc pour une déco à l’air) à 6m (la décompression est donc ainsi réalisée), puis terminer les paliers indiqués à 3m (ou 4m) pour ne pas faire hurler l’ordi sur le bateau, à l’oxy, c’est mieux, à défaut à l’air. Aucun problème pour des temps de paliers n’excédant pas 10’, voire 15’, au-delà… mais est-on encore dans la plongée-loisir ?...

5.L’oxy au palier est-il dangereux ? – Non, si on ne descend pas plus bas que 6m (on peut faire 2-3’ à 6m30 ou 6m40 si l’ordi affiche du palier à 6m) et si on ne fait pas d’effort au palier : parachute et système pour se maintenir sans effort à 6m ++

6.Est-ce que l’oxy coûte cher ? – 2ct le litre détendu, soit 6 € les 100 bars pour un pony de 3l ; quant au kit de déco, compter autour de 400 €.

7.La déco à l’oxy est-elle une garantie de ne pas coincer ? – Évidemment non ! Surtout, l’oxy est un « plus » : toujours planifier sa plongée (et sa conduite…) comme si le pony s’avérait inutilisable…

8.Peut-on basculer sans problème de l’oxy à l’air, par exemple s’il faut redescendre pour une assistance ou libérer le mouillage ? – oui, mais attention, se rappeler que la pratique du yo-yo est un facteur d’ADD qui ne peut pas être prévenu par les tables et les ordis ++ (c’est aussi l’intérêt du spool et du mousqueton tek de blocage d’empêcher tout yo-yo au palier !)

  • Pony d'oxy porté en sidemount

    Pony d'oxy porté en sidemount

  • Usage du spool bloqué par un mousqueton tek

    Usage du spool bloqué par un mousqueton tek

Quelques explications précédées de petits rappels avant de lire la suite, même si tout est bien connu :
·Toutes les plongées s’accompagnent de « bulles silencieuses » lors de la décompression, en particulier des « micro-bulles » présentes dans la « sang veineux ».
·Les ennuis commencent quand le « volume de gaz libre » dépasse un certain seuil, parfois baptisé « VPM » (pour « Volume Permis Maximal » ?!), ou lorsque des bulles, inoffensives tant qu’elles étaient dans le sang veineux, passent sur le versant artériel de la circulation, soit parce que le filtre pulmonaire, qui élimine en principe les petites bulles circulantes du sang veineux, est saturé, soit parce que les poumons sont « shuntés » : par exemple, quand des bulles « veineuses » deviennent « artérielles après passage à travers un FOP : communication anormalement présente entre le cœur droit, « veineux », et le cœur gauche, « artériel ». (.NB : il existe d’autres shunts possibles que le FOP, mais ne compliquons pas les choses !)
(Attention ! Dans la « petite » circulation – la circulation pulmonaire -, les « artères » (pulmonaires) contiennent du sang veineux chassé du cœur (droit) vers les poumons, et les veines pulmonaires » ramènent au cœur (gauche) du sang artériel…)
Dans ce qui suit, je simplifie volontairement à l’extrême, par souci de clarté !
Ainsi, nous considèrerons (même si ça n’est pas tout à fait exact !) que :
·Une « microbulle » ne contient que de l’azote (N2),
·La pression du gaz dans la bulle est égale à la pression ambiante (la pression absolue, Pabs),
·La composition du gaz alvéolaire lors de l’inspiration est la même que celle du gaz inspiré.
La diffusion de l’azote de la microbulle vers l’alvéole pulmonaire, à travers la membrane alvéolo-capillaire se fait selon le « gradient de diffusion alvéolo-capillaire », entendez : la différence de pression (partielle : PPN2) entre la microbulle et l’alvéole. Notons au passage, que la bulle prend plus la forme d’un manchon obstructif que d’une perle !
Le but est clairement de réduire le volume bullaire pour éviter les ADD.
Pour simplifier, admettons que l’air contienne 80% d’azote.
La PPN2 dans la bulle est égale à 100% de la Pabs, celle dans l’alvéole à 80% de la Pabs si c’est de l’air qui est inspiré, 0% si c’est de l’O2 : le gradient de diffusion de l’azote de la microbulle est donc, à profondeur égale, 5 fois supérieur en cas de décompression à l’oxygène pur (100%- 0%) plutôt qu’à l’air (100% - 80%).
Le gradient de diffusion étant proportionnel à la Pabs, il sera supérieur à 6 m qu’à 3 m de 23%, d’où l’intérêt de faire le palier à l’oxy à 6 m plutôt qu’à 3 !
  • Le

    Le "siphonage" de la microbulle du capillaire pulmonaire

Cabinet Médical

23 Boulevard Carlone,
Le Sun Star,
06200 Nice, France

Contacts

  • Fixe : 06 40 49 77 60
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Urgences et premiers soins

Suspicion ou possibilité d'ADD: faites le 15 (SAMU) et prévenez le caisson +++

Caisson hyperbare de Nice (CHU Pasteur):04.92.03.77.72

Caisson hyperbare de Toulon (HIA Sainte-Anne): 04.83.16.21.82

Caisson hyperbare d'Ajaccio: 04.95.29.91.93 ou 04.95.29.91.94

(Centre anti-poison : 04 91 75 25 25)

Découvrez tous nos conseils

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale