Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Le Souffle et l’Apnée : halte à la syncope !

 Le Souffle et l’Apnée : halte à la syncope !

Le Souffle et l’Apnée : halte à la syncope !

 

Le 21 septembre 2002 s’est tenu à Sète un colloque autour du thème Souffle et Apnée avec la participation de Umberto Pelizzari, champion du Monde d’Apnée 1999 et 2001. Cette réunion était exclusivement destinée à des médecins orientés vers les activités aquatiques. Sont intervenu également le Dr Robert Clavel, pneumologue et le Dr Héran, ancien médecin de l’équipe de France de Chasse sous-marine. La réunion fut d’un grand intérêt permettant de nombreux échanges entre conférenciers et auditoire. Le film présenté par U. Pelizzari, d’une rare qualité, exposait le cheminement et la réalisation des records d’apnée. Un deuxième film fut accueilli avec force, montrant une série de syncopes survenues dans le cadre d’apnées lors de prises de vues inopinées. Ces séquences marquèrent les esprits et méritent sans doute que l’on rappelle en quelques mots simples leurs causes et la façon de les éviter.

Si ce colloque devait laisser aux apnéistes une empreinte utile, ce serait bien celle-ci. Tentons d’en comprendre le mécanisme.

En effet une certaine quantité d’oxygène est contenue dans le sang humain. Il en va de même pour le gaz carbonique. Les quantités des différents gaz du sang varient selon les circonstances dans des limites qui doivent rester acceptables pour l’organisme. Une certaine marge est admise, mais au-delà, des problèmes graves peuvent survenir. Dans le cas d’une apnée, l’individu interrompt volontairement sa respiration et utilise la quantité d’oxygène qu’il a emmagasinée avant l’apnée. Cette quantité d’oxygène va diminuer au fur et à mesure que l’apnée dure pour atteindre éventuellement un seuil critique très bas où le cerveau peut être en manque aigu d’oxygène,  aboutissant à une syncope brutale et sans préavis ! Dans l’eau cela signifie noyade ! Alors que l’ oxygène baisse dans le sang, le gaz carbonique augmente avec le temps d’apnée puisqu’il n’est autre que le produit de transformation de la combustion de l’ oxygène dans l’organisme. Ce taux de gaz carbonique dans le sang a une grande importance car lorsqu’il atteint un certain seuil, il déclenche un mécanisme appelé rupture de l’apnée, qui oblige l’apnéiste à reprendre la respiration. Ce moment survient toujours avant le seuil fatidique où le manque d’oxygène entraîne  la syncope. Le fait que le seuil limite de gaz carbonique dans le sang soit rencontré avant le  seuil limite de manque d’ oxygène, car situé plus haut, entraîne une rupture d’apnée avant d’arriver en situation de syncope. Mais que se passe t-il si le sujet pratique une hyper ventilation avant de faire une apnée ? Il baisse sa quantité de gaz carbonique dans le sang en l’évacuant au maximum avant le début de l’apnée ce qui lui permet de reculer le moment où il est susceptible d’atteindre le seuil de la rupture d’apnée. En fait ce seuil est artificiellement abaissé et peut alors se situer sous le seuil le plus bas de l’oxygène, seuil au-delà duquel nous l’avons vu la survenue de la syncope est inévitable. Il n’existe plus à ce moment là de garde-fou pour déclencher la rupture d’apnée et l’apnéiste court vers une syncope gravissime compte tenu du milieu aquatique. Le seuil de la syncope par manque d’oxygène est atteint avant celui de la rupture d’apnée par excès de gaz carbonique. L’hyper ventilation a inversé l’ordre de survenue de ces deux évènements.

La conclusion est simple : il ne faut pas faire d’hyper ventilation avant une apnée !

Umberto Pelizzari le sait, mais pas tous les apnéistes !

En ce qui concerne les plongeurs avec bouteille il est évident que ce risque syncopal n’existe pas puisque le plongeur autonome pour sa part peut respirer à sa guise et en toute tranqui llité, l’air de sa bouteille jusqu’à 60 mètres, en respectant bien sûr les règles habituelles. A noter toutefois pour la petite histoire qu’après les records, U Pelizzari et ses compagnons de surface trinquent au Champagne alors que les plongeurs de sécurité passent encore de longues heures à décompresser !

 

                                                                       Docteur Michel STRUYE

 

 

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale