Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

MedeP 2003 : Handicap et Plongée

 MedeP 2003 : Handicap et Plongée

MedeP 2003 : Handicap et Plongée

 

Voilà bien le sujet délicat par excellence. Ce fut un des débats importants du MedeP 2003 où les deux tendances habituelles se retrouvaient  face à face. Il y a ceux qui pensent qu'un handicapé physique a le droit de connaître ou de continuer la pratique du sport qu'il a choisi, en l'occurrence la plongée sous-marine et ceux qui brandissent la crainte d'un éventuel problème pénal en cas d'incident ou d'accident. On ne peut que comprendre les arguments des uns et des autres. Humainement parlant,  le regard de celui qui a réalisé son rêve est la seule réponse aux détracteurs de la plongée pour handicapés explique le Dr Christophe Lenne  durant son brillant exposé. Mais cela il est vrai implique que tout se passe bien et le moindre incident pourrait aux yeux de certains faire l'objet de sanctions, considérant que le handicap est une contre-indication à la pratique de cette activité. Sachant qu'une lettre de décharge n'a aucune valeur juridique la responsabilité du médecin, des moniteurs et du club est engagée et pourrait bien aboutir à un réel problème juridique en cas d'accident. Le Dr C Lenne ne pouvait que déplorer le cadre juridique actuel qui ne récompense pas ceux qui par leur dévouement de chaque instant offrent aux handicapés des moments de bonheur. Certaines jurisprudences n'ont pas hésité à parler de « mise en danger délibérée d'autrui sans son consentement » ou encore « d'avoir  entraîné un tiers dans un milieu hostile » !

 Bien entendu seuls certains handicaps  sont concernés et chaque cas fera l'objet d'un examen personnalisé. Si on se réfère à la liste des contre-indications à la plongée, les déficits  moteurs sévères représentent une contre-indication définitive. Pour la Fédération Française Handisport il existe aussi une autre liste différenciant les indications possibles à la plongée et l es contre-indications formelles au sein même du handicap. Toute notion de risque d’épilepsie sera par exemple écartée au même titre qu'un déficit intellectuel ou autre sclérose en plaques. Des points sont également attribués à chaque type de handicap et la prise en charge des handicapés ne devra pas dépasser un quota de 25 points par palanquée. A lui seul un tétraplégique apportera la totalité des points alors qu'un amputé brachial sera pénalisé de 5 points. Plusieurs catégories de plongeurs ont été également proposées dans le cadre de la plongée handisport , tout comme les trois catégories de certificats médicaux ! Il existe également une classification handiplongeur qui est proposée au sein de la convention entre FFESSM et FFH. La complexité y est toujours présente ! Il va de soi que les encadrants bénéficieront  aussi de classifications spécifiques.

Autant dire que la tentative de classification est aussi complexe que le sujet lui-même et qu'il est légitime de comprendre la frilosité de celui qui engage sa responsabilité. Les textes sont souvent pleins de paradoxes rendant leur mise en application complexe. A signaler la place de l'association  « La Palanquée » à Marseille qui se bat pour la reconnaissance de cette activité.

De plus en plus de clubs reçoivent des plongeurs handicapés au sein même de la FFESSM et le Dr Lenne de dénoncer le « parcours du combattant rencontré par le plongeur handicapé qui doit trouver la structure d'accueil consentante, le cadre qualifié et disponible, le médecin reconnu et capable de délivrer le certificat d'autorisation à la pratique et enfin le lieu, le moment de sa pratique. Si toutes ces épreuves sont réussies, alors qu'il s'agit de personnes à mobilité réduite, on peut leur reconnaître la qualité de motivation très forte ». Au sein de la FFESSM plusieurs formes de plongée sont proposées aux handicapés.

Une formation complémentaire est nécessaire aux enseignants pour la prise en charge de ces personnes compte-tenu de spécificités telles que sensibilité au froid, fragilité de la peau, infection nosocomiale potentielle, ou autre écueil lié aux risques techniques rencontrés en pratique.

Adapter le matériel sera parfois une préoccupation incontournable mais difficile.  Parmi les exemples d'adaptation du matériel on peut citer le gilet inversé avec un bloc ventral pour stabiliser le plongeur et adaptation de la purge ou du système de gonflage..

En conclusion de ce débat  toujours aussi délicat et cette législation qui n'évolue pas suffisamment au gré de beaucoup, le Dr Lenne déclarait qu'il était toutefois « très satisfaisant de redonner à des maltraitées de la vie un certain goût de vivre ».

Et si le bonheur s’appelait Plongée !..

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale