Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire du CH de Montluçon
Je souffre d’un trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) : je m’informe - Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire  du CH de Montluçon - Docvadis

Je souffre d’un trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) : je m’informe

Le trouble obsessionnel compulsif (T.O.C.) serait la quatrième pathologie psychiatrique la plus fréquente et toucherait plus d’un million de personnes en France. Il peut se révéler très invalidant.

Qu’est-ce qu’un trouble obsessionnel compulsif ?

Un trouble obsessionnel compulsif, ou T.O.C., est une maladie caractérisée par des pensées envahissantes, des obsessions qui s’imposent en permanence et provoquent de l’anxiété. Vous reconnaissez le caractère absurde de ces obsessions mais ne pouvez leur résister, ce qui engendre un sentiment de honte ou de culpabilité.

 

Les obsessions les plus couramment rencontrées sont la crainte :

  • d’être sali, souillé ou contaminé, et de transmettre cette souillure,

  • de jeter des choses importantes par erreur,

  • d’oublier d’éteindre la lumière ou le gaz, de fermer l’eau ou la porte,

  • de faire du mal à quelqu’un par inadvertance,

  • de perdre le contrôle de soi-même et de commettre un acte agressif ou immoral.

Quelles sont les principales manifestations de la maladie ?

Les principales manifestations sont des compulsions, des gestes ou des pensées répétées pour calmer l’anxiété générée par les obsessions.

 

Il peut s’agir d’actions comme se laver les mains, vérifier la fermeture du gaz, des robinets d’eau, des portes, ou d’activités cognitives telles que se réciter des séries de chiffres ou des prières, ou demander à être rassuré. Les compulsions sont ritualisées, répétées, et occupent généralement plus d’une heure dans la journée. Des symptômes comme ne rien jeter, ruminer des pensées, être très lent ou obsédé par l’ordre, la symétrie, etc., caractérisent aussi parfois la maladie.

 

Les formes de TOC dites légères n’altèrent pas la vie sociale ni professionnelle mais provoquent une gêne et une souffrance quotidiennes. Les formes sévères aboutissent éventuellement à un isolement social et familial, à une perte d’emploi, et parfois à une hospitalisation en milieu psychiatrique.

Quelle est la cause de cette maladie ?

La maladie apparaît souvent durant l’enfance ou l’adolescence. Des facteurs génétiques, transmis par les parents à leurs enfants, prédisposeraient au T.O.C., mais leur rôle est mal défini.

Comment va-t- elle évoluer ?

Le trouble peut être plus ou moins intense en fonction des circonstances de votre vie et de votre degré de stress ou d’anxiété. Il guérit rarement spontanément et devient généralement une maladie chronique. En l’absence de traitement, il peut évoluer vers une forme sévère.

Qui peut m’aider ?

Vous devez consulter un psychiatre, en ville ou à l’hôpital, qui vous pourra vous prescrire un traitement médicamenteux et vous proposer de suivre une psychothérapie, le plus souvent une thérapie comportementale et cognitive. Cette thérapie consiste à apprendre à réinterpréter ses obsessions et à maîtriser ses compulsions au quotidien, grâce notamment à la pratique d’exercices.

 

Un T.O.C. est un trouble anxieux qui peut être ou devenir très handicapant au quotidien. Un suivi précoce et régulier par un psychiatre et la bonne observance du traitement prescrit permettent de contrôler les symptômes.

Centre Hospitalier de Montluçon


Service de Neurologie / UNV / Cs Mémoire, 18 Avenue du 8 Mai 1945 ,
03100 Montluçon, France

Contacts

  • Fixe : 0470023092
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Diabétique : je veux en savoir davantage sur la rétinopathie

    La rétinopathie est une complication fréquente du diabète. Une personne sur 2 atteinte de diabète depuis plus de 15 ans en souffre.

    Lire la suite
  • Il m’arrive de trembler : est-ce grave ?

    Les tremblements sont des mouvements involontaires, provoqués par la contraction en alternance de groupes musculaires opposés. Leurs causes sont diverses.

    Lire la suite
  • En savoir davantage sur mon hyperthyroïdie

    Il arrive que la glande thyroïde se dérègle et sécrète trop d’hormones. C’est l’hyperthyroïdie, maladie fréquente qu’il faut traiter rapidement.

    Lire la suite
  • Diabète et coeur

    Le diabète augmente de 2 à 4 fois le risque de maladies cardiovasculaires. Leur prévention repose avant tout sur l’équilibre du taux de sucre dans le sang, mais aussi sur celui d’autres facteurs, comme votre pression artérielle, votre taux de cholestérol et de triglycérides. Une fois par an, consultez votre cardiologue pour un suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme. Votre médecin traitant peut aussi réaliser cet examen.

    Lire la suite
  • Je me renseigne sur l’algodystrophie

    L’algodystrophie est caractérisée par l’apparition de douleurs importantes au niveau ou près des articulations, à la suite généralement d’un traumatisme physique tel qu’une fracture ou une intervention chirurgicale. Le plus souvent elle disparaît spontanément ou sous traitement après plusieurs mois.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale