Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire du CH de Montluçon
5 conseils pour préserver et entretenir ma mémoire - Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire  du CH de Montluçon - Docvadis

5 conseils pour préserver et entretenir ma mémoire

Vous avez le sentiment que votre mémoire vous joue des tours ; le titre du film que vous avez vu la semaine dernière vous échappe ; vous ne savez plus où vous avez posé votre téléphone. Avec l’avance en âge, les capacités à stocker et restituer les informations tendent à décliner, surtout si on n’en prend pas grand soin. Voici 5 conseils pour préserver et entretenir votre mémoire.

 5 conseils pour préserver et entretenir ma mémoire

Menez une vie saine.

Commencez par supprimer ce qui est toxique pour votre cerveau, l’alcool et le tabac (les drogues). L’alcool crée des lésions irréversibles des neurones et affecte sérieusement le fonctionnement du cerveau, et en particulier de la mémoire ; alors limitez-vous à une consommation très modérée d’alcool. De même, le tabac abîme vos artères et altère la circulation du sang dans votre cerveau ; moins bien irrigué, il est moins performant. Prenez la décision d’arrêter de fumer ; si besoin demandez de l’aide à votre médecin. À l’inverse, certains comportements sont bénéfiques. Pratiquer une activité physique régulière est bon pour votre cœur, vos artères et votre cerveau ; cela diminue votre stress, grand ennemi de votre mémoire. De même, une alimentation saine, équilibrée, diversifiée et riche en acides gras oméga 3 (que l’on trouve entre autre dans les poissons gras et dans l’huile de colza) participe à la préservation de votre mémoire. Enfin, dormez suffisamment. Le cerveau profite de la nuit pour trier et mémoriser les informations de la journée. Supprimez les écrans, oubliez vos soucis, détendez-vous et faites le vide avant de vous endormir. La nuit se chargera de mettre de l’ordre dans vos idées et d’enregistrer ce que vous aurez engrangé durant la journée.

Faites la chasse aux pathologies qui pourraient altérer votre mémoire.

Tout ce qui risque d’altérer la circulation du sang dans votre cerveau est susceptible d’induire une diminution de vos fonctions cognitives et de votre mémoire. C’est pourquoi il est important de dépister (et de traiter) une hypertension artérielle, un excès de cholestérol ou un diabète. D’autres pathologies peuvent affecter votre mémoire ; par exemple, une hypothyroïdie occasionne une grande fatigue, une dépression ou un état d’anxiété diminue votre concentration. Enfin certains médicaments (antidépresseurs, tranquillisants, somnifères, bêtabloquants ou antihistaminiques) peuvent diminuer votre vigilance et vos capacités à mémoriser. Toutefois, vous ne devez pas arrêter votre traitement sans l’avis de votre médecin.

Luttez contre la fatigue, le stress.

Le stress et la fatigue sont de grands ennemis de votre mémoire. Votre cerveau « tourne à vide » ne retient rien. Vous êtes surmené, reposez-vous ; faites un break. Vous êtes sur des charbons ardents, vous êtes stressé, la relaxation et la méditation vous aideront à déconnecter et retrouver votre sérénité ; pratiquées régulièrement elles peuvent vous aider à améliorer vos capacités mnésiques.

Gardez le contact et fuyez l’isolement.

Coupé du monde, vous ne serez pas stimulé et n’aurez rien à mémoriser.

Avec l'âge votre vue et votre ouïe tendent à baisser. Une consultation régulière chez l’ophtalmologiste et l’ORL permettra de dépister et de corriger un déficit. Un vue défaillante tend à réduite les activités de type lecture, mots croisés et travaux manuels, tandis qu'une baisse d'audition entrave les échanges sociaux et conduit à l'isolement. Lire, jouer et multiplier les activités sociales -rencontres, discussions, voyages, sorties culturelles- est une bonne façon de faire travailler son cerveau et sa mémoire.

Exercez votre mémoire comme un muscle.

La mémoire ne s'use que si l'on ne s'en sert pas ! Entretenez la en l’exerçant régulièrement par des activités variées sollicitant la logique, le raisonnement, le vocabulaire, les connaissances, etc. Des jeux comme le scrabble, le Sudoku, les échecs, le Cluedo, sont excellents. Cuisiner, jouer d’un instrument entretiennent également votre mémoire. De multiples occasions d’exercer votre mémoire se présentent durant la journée : lâchez la calculette pour faire les opérations simples, tentez de retenir les numéros de téléphone de vos proches, mémorisez votre liste de courses et ne vérifiez qu’à la fin de vos emplettes si vous n’avez rien oublié.Trouvez des astuces pour retenir ce que vous avez du mal à mémoriser ; par exemple servez-vous de moyens mnémotechniques (que vous inventerez vous-même), ou si vous avez une mémoire visuelle servez-vous d’images ou écrivez ce que vous voulez retenir (faites-vous des fiches de lecture). Après avoir lu un texte ou vu une émission, racontez à un proche ce que vous en avez retenu.

Il y a oubli et oubli, certains sont assez banals, d’autres plus inquiétants. Tout le monde peut oublier un nom ou un numéro de téléphone ; mais oublier souvent des événements récents est moins normal. Il n’est pas normal non plus de ne plus savoir où on a passé ses dernières vacances. Il est possible de ne plus se souvenir où on a posé ses lunettes ; mais les avoir rangées dans le réfrigérateur n’est pas anodin. De même, chercher de temps en temps le mot juste n’a rien d’inquiétant ; en revanche oublier les mots courants et les remplacer par des termes impropres doit conduire à consulter. 

Centre Hospitalier de Montluçon


Service de Neurologie / UNV / Cs Mémoire, 18 Avenue du 8 Mai 1945 ,
03100 Montluçon, France

Contacts

  • Fixe : 0470023092
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Quelles précautions dois-je prendre pour prévenir une phlébite ?

    La phlébite des membres inférieurs risque de survenir quand la circulation veineuse est ralentie ou empêchée. La formation d’un caillot dans une veine profonde des membres inférieurs peut avoir des conséquences graves (embolie pulmonaire) et doit être évitée.

    Lire la suite
  • Zona, je m’informe sur les personnes à risque

    Le zona est dû au réveil et à la multiplication du virus de la varicelle qui chemine le long d’un nerf sensitif et entraîne des lésions nerveuses au cours de ce trajet. Le zona se caractérise par l’éruption de petites vésicules sur une zone de peau rougie, associée à des démangeaisons, des décharges électriques et des douleurs. Il est généralement bénin et peut toucher n’importe qui, mais certaines personnes sont plus à risque de contracter cette maladie et de développer une forme plus sévère.

    Lire la suite
  • J'ai de l'hypertriglycéridémie

    Une hypertriglycéridémie correspond à un excès de graisses (triglycérides) dans le sang. Associée à une hypercholestérolémie, elle constitue un facteur de risques cardiovasculaires majeur. Isolée, elle est également dangereuse pour les artères et est toujours le reflet de désordres nutritionnels.

    Lire la suite
  • Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie

    L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

    Lire la suite
  • J’apprends à retirer une tique : les bons conseils

    Les tiques sont des acariens qu’on trouve le plus souvent dans les bois et les hautes herbes. Des maladies infectieuses, liées à des bactéries ou des virus, peuvent être transmises par les tiques. Certaines peuvent avoir des conséquences graves. Il est donc nécessaire de se protéger contre les tiques et de savoir les retirer correctement. Voici quelques conseils simples à suivre.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale