Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Le guide du plongeur voyageur

 Le guide du plongeur voyageur

Le guide  du plongeur voyageur

 

Le plongeur qui voyage doit préparer minutieusement son expédition afin d'avoir le temps de ne rien négliger. En effet avant d'être plongeur il n'en est pas moins voyageur. Ceci implique par exemple la mise à jour des vaccinations qui ne peut s'effectuer souvent que plusieurs mois avant le départ. Attendre la dernière minute ne permet pas de partir dans de bonnes conditions. Un examen médical préalable est conseillé avec des soins particuliers pour les dents. Il est parfois préférable de pouvoir prendre un ou deux jours de repos plutôt que d'arrêter le travail le jour du départ. En effet la fatigue du voyage risque de s'ajouter à une méforme due à l'activité professionnelle. Partir en bonne forme est une nécessité pour le plongeur.

Il convient également de vérifier la qualité de ses assurances notamment la possibilité d'un rapatriement sanitaire. Il existe des assurances spécifiques pour la plongée sous-marine présentées par les associations sportives ou autres fédérations. Les assurances personnelles doivent très souvent être informées de la pratique de cette activité sportive. Il est possible également qu'il y ait des recoupements entre différentes assurances rendant certains contrats inutiles.

 

Les vaccinations :

Certains vaccins sont vivement conseillés en dehors de tout projet de voyage. Il s'agit par exemple des vaccins contre le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie, la tuberculose et l'hépatite B. Le voyage risque toutefois d'exposer le plongeur itinérant à des risques supplémentaires contre lesquels il est préférable de se prémunir. Tout dépend évidemment du lieu de destination et du mode d'hébergement. La qualité de la nourriture et de son hygiène est primordiale. Il convient donc de se renseigner sur les risques sanitaires de chaque destination. Les vaccins recom mandés seront parfois différents selon la direction prise. Il faut reconnaître toutefois que les sites de plongée se situent souvent dans des zones de moindre risque.

Passons en revue quelques maladies pouvant être évitées par une simple vaccination.

La fièvre jaune : elle concerne l'Afrique tropicale et la partie tropicale de l'Amérique du Sud. Le vaccin doit être fait au moins 10 jours avant le départ. Son efficacité dure dix ans. Même si cette vaccination n'est pas obligatoire dans le pays concerné elle est formellement recommandée. Le virus de la fièvre jaune se transmet par l'intermédiaire de certains moustiques. Il s'agit d'une maladie grave.

Le choléra : aliments et boissons contaminés sont à l'origine de la transmission de cette maladie grave. Le vaccin proposé manque souvent d'efficacité, aussi quelques règles élémentaires d'hygiène vous permettront d'éviter la contamination. Préférer des aliments suffisamment cuits et exigez de pouvoir décapsuler vous-même les boissons. Evitez les glaçons. Se laver les mains au savon de Marseille ou avec un désinfectant est une bonne habitude.

La fièvre typhoïde : de la même manière sa transmission se fait par les boissons et les aliments contaminés. Les mauvaises conditions d'hygiène sont également à l'origine de la maladie. Si la destination est connue pour la précarité de l'hygiène il est préférable de mettre en route une vaccination trois semaines avant le départ, même si les vaccins n'offrent pas une garantie absolue.

Tétanos :  cette vaccination fais partie des vaccins obligatoires.

Poliomyélite : idem

Hépatite A : il s'agit d'une maladie très fréquente du voyageur qui se transmet par voie digestive. Les mauvaises conditio ns d'hygiène tout comme l'utilisation d'aliments et eau contaminés sont des facteurs favorables à la transmission du virus. Vérifiez l'hygiène des cuisines et des mains. Cette affection est en général bénigne mais gênante durant plusieurs semaines. La fatigue intense en est souvent le premier signe. Se méfier particulièrement des coquillages crus. Un vaccin peut être proposé avec un rappel six à douze mois plus tard.

Hépatite B : cette hépatite peut être grave. Elle se transmet par le sang (aiguilles) ou par voie sexuelle. Dans certains cas elle devient chronique et peut entraîner la mort. Un vaccin est disponible à raison de deux injections espacées de 1 mois avec rappel six mois après la première injection.

Il existe maintenant un vaccin combinant la protection des deux hépatites. Les zones à risque de l'hépatite A et de l'hépatite B sont pratiquement superposables.

Calendrier des vaccinations :

Le schéma suivant peut être proposé mais d'autres stratégies sont également possibles.

Deux mois avant le départ : vaccins combinés hépatite A et B ou hépatite B, tétanos, polio, diphtérie

Un mois avant le départ : vaccins combinés hépatite A et B ou hépatite B

Trois semaines avant le départ : typhoïde

Deux semaines avant le départ : hépatite A (si pas de vaccins combinés), fièvre jaune.

 

 Le problème du sida est évidemment d'actualité et l'utilisation de préservatifs et la seule solution acceptable. Toutefois il importe de bien connaître la qualité des préservatifs, surtout ceux achetés dans le pays visité. Se méfier également des aiguilles utilisées pour les injections, les tatouages ou des perçages d'oreille. Se rappeler que la transmission la plus classique se fait par voie sexuelle que le rapport soit vaginal, oral ou annal.

Le paludisme appelé aussi malaria est une maladie très répandue dans le monde . Il est transmis à l'homme par un moustique appelé anophèle. Il est indispensable de s'informer avant le départ du risque de contamination selon la zone  visitée. Un traitement préventif pourra être proposé selon la région, qu'il convient de débuter au moment du départ et de poursuivre un mois après le retour. Ne pas oublier d'emporter un répulsif anti-moustique ou entre procédé destiné à éloigner les insectes. Ne pas oublier également l'existence des moustiquaires.

 

L' hygiène reste une préoccupation fondamentale pour le voyageur. Elle concerne essentiellement l'alimentation ainsi que l'eau utilisée pour la boisson. Les aliments sont à effet des vecteurs fréquents de différentes maladies. Il faut absolument éviter de consommer des légumes et des fruits crus mal lavés ou non pelés. Evitez également l' ingestion de viande, de coquillages ou de poissons crus ou mal cuits. Le lait doit être stérilisé. Se méfier de même des glaçons  fabriqués à partir de l'eau du robinet, des glaces artisanales et des boissons non décapsulées  devant vous. Se nettoyer les mains minutieusement limite les contaminations accidentelles. Protéger également les plats pour éviter que les mouches ne se posent dessus.

La qualité de l' eau est primordiale car celle-ci est un vecteur incontournable de très nombreuses maladies. Elle peut à effet véhiculer des agents bactériens, des virus ou des parasites (Choléra, typhoïde, dysenterie, amibes.) Pour éviter ceci buvez de l'eau minérale en vérifiant l' intégrité de la capsule, ou de l'eau purifiée de façon convenable, à défaut de l'eau bouillie pendant vingt minutes. N'oubliez pas d'utiliser de l'eau potable pour nettoyer fruits et légumes. De même il importe de se brosser les dents avec une eau sure. Méfiez- vous des baignades en eau douce ou stagnante. C'est ainsi que l'on peut contracter une maladie grave appelée bilharziose.

Il est possible de désinfecter l'eau en utilisant des pastilles désinfectantes éliminant ainsi toutes les bactéries. On peut également utiliser des filtres spéciaux susceptibles de rendre l'eau filtrée convenable à la consommation. Il existe de très nombreux filtres tel que le filtre paille ou le container avec robinet.

 

Autre source de problème : le soleil

Tout le monde connaît les dangers du "coup de soleil" pouvant revêtir un caractère de gravité certain. L'éviction de l'exposition est bien sur indispensable avec une réhydratation progressive en cas d'insolation. Mais il s'agit en fait de privilégier prévention : utilisation de chapeau, lunettes, vêtement, crème solaire à indice de protection élevé et boissons suffisantes. Ne pas oublier la réverbération occasionnée par la surface de la mer. La brise marine refroidit souvent le sujet mais ne protégera pas contre les ultraviolets. L'exposition au soleil doit être progressive n'excédant pas  quelques minutes le premier jour. Très souvent les voyages de plongée seront programmés en plein hiver ou au début du printemps. Les sédentaires que nous sommes ne sont absolument pas préparés à des expositions brutales. Cela doit nous inciter à la plus grande prudence quant aux durées d'exposition.

 

En ce qui concerne la faune et la flore il importe de se renseigner localement auprès des moniteurs qui vous indiqueront les dangers spécifiques du site visité. D'une façon générale il est préférable de porter une combinaison, aussi fine soit-elle enfin d'éviter le contact éventuel de la peau avec des organismes végétaux susceptibles de générer des agressions cutanées. L'utilisation des gants est également préférable malgré l'interdiction fréquente d'utilisation. Il ne s'agit pas ici de les utiliser pour toucher le décor mais seulement pour se protéger de contact inopportun et accidentel. Tout le monde connaît le danger potentiel que représente certains poissons vénéneux tel le poisson pierre ainsi que certains coquillages comme les cônes. Ne rien toucher est encore le conseil le plus sage. Il n'est pas dit en effet que vous aurez sous la main les traitements adaptés, dans des temps très courts.

 

Tous les conseils rassemblées en ces quelques lignes n'ont pas un caractère formel mais ils représentent ce qui est habituellement admis par la communauté scientifique comme étant utiles et souvent indispensables. La coopération du médecin traitant reste  toutefois  un élément incontournable car le conseil sera personnalisé et adapté à votre cas particulier. Réussir son voyage plongée ne s'improvise pas, pensez-y dès maintenant ….et bonnes vacances!

 

                                                           Docteur Michel STRUYE

 

 

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale