Le site du Docteur Michel MELANDY

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Mon enfant semble renfermé : dois-je m’inquiéter ? - Le site du Docteur Michel MELANDY - Docvadis

Mon enfant semble renfermé : dois-je m’inquiéter ?

Dès les premiers mois de la vie de votre enfant, certains signes peuvent révéler la présence d’un trouble du développement, notamment l’autisme. Absence de sourire, regard fuyant ou encore troubles du sommeil sont autant de signes anormaux qui, lorsqu’ils s’accumulent, doivent vous alerter pour permettre une prise en charge précoce de votre enfant.

En quoi le comportement de mon enfant peut-il révéler un problème ?

De façon évidente, vous êtes le mieux à même de repérer les premiers signes d’un trouble ou d’une maladie, quelle qu’elle soit. Tant que votre enfant ne parle pas, un trouble ne pourra être identifié que par un comportement ou une attitude anormale. L’autisme, ou plutôt les Troubles du Spectre Autistique (TSA), recouvrant l’ensemble des manifestations de l’autisme, peut ainsi être décelé très tôt, dès les premiers mois de la vie de votre enfant. Le diagnostic pourra être formellement confirmé par un spécialiste avant l’âge de deux ans.

Pourquoi dois-je être attentif à des comportements anormaux ?

Plus un TSA sera détecté tôt, plus un accompagnement adapté pourra être mis en place (éducation spécifique, thérapies éducatives et comportementales, etc.). Une prise en charge précoce d’un TSA permet de réduire les troubles de l’enfant, d’accélérer son développement et d’aider les parents à vivre harmonieusement avec lui. Certains symptômes spécifiques de l’autisme, comme l’absence de babillage ou les troubles de la motricité, peuvent également révéler la présence d’une autre maladie, sans lien avec un trouble du comportement.

Dois-je m’inquiéter au moindre signe suspect ?

Chaque enfant est unique : il grandit à son rythme, possède son propre caractère et réagit différemment au monde extérieur. Chez les très jeunes enfants, la « normalité » des comportements n’a pas toujours de sens. Pris individuellement, tous les signes de l’autisme – y compris les plus à même de vous inquiéter, comme un retard du langage – n’indiquent en aucun cas la présence d’un TSA. Un trouble du développement ne doit être suspecté que lorsque votre enfant présente de façon durable un grand nombre de comportements anormaux.

Quels sont les domaines à surveiller ?

Si les TSA peuvent prendre plusieurs formes, trois grands domaines sont toujours touchés : les interactions sociales, la communication, et les comportements, qui sont stéréotypés et répétitifs. Rapportez toute pratique suspecte dans ces domaines à votre pédiatre : même si votre enfant est suivi régulièrement, il peut ne manifester aucun symptôme lors des consultations. Vous êtes le premier témoin des signes d’un TSA.

Quels sont les signes d’alerte ?

Les TSA entraînent un ensemble très large de symptômes, variables pour chaque enfant. Être autiste ne signifie pas présenter tous ces signes, et à l'inverse un enfant présentant certains de ces signes n'est pas nécessairement autiste. Le tableau ci-dessous n'est donc qu'un guide pour vous alerter si votre enfant présente de façon durable un grand nombre de symptômes dans chacun des domaines. Seul un spécialiste pourra ensuite diagnostiquer ou non un TSA.

J’ai observé certains signes suspects : que puis-je faire ?

Parlez-en à votre pédiatre ou à tout autre professionnel de santé, qui vous dirigera si besoin vers une structure spécialisé. Il n’existe pas à l’heure actuelle de diagnostic biologique (une prise de sang par exemple) : le diagnostic est fondé sur l’accumulation des signes observés. Le type précis de TSA est souvent confirmé plus tardivement, entre trois et cinq ans. Des examens complémentaires vous seront peut-être proposés : consultation neurologique, examen de la vision et de l’audition, IRM, analyse génétique, etc.

Soyez encore plus attentif si vous avez déjà un enfant atteint d’un TSA. Le risque pour un autre enfant de développer un TSA est alors de 4 % si l’enfant déjà atteint est un garçon, de 7 % si c’est une fille. Si vous avez déjà deux enfants autistes, ce risque est de 30 %.

Cabinet médical

13 rue Jules Michelet ,
33200 Bordeaux Caudéran, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 02 07 80
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je réduis mes ballonnements : un schéma pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réduire vos ballonnements. Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen dû à une accumulation de gaz dans votre tube digestif. Vous pouvez limiter leur apparition, ou les réduire, en diminuant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant. Il est également très important d’avoir une activité physique régulière. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Quelles aides pour mon proche atteint de maladie d’Alzheimer ?

    Outre le suivi médical proprement dit, d’autres professionnels peuvent aider votre proche dès l’annonce du diagnostic. Cette prise en charge est importante dans la maladie d’Alzheimer. Chacun a un rôle défini et vous pouvez agir en relais de ses actions.

    Lire la suite
  • Comment emmailloter mon bébé

    Cette vidéo vous montre comment emmailloter bébé. Cette technique peut permettre à votre bébé de se détendre et d'être bercé surtout s'il pleure. Marianne Morawski, puéricultrice, vous présente chaque étape de l'emmaillotage de votre bébé. A vous de jouer !

    Lire la suite
  • Risque de rage, j’apprends à réagir : des schémas pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réagir en cas de morsure suspecte dans un pays à risque. La rage est présente dans plus de 150 pays, principalement en Asie et en Afrique mais aussi en Amérique du Sud et en Europe. La transmission du virus se fait d’un animal infecté à l’homme, généralement par morsure ou léchage d’une peau lésée ou d’une muqueuse, voire par griffure. Les vecteurs de la maladie sont les chiens dans 95 % des cas. Votre médecin pourra les commenter avec vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale