Site du Professeur Vincent ESNAULT
Je dois suivre un régime sans sel strict - Site du Professeur Vincent ESNAULT - Docvadis

Je dois suivre un régime sans sel strict

Le sel est indispensable à la vie. Cependant, dans certaines maladies, l’apport de sel est interdit, le plus souvent de façon ponctuelle. C’est le cas notamment pour certaines maladies cardiovasculaires.

Qu’est-ce qu’un régime sans sel strict ?

Il s’agit d’un régime qui tente de limiter au maximum l’apport en sel. Le régime sans sel strict limite l’apport à 0,5 g ou 1 g de sodium par jour.
Le sodium est la dénomination du sel, d’où le terme de « régime hyposodé », lorsqu’il s’agit d’un régime pauvre en sel.

Pourquoi dois-je suivre un régime sans sel strict ?

Le régime sans sel strict peut être indiqué si vous souffrez d’insuffisance cardiaque soudaine ou d’œdèmes importants.
Certaines maladies rénales, un traitement à base de corticoïdes sont d’autres indications pour qu’un régime sans sel strict vous soit demandé.

Que dois-je faire en pratique pour éviter le sel ?

Pour le régime sans sel strict, vous devrez choisir les aliments qui contiennent le moins de sel (sodium) possible.
Evitez de consommer des aliments industrialisés ou achetés chez le traiteur. Ces aliments contiennent une quantité importante de sel, nécessaire à leur conservation. Mangez exclusivement des aliments frais.
La liste des aliments interdits est longue : sel de cuisine et sel de table, charcuterie, conserves, viande, poissons fumés, crustacés, coquillages, beurre salé et demi-sel, pain complet, chips, cacahuètes, biscuits apéritifs, condiments du commerce, soupes en conserve ou en sachet.
Certaines eaux minérales contiennent une quantité importante de sel (exprimée en mg/l de sodium).
La nourriture des chaînes de restauration rapide est très riche en sel. Au restaurant, demandez si votre plat peut être préparé sans sel et que les sauces vous soient servies à part.

Comment puis-je savoir s’il y a du sel dans les produits que je consomme ?

La mention « sodium » doit vous alerter sur la présence de sel. Elle est le plus souvent exprimée en milligrammes de sodium (mg).
Lisez attentivement les étiquettes destinées au consommateur. En cas de doute, comparez la quantité de sodium avec d’autres produits similaires. Vous choisirez celui qui a la plus faible quantité ou qui ne contient pas de sodium.
Attention à certains édulcorants (produits de remplacement du sucre), ils sont parfois très riches en sodium.
De nombreux médicaments, comme les comprimés effervescents, les tisanes laxatives ou la plupart des comprimés contre la toux, ont une forte teneur en sodium.
Cela n’est pas toujours noté dans la composition.
Pour plus de sécurité, ne consommez que des produits dont la composition exacte est connue.

Comment puis-je remplacer le sel ?

Utilisez au maximum des herbes aromatiques (origan, aneth, sauge) et des épices  (piment doux, cannelle, cumin) pour parfumer vos plats. Des sels de remplacement sont vendus en pharmacie, mais ces produits sont très riches en potassium, et cela peut vous être interdit.
Il existe des condiments sans sel (moutarde, sauces…), vendus dans des magasins spécialisés ou dans certains rayons diététiques des grandes surfaces.
Privilégiez les modes de cuisson qui limitent les pertes de vitamines et favorisent la communication des saveurs : papillote, cuisine à la vapeur, braisée.

Suivre un régime sans sel strict peut faire partie intégrante de votre traitement, au même titre que les médicaments.

Hôpital Pasteur, CHU de Nice


Néphrologie, 30 av de la Voie Romaine , 06002 Nice, France

Contacts

Téléphone : 04 92 03 77 57

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je sais comment ma douleur chronique peut être évaluée

    La douleur chronique a souvent des impacts multiples. Un certain nombre d’outils ou plutôt d’échelles permettent à votre médecin d’analyser et de qualifier votre douleur chronique (qui dure depuis plus de 3 à 6 mois). Cette évaluation est essentielle pour la prendre en charge.

    Lire la suite
  • Comprendre l’insuffisance rénale chronique pour adhérer à mon traitement

    A la suite d’une maladie rénale chronique (MRC) qui altère progressivement les reins, il peut survenir une insuffisance rénale chronique (IRC). Il y a différents types de MRC ; mais les MRC ont une seule et même conséquence : l’IRC. Celle-ci est silencieuse. En effet, on ne souffre pas des reins. Cependant, une surveillance médicale régulière, la bonne observance de votre traitement et une hygiène diététique adaptée permettent de ralentir l’évolution de l’IRC et de prendre en charge ses conséquences.

    Lire la suite
  • Allergie cutanée à un médicament : ce que je dois savoir

    Ces allergies sont surtout des manifestations cutanées en réaction à la prise de médicaments. On les appelle des toxidermies. Elles doivent être évaluées sur le plan médical pour une prise en charge adaptée.

    Lire la suite
  • Insuffisance rénale : comment ralentir la progression de ma maladie ?

    L’insuffisance rénale chronique peut évoluer très différemment selon le patient. Ralentir sa progression est possible en adaptant votre alimentation, en contrôlant les maladies associées, et en évitant les éléments qui peuvent être toxiques pour les reins comme certains médicaments.

    Lire la suite
  • Arrêt du tabac : comment éviter l'éventuelle prise de poids ?

    Vous souhaitez arrêter de fumer, mais vous avez peur de prendre du poids. Sachez que la prise de poids n’est pas systématique à l’arrêt du tabac. Une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité sportive vous permettront d’atteindre vos objectifs de manière confortable et durable sur le long-terme.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale