Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

L’Oreille : comment ça marche ?

 L’Oreille : comment ça marche ?

L’Oreille : comment ça marche ?

 

L’oreille est un organe des sens qui peut s’avérer aussi fragile qu’indispensable. Il convient d’en connaître l’essentiel pour la protéger, surtout quand on est plongeur. Cet organe peut s’adapter à bien des circonstances apparemment hostiles à la condition de respecter des règles simples mais incontournables.

L’oreille se subdivise en trois parties : l’oreille externe, moyenne et interne.

 

L’oreille externe comprend le pavillon qui fait office d’entonnoir vis à vis des ondes sonores canalisées dans son prolongement anatomique naturel par le conduit auditif externe. Cette partie est accessible à une bonne hygiène : il est aisé d’en prévenir bouchons de cérumen ou infections. Lorsqu’il n’y a pas de bouchon déjà constitué, l’utilisation hebdomadaire d’un coton-tige de qualité est souhaitable et empêchera tout excès de cérumen susceptible de colmater ce conduit en donnant naissance à un bouchon. Un rinçage externe à l’eau douce et propre après plongées ou baignades suffit en général pour prévenir les infections.

Les ondes sonores sont donc canalisées vers le tympan, membrane souple qui obstrue de manière étanche le fond du conduit auditif. Tout orifice dans le tympan est anormal et incompatible avec la pratique de la plongée. Cette membrane a pour caractéristique de pouvoir vibrer sous l’effet des sons .

Au-delà du tympan se situe l’oreille moyenne. Il s’agit d’une cavité fermée, encore appelée caisse du tympan qui en fait communique avec l’extérieur par l’intermédiaire d’un conduit très fin et variable d’un individu à l’autre, appelé trompe d’Eustache. Cette trompe met en communication la cavité de l’oreille moyenne avec les voies aériennes supérieures, vers la partie arrière d es fosses nasales, dans le pharynx . Cette caisse du tympan est habitée par des osselets (marteau, enclume et étrier) qui transmettent les vibrations du tympan, sous la forme de mouvements mécaniques, vers l’oreille interne. Arrêtons nous pour l’instant à cette oreille moyenne car c’est à son niveau que tout dysfonctionnement pose problème pour le plongeur. En effet cette enceinte close et rigide n’est pas extensible et la trompe d’Eustache fait office de soupape, mais dans les deux sens. Pour que le tympan puisse vibrer correctement, la pression de l’air doit être la même des deux cotés de cette membrane. C’est ce qui se passe à la surface, à l’air libre. Le fait de s’immerger et de plonger exerce une pression sur le versant externe du tympan qui va bomber vers l’intérieur de façon importante en générant une douleur, témoin d’une limite dépassée et signal d’alarme pour le plongeur obstiné qui ne manquerait pas de léser son tympan en persistant dans sa descente. C’est en cette occasion que la trompe d’Eustache va permettre de rétablir la même pression de part et d’autre du tympan par la fameuse manœuvre de Valsalva. Aussitôt le tympan redevient indolore dès qu’il retrouve sa position naturelle et physiologique. Mais cet équilibrage n’est possible que si la trompe d’Eustache est perméable. Si elle est obstruée par du mucus, une inflammation ou autre raison, cet équilibrage impossible mettra fin à votre descente. De nombreuses rubriques traitent de la manière de mener à bien ce passage obligé pour le plongeur. Cette trompe s’avère parfois capricieuse et mérite qu’on ne la malmène pas trop en soignant les infections aiguës ou chroniques, en évitant un tabagisme agressif etc…A la remontée cette soupape fonctionne en général de manière automatique et l’air qui se dilate dans la caisse du tympan va se frayer un chemin vers le pharynx. Bien entendu pas de Valsalva à la remontée ! La trompe est donc pour le plongeur un élément ess entiel dont le bon fonctionnement est la condition sine qua non à la pratique de son activité favorite.

Revenons maintenant sur les osselets de l’oreille moyenne. Après avoir converti les sons en mouvements vibratoires le tympan transmet ces impulsions mécaniques au marteau qui lui même s’articule avec l’enclume pour finir avec l’étrier. Cette chaîne d’osselets  constitue un véritable levier de transmission. La forme de l’étrier n’est pas le fruit du hasard. Sa forme ovale correspond à celle d’une fenêtre du même nom qui est la limite avec l’oreille interne.

Nous voici donc aux portes de l’oreille interne, toujours dans la plus grande étanchéité. Il s’agit en fait d’une partie profonde qui loge les organes de l’audition (cochlée) et de l’équilibre (canaux semi-circulaires). Le mode de fonctionnement de ces deux organes contigus est passionnant mais complexe. Retenez pour simplifier que selon l’intensité du mouvement de vibration transmis par l’étrier au niveau de la fenêtre ovale, la fréquence et l’intensité des sons seront reconnues et analysées dans la cochlée au travers de cellules spéciales capables de convertir l’information mécanique en signal électrique véhiculé par le nerf cochléaire vers un centre cérébral dédié à la reconnaissance sonore. Le fonctionnement serait celui d’un haut parleur, mais à l’envers !

De même les canaux semi-circulaires se comportent comme un gyroscope . Chacun de nos mouvement entraîne à son tour le mouvement de cils lestés , noyés dans un liquide et doués de la capacité  de générer des signaux électriques transmis au cerveau par le nerf vestibulaire.

On comprend aisément pourquoi des coups de butoir lors d’un Valsalva brutal sont susceptibles d’endommager ces organes fragiles et précis. Avec l’oreille tout doit se faire en douceur ! Maîtriser sa technique d’équilibrage est essentiel et s’apprend .

Maintenant que vous sa vez comment fonctionne votre oreille, nul doute que vous en prendrez soin !

 

 

 

 

                                                           Docteur Michel STRUYE

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale