Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire du CH de Montluçon
J’accompagne mon proche âgé et dépendant : comment me faire aider au quotidien ? - Service de Neurologie / Unité NeuroVasculaire  du CH de Montluçon - Docvadis

J’accompagne mon proche âgé et dépendant : comment me faire aider au quotidien ?

Au quotidien, accompagner un proche âgé et dépendant peut être difficile, mais des structures peuvent vous épauler.

Comment puis-je me faire aider ?

Les personnes qui accompagnent un proche en perte d’autonomie ont tendance à mettre leur propre bien-être entre parenthèses, mais il est important de ne pas s’isoler. Pour cela, vous pouvez envisager des rencontres avec un psychologue, une thérapie familiale, la participation à un groupe de soutien avec d’autres aidants ou encore un soutien téléphonique ou par internet.

Par ailleurs, un ensemble d’aides aux aidants vous soutiendra pour faire face aux besoins quotidiens de votre proche.

-         Les aides familiales, auxiliaires de vie, aides ménagères et aides à domicile qualifiées peuvent intervenir pour le ménage, la préparation des repas et les démarches administratives.

-         Des soins à domicile peuvent être assurés par un ensemble de professionnels médicaux et paramédicaux (infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, psychologues, ergothérapeutes…). Ils interviennent pour aider le malade pour la délivrance de soins médicaux ou paramédicaux ou une assistance pour les soins de toilette et d’hygiène.

-         Des structures, comme les accueils de jour, aident les personnes âgées en perte d’autonomie à rester le plus longtemps possible dans leur cadre de vie habituel tout en permettant aux proches de conserver leur activité professionnelle.

J’ai besoin de souffler ponctuellement, quelles sont les possibilités ? 

Il est important de vous accorder des moments de pause durant la journée ou en vous absentant quelques jours afin de vous recentrer sur vous et conserver une vie sociale. Pour cela, la loi du 28 décembre 2015 a instauré le « droit au répit » pour permettre aux proches aidants de se reposer. Ce « droit au répit » pourra vous être accordé si votre proche bénéficie de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie). Il permet de financer la prise en charge de votre proche dans un accueil de jour ou de nuit, un hébergement temporaire en établissement ou en accueil familial, ou encore un relais à domicile. Il prévoit aussi une aide financière ponctuelle si vous êtes hospitalisé, pour assurer la prise en charge de la personne aidée restée seule à domicile. 

Votre médecin traitant ainsi que tous les professionnels de santé qui prennent en charge votre proche sont des interlocuteurs de choix qui vous écouteront et vous orienteront vers des structures dédiées à l’accompagnement des proches de personnes en perte d’autonomie. Echanger avec des personnes confrontées à une situation similaire vous permettra également de partager vos doutes, de mettre des mots sur vos difficultés et de trouver des solutions à vos problèmes quotidiens. 

Comment concilier mon travail et l’aide apportée à mon proche ? 

Si vous avez besoin de mettre votre activité professionnelle en suspens ou de la diminuer afin de consacrer plus de temps à l’un de vos proches dépendant, trois dispositifs vous permettent de prendre des congés spécifiques  pour l’accompagnement d’un proche en perte d’autonomie ou en fin de vie. 

-         Le congé de proche aidant pour les salariés du secteur privé. Il est non rémunéré et d’une durée maximale de trois mois renouvelables dans la limite d’une année sur l’ensemble de la carrière professionnelle. Le congé proche aidant permet également de passer en temps partiel, dans la limite de 5 ans. 

-         Le temps partiel ou la mise en disponibilité pour les fonctionnaires. Si vous êtes fonctionnaire, vous avez le droit de demander un temps partiel pour donner des soins à un proche atteint d’une maladie grave ou d’un handicap qui nécessite la présence d’un tiers. Vous pouvez également demander une disponibilité qui vous permet de cesser votre activité pendant une période maximale de trois ans renouvelables. Vous n’êtes pas rémunéré et vous ne bénéficiez pas de vos droits à l’avancement et à la retraite. Si vous souhaitez profiter de ces aménagements, vous pouvez vous renseigner sur le portail de la Fonction Publique. 

-         Le congé solidarité familiale pour les salariés du privé et les fonctionnaires. Ce congé vous permet de vous absenter pour accompagner un proche en fin de vie. Sa durée est de trois mois renouvelables une fois. Votre contrat est suspendu et vous n’êtes pas rémunéré. Il est possible toutefois de toucher une allocation journalière d’accompagnement si votre proche vit à son domicile. Pour faire la demande de cette indemnité, rapprochez-vous de votre caisse d’Assurance Maladie. 

 

De nombreuses structures aident les personnes qui accompagnent un proche en perte d’autonomie ou en fin de vie à ne pas s’isoler. N’hésitez pas à vous renseigner sur le portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches (http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr).

Centre Hospitalier de Montluçon


Service de Neurologie / UNV / Cs Mémoire, 18 Avenue du 8 Mai 1945 ,
03100 Montluçon, France

Contacts

  • Fixe : 0470023092
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je comprends le fonctionnement de ma mutuelle

    Une mutuelle, ou complémentaire santé, est un organisme qui couvre une partie ou la totalité des dépenses de santé qui ne sont pas remboursés par l'Assurance Maladie. Les mutuelles vous fourniront des informations adaptées à vos besoins. Voici quelques explications et exemples sur les actes les plus fréquents.

    Lire la suite
  • Pourquoi est-il important que je prépare ma consultation avec un médecin ?

    Une consultation médicale est un moment important et s’y préparer permet d’en tirer le meilleur profit. Bien entendu, vous ne vous préparerez pas de la même façon si vous avez rendez-vous avec le médecin généraliste qui vous suit depuis de nombreuses années et vous connaît bien, ou avec un médecin spécialiste que vous voyez pour la première fois. Quelques conseils utiles dans tous les cas de figure.

    Lire la suite
  • Directives anticipées : je rédige mes souhaits concernant ma fin de vie

    Que vous soyez atteint ou non d’une maladie grave, il est possible de rédiger des « directives anticipées » afin de faire connaître vos souhaits concernant votre fin de vie. Vous pourrez notamment y préciser votre désir de poursuivre ou non certains traitements, ou actes médicaux, qui vous maintiendraient, par exemple, artificiellement en vie. Il est également possible de désigner une « personne de confiance » qui parlera en votre nom si vous ne pouvez plus vous exprimer.

    Lire la suite
  • Déclarer un accident du travail ou de trajet : ce que je dois savoir

    Si vous êtes victime d’un accident sur votre lieu de travail ou votre trajet, vous devez déclarer l’incident à votre employeur et votre caisse d’Assurance Maladie afin d’être pris en charge pour un accident du travail ou un accident de trajet. Quels sont vos droits, vos démarches ?

    Lire la suite
  • Comment serai-je remboursé après une consultation d’un médecin en ville ?

    Pour établir ses remboursements en cas de consultation d’un médecin en ville l’Assurance maladie s’appuie sur différents critères comme le fait d’avoir choisi un médecin traitant, le mode d’exercice du praticien, le type de consultation, certaines maladies ou situations, l’âge et même le lieu de résidence… Difficile de s’y retrouver ! Pour vous aider la quasi-totalité des cas de figure ont été envisagés. Sans oublier que si vous avez une mutuelle assurance santé ou une complémentaire santé, celle-ci prendra également à sa charge une partie (ou la totalité) des frais qui n’ont pas été remboursés par l’Assurance maladie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale