Le site du Docteur Michel STRUYE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée

Coups de soleil, médicaments et prévention

 Coups de soleil, médicaments et prévention

Coups de soleil, médicaments et prévention

 

Le « coup de soleil » est toujours un événement indésirable auquel nul d’entre nous, ou presque, n’a pu échappé une fois ou l’autre. Il est vrai que les plongeurs que nous sommes ont sûrement plus de raisons que d’autres pour en être victimes.

 Dans le numéro 4 ( année 2001) de « DAN Europe News » nous avons sélectionné l’excellent article de  Gil Zeimer qui aborde le sujet de manière préventive avec notamment un exposé sur l’influence de certains médicaments sur l’aggravation qu’ils peuvent occasionner vis à vis du soleil

 

« Côtes grillées. Epaules braisées. Jambes brûlées. Ce qui ressemble à une promotion sûr la viande grillée décrit en fait les effets du soleil sur votre peau si vous ne prenez pas vos précautions en utilisant de la crème pro­tectrice et des vêtements protecteurs. Les plongeurs devraient penser aux cancers de la peau. Comptant parmi les types de cancer les plus répandus, ils touchent une person­ne sur sept chaque année aux Etats-Unis. Le National Cancer Institute avertit qu'entre 40 et 50% des américains qui vivent jusqu'à l'âge de 65 ans auront au moins une fois un cancer de la peau. En outre si vous êtes blond ou roux, vous avez deux à quatre fois plus de chance d'attraper un cancer de la peau. La bonne nouvelle c'est que 90% des cancers de la peau peuvent être guéris s'ils sont détectés et traités à temps. Les nou­velles sont encore meilleures pour ceux qui se protègent en mettant de la crème, en por­tant un chapeau et les vêtements adéquats pour se protéger contre les risques de cancer et des coups de soleil. Les fabricants de crè­me solaire ont depuis longtemps fabriqué des composés qui contribuent à la protec­tion de la peau contre les rayons connus sous le nom de rayons ultraviolets B . Récemment, ces fabricants ont reconnu le rôle aggravant des rayons ultraviolets A (UVA) responsables des éruptions photo-médicamenteuses et de l'aggravation des maladies photosensibles comme l'herpès simplex solaire , des éruptions polymorphes et des lupus sys­témiques entre autres. La capacité d'une crème solaire à protéger contre les UVB est connue sous le nom d’index de  pro­tection solaire et qui se définit par le rapport entre le temps qu'il faut à la peau pour « brûler » et le temps qu'il lui faut après application de la crème. Un index de 15 fournit 15 fois plus de protection que si vous n'utilisiez au­cune protection. Par exemple, si votre peau rougit après 10 minutes au soleil, votre in­dex 15 vous permet de rester 150 minutes au soleil avant de « brûler ». Pour les UVA le de­gré de protection se définit sous le nom de Facteur Protecteur Photo-toxique. Ces va­leurs sont inférieures car l'énergie contenue dans les rayons UVA est moindre.

Comme les plongeurs sont souvent expo­sés au soleil des heures durant lors du dé­placement par bateau de plongée, kayaks et autres bateaux n'offrant aucune ombre, voici quelques conseils utiles:

- Utilisez de la crème protectrice avec un index 15 ou plus lorsque vous êtes au so­leil, même si vous allez simplement faire une course. Si vous allez à la piscine, à la plage ou en bateau, un index de 30 à 50 vous protègera davantage et plus long­temps même si vous choisissez une crème imperméable à l'eau et la sueur.

- Pour une efficacité maximale, remettez de la crème toutes les heures et après avoir na­gé. Choisissez une crème qui résiste à l'eau. Utilisez du maquillage avec  écran so­laire. N'oubliez pas que tous les vête­ments ne vous protègent pas. Les vête­ments secs et aux mailles serrées sont les plus efficaces.

- Portez toujours un chapeau à bords larges, des chemises à manches longues et des lunettes de soleil pour vous protéger la tête, le visage et les bras, et empêcher les coups de soleil. (Saviez-vo us qu'un grand chapeau de golf en paille offre une protection équivalente à un index 30?)

- Cessez toute prise de médicaments photosensibles en vacances, comme les Tetraty­clines ou certains anti-acnéiques.

- Enfin, les rayons ultraviolets les plus nuisibles sont ceux entre 10 heures le matin et 15 heures l'après-midi, aussi évitez les expo­sitions prolongées durant cette période. Rappelez-vous que vous pouvez « brûler » même lors d'une journée nuageuse et que les surfaces réfléchissantes comme la nei­ge, l'eau, le sable et le béton  peuvent ac­croître votre exposition.

 

 

 

 

Réactions photosensibles aux médicaments :

Une destination tropicale, une protection limitée et des temps d'exposition prolongés au soleil augmentent les risques de coups de soleil, ainsi que certains médicaments. La majorité d'entre nous ignorent que cer­tains médicaments peuvent augmenter la sensibilité de la peau à la lumière du soleil. Les réactions causées par l'interaction entre ces médicaments et les radiations ultravio­lettes à la lumière du soleil peuvent se ma­nifester soit sous forme de photo allergies ou de photo toxicité. Une réaction photo allergique se produit lorsque la lumière ul­traviolette modifie la structure d'un médi­cament. Ce processus entraîne une réaction du corps qui forme des anti-corps contre la structure modifiée. Les résultats sont une réaction cutanée sous la forme d'une atteinte de type eczémateuse qui peut se ré­pandre aux zones non exposées à la lumiè­re ultraviolette. Parmi ces deux réactions

photosensibles, la photo toxicité est la plus courante. Elle ne touche pas le système im­munitaire. Par contre, le médicament ab­sorbe les rayons ultraviolets et libère cette énergie dans la peau provoquant une dété­rioration des cellules. L’étendue de ces ef­fets est souvent limitée aux zones directe­ment exposées aux UV. Ces deux réactions peuvent se produire immédiatement ou de manière différée.

 

Comment pouvez-vous vous protéger du soleil lorsque vous prenez des médicaments?

N'oubliez pas que les effets de n'importe quel médicament se prolongent bien après que vous ayez cessé de les prendre. Le meilleur conseil est d'éviter ou de limiter  votre exposition au soleil quand cela est possible. Ce problème n'est pas aussi cru­cial dans le cas d'un traitement médicamenteux à court terme.

 

La liste suivante contient les médicaments et les composés qui peuvent augmenter votre sensibilité au soleil.

Medicaments oncologiques:

Dacarbazine, Fluorouracil, Flutamide, Mé­thotrexate, Vinblastine

 

Antidépresseurs:

Amitriptyline, Amoxapine, Clomipramine, Désipramine, Doxepin, Imipramine, Ma­protiline, Nortriptyline, Phénelzine, Pro­triptyline, Trazodone, Trimipramine

 

Antihistaminiques:

Cyproheptadine, Diphenhydramine

 

Antihypertenseurs:

Captopril, Diltiazem, Methyldopa, Minoxi­dil, Nifedipine

 

Antimicrobiens, antibiotiques:

Ciprofloxacine, Clofazimine, Dapsone, Dé­meclocycline, Doxycycline, Enoxacin, Flu­cytosine, Griseofulvine, Lomefloxacine, Mi­nocycline, acide Nalidixique, Norfloxacine, Ofloxacine, Oxytetracycline, pyrazinamide, Sulfonamides, Tetracycline, Trimethoprim

 

Medicaments antiparasitaires:

Chloroquine, Quinine, Thiabendazole

 

Medicaments antipsychotiques :

Chlorpromazine, Fluphenazine, Halopé­ridol, Perphenazine, Prochlorpérazine, Thioridazine, Thiothi xene, Trifluopérazine, Triflupromazine

 

Diurétiques:

Acétazolamide, Amiloride, Bendroflume­thiazide, Benzthiazide, Chlorothiazide, Furosemide, Hydrochlorothiazide, Hy­droflumethiazide, Methyclothlazide, Meto­lazone, Polythiazide, Triamterene, Trichlor­methiazide

 

Hypoglycémiants:

Acétohexamide, Chlorpropamide, Glipizi­de, Glyburide, Tolazamide, Tolbutamide

 

Anti-inflammatoires non stéroidiens:

Diflunisal, Ibuprofene Indomethacine, Keto­profene, Nabumétone, Naproxene, Phenyl­butazone, Piroxicam, Sulindac

 

Produits solaires:

Acide  aminobenzoique, Avobenzone, Ben­zophénones, Cinnamates, Homosalate, Methyl anthranilate.

 

Divers :

Alprazolam, Amantadine,  Amiodarone, Benzocaine, Benzoyl peroxide; huiles de Bergamote, huiles de citron, lavande, Citron vert, au bois de santal, au cèdre (utilisé dans de nombreux parfums et cosmétiques; ex­position aux huiles de pulpe d'agrume), Carbamazepine, Chlordiazepoxide, Clofi­brate, Contraceptifs, Desbximetasone, Diso­pyramide, Etretinate, Fluoresceine, sels d’or, Hexachlorophene, Isotrétinoin, 6 méthylcoumarin {utilisé dans les parfums, les lotions après rasage et les écrans so­laires), « Musk ambrette » (utiljsée dans les par­fums), Prométhazine, Quinidine sulfate et gluconate, Trétinoine, Triméptazine »

 

A la lecture de cet article , en dépit de quelques imperfections de traduction, on comprendra toute l’importance de la prévention mais aussi l’intérêt de mieux connaître les médicaments que nous sommes amenés à utiliser pendant les périodes d’exposition au soleil. Ce type de situation est fréquemment rencontré et peut nous gâche r très facilement un voyage plongée ou même une simple sortie en mer. La liste ci-dessus est présentée avec les termes chimiques que l’on peut identifier dans la formule des médicaments apposée sur l’emballage de la boite. L’aide de votre médecin ou de votre pharmacien sera bien sûr irremplaçable .

Profiter du soleil ne signifie pas le subir ou en souffrir .

Bronzez si vous le souhaitez, mais bronzez intelligent !

 

                                                                                  Dr Michel Struye

 

Maison de Retraite de Vic-Bigorre

Avenue de Pau,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • : 0562968181
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Maison de Santé

11 Place de Verdun,
65500 Vic-en-Bigorre, France

Contacts

  • Fixe : 05 62 96 81 81

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale