Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Plonger à 80 ans !

 Plonger à 80 ans !

Plonger à 80 ans !

 

« On naît aquatique et on le reste toute sa vie » : c’est Renée M, alias « Mouette », qui le dit et on peut la croire ! A dix ans elle plonge en apnée sous les péniches amarrées près des écluses et n’hésite pas à sauter dans la Seine du haut d’un pont ! Un médecin d’Antibes , plongeur passionné, lui fait découvrir dans les années 50 les joies de la Méditerranée et des fonds marins. L’apnée se révèle vite être une discipline merveilleuse à ses yeux et Mouette aura même la chance de goûter au narguilé avant  qu’un certain Cousteau soit célèbre à plus d’un titre…Des dizaines d’années passèrent avec une pratique régulière de la natation sans jamais en fait connaître la plongée bouteille. Mais c’était sans compter sans son fils Pascal qui eu la lumineuse idée pour les 80 ans de sa mère de lui offrir un séjour en mer Rouge pour découvrir la plongée autonome. Sharm El Sheik devait offrir à Mouette toute la magie de ses sites et celle-ci vit un grand rêve s’exhausser. Ne voulant rien rater de ces moments d’exception notre vétérante plongeuse emporta avec elle un appareil photo étanche qu’elle avait pris soin de se procurer avant le départ !

Qu’elle ne fut pas ma surprise de revoir dans mon cabinet, ma valeureuse naïade arborant au retour son album photo et son diplôme de plongée ! Elle suivit à la lettre les consignes de son médecin en respectant une profondeur d’une douzaine de mètres, ce qui s’avéra parfaitement compatible avec l’excellente santé de la jeune baptisée !  Quand celle-ci vint me voir initialement pour une « aptitude » à la plongée sous-marine, j’imagine mon expression perplexe du moment: pour un médecin ce n’était pas si banal ! Son retour me rassura sans doute mais vint me conforter dans l’idée qu’une personne de son age, en bonne santé, ayant toujours pratiqué une activité régulière et douée d’un men tal à toute épreuve, était capable de plonger à 80 ans… sous certaines conditions bien sûr !

 Bravo Mouette et bon anniversaire !

Cette anecdote est sans aucun doute très significative d’un phénomène nouveau, celui du vieillissement d’une population de plus en plus désireuse de conserver une autonomie de meilleure qualité . Cela est rendu possible par des conditions psychiques et physiques qui sont mieux conservées grâce aux progrès socio-économiques et médicaux. C’est ainsi que dans le domaine de la plongée il n’est plus rare de voir plonger des personnes d’un âge très mûr. Si ce fait de société est remarquable et sans aucun doute digne d’ encouragement, il ne faut pas perdre de vue que la pratique de la plongée n’est pas un acte banal pour une personne relativement âgée. En effet chacun sait que l’organisme est soumis à de rudes contraintes en milieu d’hyperbarie et que l’élasticité des tissus est un facteur primordial. Les systèmes cardiovasculaire et pulmonaire sont très largement sollicités au-delà des demandes habituelles. Ceci ne pose pas de problème particulier pour un sujet jeune et entraîné mais devient de plus en plus délicat au fur et à mesure du vieillissement de l’organisme. Or la fonction cardio-pulmonaire se dégrade inexorablement avec le temps et demande de la part du sujet une adaptation progressive. Dans le cas de l’anecdote précédente il s’agissait d’une personne n’ayant jamais cessé les activités physiques ou sportives et médicalement suivie. On peut admettre qu’un individu présentant ces critères puisse continuer à plonger sous couvert d’examens médicaux rigoureux tels qu’une évaluation cardiaque et pulmonaire. Ce n’est qu’à ce prix que la pratique de la plongée sera possible avec toutefois des restrictions sur les profils de plongée. Il nous paraît logique en effet de demeurer dans des profils sans paliers et dans des profondeurs très limitées. En plongée il faut conse rver une réserve d’aptitude physique pour pouvoir faire face à une situation imprévue notamment un effort sans que l’organisme ne soit en difficulté. Or avec l’âge cette capacité diminue au point de pouvoir décompenser dans des circonstances imprévisibles, d’où l’impératif de bien évaluer les possibilités du sujet et de ménager une réserve physique à l’effort. Un test à l’effort et une exploration pulmonaire dynamique seront les bienvenus. Il est vrai qu’une personne ayant toujours pratiqué une activité donnée s’exposera moins à des surprises désagréables…mais cela arrive tout de même si une adaptation et des contrôles précis n’ont pas été adoptés.

En ce qui concerne les « nouveaux arrivant » à la plongée, issus  du 3eme âge, la plus grande rigueur s’impose et l’aspect progressif est impératif. Le recours à un médecin qualifié en médecine hyperbare paraît une obligation morale. Chaque individu devra être encadré de façon rapprochée et attentive dans des conditions de plongée faciles avec un matériel performant.

Plonger à 80 ans est possible mais sous très haute surveillance ! Il faut en tout cas être sûr qu’aucune décompensation cardio-pulmonaire brutale ne vienne perturber ce qui doit rester un moment inoubliable de plaisir . Pour cela le médecin et le moniteur doivent respectivement s’entourer de toutes les garanties requises. Mais aménager un style de plongée pour un « âge certain » semble une nouvelle approche qui mérite réflexion : le rêve ne meurt jamais !

 

                                                           Docteur Michel STRUYE

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale