Le site du Docteur nicolas Kasanin

Cardiologie
Conventionnement : Secteur 1
Ai-je un risque de devenir diabétique et comment m’en protéger ? - Le site du Docteur nicolas Kasanin - Docvadis

Ai-je un risque de devenir diabétique et comment m’en protéger ?

Méconnu et silencieux, le diabète de type 2 est une maladie chronique, souvent découverte tardivement. Cependant, il est possible dans de nombreux cas de prévenir, ou du moins retarder, son apparition en adoptant de bonnes habitudes alimentaires, en perdant du poids et en faisant régulièrement de l’exercice.

Quels sont les facteurs de risque du diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est d’origine génétique et largement influencé par l’environnement.

Si l’un des deux parents a développé un diabète de type 2, le risque de devenir diabétique est d’environ 40 % ; il monte à 70% si les deux parents sont atteints. Des facteurs liés au mode de vie comme la sédentarité, le surpoids et l’obésité (avec une surcharge graisseuse abdominale) favorisent l’apparition du diabète de type 2 chez les personnes génétiquement prédisposées.

D’autres facteurs peuvent également intervenir : ainsi, dans le cas d’un diabète gestationnel, c’est-à-dire un diabète qui apparaît au décours de la grossesse et qui disparaît après l’accouchement, la mère présente un risque supérieur de développer un diabète de type 2 par la suite.

Et si je suis à risque, quelle sera ma surveillance ?

Si vous avez un ou plusieurs des facteurs de risque décrits ci-dessus, votre médecin vous recommandera des mesures qui permettront de prévenir ou du moins retarder l’apparition du diabète. Il réalisera aussi un dépistage du diabète en dosant votre glycémie à jeun. Ce dépistage doit être systématique à partir de 40 ans chez les personnes ayant un ou plusieurs facteurs de risque de daibéte de type II.

Si votre glycémie à jeun est<à 1g, elle est normale et il faudra la doser à nouveau 3 à 5 ans plus tard si aucun autre changement particulier ne survient.

Si votre glycémie est supérieure à 1g et inférieure à 1,26g, la surveillance devra être plus rapprochée. 

Pour rappel, on parle de diabète quand la glycémie à jeun est supérieure ou égale à 1,26g.

Comment peut-on prévenir le diabète de type 2 ?

Il est tout à fait possible de prévenir ou de retarder l’apparition d’un diabète de type 2, surtout si vous savez faire partie des personnes « à risque ». Il est pour cela essentiel de connaître votre « capital santé » : hérédité, poids actuel et poids à la naissance…

Pour mémoire, une perte de poids de 7% accompagnée de 2H30 de sport par semaine, et d’une alimentation riche en fibres et à faible teneur en graisses notamment en graisses saturées, permet une réduction de 58 % du risque d’apparition du diabète.

La mise en place des mesures hygiéno-diététiques correctives peuvent être nécessaires. Celles-ci impliquent notamment de :

  • Surveiller votre poids : un tour de taille élevé (102 cm chez l’homme, 88 cm chez la femme) augmente les risques de développer un diabète de type 2. Maîtriser votre poids est donc nécessaire. Cela vous permettra également de réduire votre hypertension, votre taux de cholestérol ainsi que les risques d’arthrose et d’accidents cardio-vasculaires...

  • Bouger : une activité physique régulière réduit les risques de développer un diabète de type 2. En outre, faire régulièrement de l’exercice physique est également bénéfique sur le plan cardio-vasculaire ; cela limite le stress, permet de combattre la déprime et améliore votre condition physique générale. Actuellement, il est recommandé de faire 2h30 de sport par semaine, réparties en plusieurs séances d’au moins 30 minutes.

  • Éviter les graisses (lipides) : elles interfèrent avec le métabolisme des sucres (glucides). Aussi, pour prévenir le diabète, il est préférable d’en consommer peu. Il est préférable de diminuer :

    • les graisses d’origine animale (viandes rouges, œufs, charcuteries, fromages, beurre, crème fraîche),

    • mais aussi les aliments frits, les cacahuètes et autres oléagineux(les chips, les chocolats, les glaces, les pâtisseries, viennoiseries ou biscuits apéritifs).

  • Éviter les sucres rapides : gâteaux, bonbons, glaces, boissons sucrées, jus de fruits, sodas, sucre en morceaux et en poudre augmentent les risques de développer un diabète de type 2.

  • Privilégier les sucres lents et les fibres alimentaires : pâtes, pommes de terre, riz et légumes secs (lentilles, pois chiches…). Les fibres alimentaires présentes surtout dans les légumes cuits et les fruits présentent de nombreux avantages : absorbées par l’intestin, elles captent une partie des sucres et des graisses alimentaires, ralentissent l’absorption des sucres rapides et évitent les pics glycémiques qui épuisent le pancréas.

Pour vous aider, vous pouvez noter vos progrès : cela vous motivera pour continuer . Aussi, n'hésitez pas à demander de l’aide à votre médecin.

 

Si vous avez plus de 40 ans, que vous êtes en surpoids et que vous avez des antécédents familiaux de diabète de type 2, vous êtes à risque de développer cette maladie à votre tour. Souvent, les symptômes se manifestent lorsqu’il est trop tard. Vous pouvez préserver votre qualité de vie et prévenir ou retarder l’apparition du diabète de type 2 en apportant de petits changements à vos habitudes quotidiennes. N’hésitez pas à en parler à votre médecin. Vous pouvez également vous rapprocher d’une association de patients pour obtenir plus d’informations, par exemple l’Association Française des Diabétiques (AFD) : http://www.afd.asso.fr/ - 01 40 09 24 25.

CMC PARLY2


REANIMATION CARDIO VASCULAIRE, 21 rue Moxouris ,
78150 LE CHESNAY, France

Contacts

  • Fixe : 01.39.63.71.66 ou 01.39.6
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

CLINIQUE SAINT LOUIS

1 RUE BASSET ,
78300 POISSY, France

Contacts

  • Fixe : 01.30.74.88.61
  • Fax : 01.30.74.88.62
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je comprends le traitement de l'apnée du sommeil

    Cette vidéo permet de comprendre en quoi consiste le traitement de l’apnée du sommeil par pression positive. Le Dr Sapène présente les différents traitements disponibles. Un patient vous montre comment il utilise le dispositif médical de traitement par pression positive. Il partage son expérience et témoigne de l’apport de ce traitement sur sa qualité de vie.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les complications liées à l’infection par le VIH

    Cette vidéo fait le point sur les complications observées aujourd’hui chez les personnes vivant avec le VIH. Le Docteur Meynard vous les décrit : plus de tumeurs, de complications cardiovasculaires et de co infections avec le virus de l’hépatite C. Vous comprendrez pourquoi il est important d’adopter une meilleure hygiène de vie, avec une alimentation équilibrée, de l’activité physique, et l’arrêt du tabac.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur la transplantation rénale

    La transplantation rénale, également appelée greffe, consiste à mettre en place un nouveau rein chez une personne souffrant d’insuffisance rénale. Elle constitue le traitement de choix de l’insuffisance rénale terminale et permet de retrouver une qualité de vie proche de la normale.

    Lire la suite
  • Insuffisant rénal chronique : comment suis-je suivi ?

    Pour évaluer le stade et la gravité de l’insuffisance rénale, les médecins se basent sur les résultats de vos examens de sang et d’urine. Cette fiche présente les marqueurs de l’insuffisance rénale chronique autres que créatinémie, clairance et débit de filtration glomérulaire (DFG).

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale