Le site du Docteur Michel MELANDY

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Diabète et coeur - Le site du Docteur Michel MELANDY - Docvadis

Diabète et coeur

Le diabète augmente de 2 à 4 fois le risque de maladies cardiovasculaires. Leur prévention repose avant tout sur l’équilibre du taux de sucre dans le sang, mais aussi sur celui d’autres facteurs, comme votre pression artérielle, votre taux de cholestérol et de triglycérides. Une fois par an, consultez votre cardiologue pour un suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme. Votre médecin traitant peut aussi réaliser cet examen.

Que peut-il arriver à mon cœur ?

Un des principaux risques est l’athérosclérose. C’est une obstruction des artères par des dépôts de graisse (ou plaques d’athérome), due notamment à un excès de mauvais cholestérol (LDL). Au fur et à mesure que l’artère se bouche, l’organe ou le muscle qu’elle alimente est moins bien irrigué.

S’il s’agit du cœur, elle peut conduire à une angine de poitrine (douleur dans la poitrine à l’effort) ou à une crise cardiaque.

Si c’est une artère du cerveau, elle peut provoquer une attaque cérébrale : perte de la parole ou de la vue d’un œil, paralysie d’un membre ou de la moitié du corps pendant quelques minutes ou de façon plus prolongée.

 

Quelles sont les causes d’atteinte cardiaque ?

Cette affection peut toucher toute la population. En cas de diabète, le risque est accru par l’excès de sucre dans le sang, qui est souvent associé à d’autres facteurs de risque : excès de cholestérol, de triglycérides, par exemple. C’est dire l’importance de surveiller votre bilan sanguin.

 

Comment réduire le risque ?

Vous pouvez réduire considérablement le risque cardiaque en adoptant un mode de vie sain.

Soyez très attentif à votre alimentation : limitez les graisses saturées essentiellement d’origine animale qui participent à l’augmentation du mauvais cholestérol (LDL), consommez tous les jours des fruits et des légumes, mangez moins salé.

Faites de l’exercice tous les jours, autant que vous pouvez.

Contrôlez votre poids.

Arrêtez de fumer.

 

Que faut-il surveiller ?

Contrôlez votre tension artérielle. Elle augmente avec l’âge et varie en fonction de votre état psychologique et de l’activité physique. Si vous possédez un appareil d’automesure tensionnelle, veillez à choisir un moment de calme pour la contrôler. En tant que diabétique, votre tension devrait être inférieure à 13/8, soit un objectif plus bas que pour la population générale.

Surveillez vos taux de cholestérol et de triglycérides. Le taux de mauvais cholestérol (ou LDL), qui forme les plaques d’athérome, doit toujours être inférieur à 1,3 g/l, voire à 1 g/l si vous avez un risque cardiovasculaire élevé. Le taux de bon cholestérol (HDL), qui protège des maladies cardiovasculaires en participant au nettoyage des vaisseaux, doit être supérieur à 0,40 g/l. L’activité physique fait monter le bon cholestérol. Les triglycérides sont des graisses circulant dans le sang. Leur taux ne devrait pas dépasser 1,50 g/l. La réduction du sucre et de l’alcool fait baisser les triglycérides.

Certains médicaments évitent la survenue de thrombose à partir des plaques d’athérome. Nous déciderons de la nécessité de prendre ces produits lors d’une consultation.

 

Sous contrôle

Une fois tous les 3 mois, n’oubliez pas votre visite médicale pour faire contrôler votre tension, votre poids, faire renouveler votre ordonnance de médicaments, vous faire prescrire les examens de surveillance et évoquer vos difficultés éventuelles à suivre votre traitement.

Une fois par an, consultez-moi ou votre cardiologue pour le suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme.

Excès de sucre, sédentarité, hypertension artérielle et excès de graisses dans le sang sont des facteurs de risque que vous pouvez maîtriser.

Cabinet médical

13 rue Jules Michelet ,
33200 Bordeaux Caudéran, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 02 07 80
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je réduis mes ballonnements : un schéma pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réduire vos ballonnements. Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen dû à une accumulation de gaz dans votre tube digestif. Vous pouvez limiter leur apparition, ou les réduire, en diminuant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant. Il est également très important d’avoir une activité physique régulière. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Quelles aides pour mon proche atteint de maladie d’Alzheimer ?

    Outre le suivi médical proprement dit, d’autres professionnels peuvent aider votre proche dès l’annonce du diagnostic. Cette prise en charge est importante dans la maladie d’Alzheimer. Chacun a un rôle défini et vous pouvez agir en relais de ses actions.

    Lire la suite
  • Comment emmailloter mon bébé

    Cette vidéo vous montre comment emmailloter bébé. Cette technique peut permettre à votre bébé de se détendre et d'être bercé surtout s'il pleure. Marianne Morawski, puéricultrice, vous présente chaque étape de l'emmaillotage de votre bébé. A vous de jouer !

    Lire la suite
  • Risque de rage, j’apprends à réagir : des schémas pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réagir en cas de morsure suspecte dans un pays à risque. La rage est présente dans plus de 150 pays, principalement en Asie et en Afrique mais aussi en Amérique du Sud et en Europe. La transmission du virus se fait d’un animal infecté à l’homme, généralement par morsure ou léchage d’une peau lésée ou d’une muqueuse, voire par griffure. Les vecteurs de la maladie sont les chiens dans 95 % des cas. Votre médecin pourra les commenter avec vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale