Le site du Docteur Mario SAMPER

Ophtalmologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Ptosis : ce que je dois savoir - Le site du Docteur Mario SAMPER - Docvadis

Ptosis : ce que je dois savoir

Le ptosis est lié à une impotence du muscle releveur de la paupière supérieure, la paupière supérieure semble "tomber". Son traitement est presque exclusivement chirurgical. Des récidives sont possibles.

Qu’est-ce qu’un ptosis ?

Normalement, vos paupières s’ouvrent et se ferment grâce à l’activité de groupes musculaires. Quand le muscle releveur est défaillant, la paupière supérieure de l’œil ne se relève pas suffisamment : c’est le ptosis, votre œil semble moins bien s’ouvrir.

Selon les cas, le ptosis est plus ou moins important et peut toucher un œil ou les deux yeux.

La consultation permet à votre ophtalmologiste de faire le diagnostic.

Il cherchera alors sa cause ou ses causes car plusieurs mécanismes peuvent l'expliquer.

 

Quelles sont les causes du ptosis ?

Il peut être congénital et alors, est le plus souvent isolé. Néanmoins, dans certains cas, il peut être associé à des anomalies oculaires (strabisme), voire, dans de plus rares circonstances, à d'autres malformations.

Plus fréquemment, il atteint l'adulte et peut être lié à un relâchement tissulaire en rapport avec le vieillissement mais aussi parfois à différentes maladies (neurologiques, musculaires, etc.).

Quelles peuvent être les conséquences du ptosis sur ma vue ?

Le ptosis est une affection à évolution lente et qui s'aggrave progressivement avec le temps.

Un ptosis sévère peut éventuellement perturber l’acquisition d’une vision normale au cours de la petite enfance, et à tous les âges, diminue le champ visuel.

Comment peut-on traiter mon ptosis ?

Quelle que soit la nature du ptosis, il va falloir pallier chirurgicalement la faiblesse du muscle releveur, soit en le raccourcissant, soit encore en le renforçant ou, le cas échéant, en le "suppléant".

 

Le traitement chirurgical est esthétique et fonctionnel. Il a pour but de restaurer l’apparence de votre paupière supérieure atteinte, en permettant une amélioration du champ visuel.

 

Selon la situation, différentes techniques d'interventions sont envisagées.

 

L'intervention qui vous sera proposée vous sera expliquée par votre ophtalmologiste qu'il s'agisse de ses modalités, de ses conséquences et de ses suites.

 

Chez le jeune enfant, l'intervention chirurgicale est pratiquée le plus souvent entre l’âge de 3 à 6 ans car le ptosis congénital peut entrainer une certaine paresse de l’œil qui peut perturber l’acquisition d’une vision normale. En cas de ptosis sévère avec un risque important d’altération de la vision, l’intervention peut être effectuée plus précocement. L’intervention est dans l'ensemble effectuée sous anesthésie générale chez l'enfant.

 

Chez l'adulte, l'intervention est réalisée sous anesthésie locale associée éventuellement à une sédation. Elle est indiquée dès qu'il existe une gêne notable et permanente.

 

Après l'intervention, les paupières peuvent rester gonflées et gêner le patient pour fermer l’œil pendant quelques jours. Des collyres permettent d’hydrater l’œil régulièrement.

 

L’hématome est le plus souvent très minime voire absent. L’œdème est plus fréquent et disparait habituellement en un mois.

 

La reprise des activités scolaires, professionnelles ou sociales est possible une petite semaine après l’opération dans l'immense majorité des cas.

Quelle est la durée de l'hospitalisation ?

L’hospitalisation est le plus souvent de 48 heures chez l'enfant car l’intervention s’effectue sous anesthésie générale.

Chez l'adulte, il s’agit le plus souvent d’une hospitalisation dite ambulatoire où le patient est accueilli à l’hôpital ou à la clinique le matin et sort le soir.

Cette opération me laissera-t-elle des cicatrices ?

Dans la plupart des interventions, les cicatrices ne sont pas visibles car elles sont cachées dans le pli ou en arrière de la paupière opérée.

Une évaluation rapide par un médecin ophtalmologiste est nécessaire devant l’apparition ou l’aggravation d’un ptosis. Des récidives sont cependant possibles car ce muscle releveur reste défaillant.

centre d'ophtalmologie et d'orthoptie

9 Allée Piencourt ,
48000 MENDE, France

Contacts

  • Fixe : 04 66 65 19 30
  • Fax : 04 66 65 90 13
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre d'ophtalmologie et d'orthoptie

9 Allée Piencourt ,
48000 Mende, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Clinique du Gévaudan

Chemin Jean Fontugne ,
48100 MARVEJOLS, France

Contacts

  • Fixe : 04 66 49 52 00
  • Fax : 04 66 32 31 15
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je suis myope

    La myopie est un trouble de la vision lié le plus souvent à un œil trop long.

    Lire la suite
  • INFLAMMATIONS DE L'OEIL

     Inflammations de l'oeil : ce que je dois savoir L’œil peut être le siège de manifestations inflammatoires. Celles-ci sont banales, mais doivent être vues et prises en charge. Un bilan spécialisé n’est nécessaire qu’en cas de manifestation atypique, persistante ou récidivante. On vient de me diagnostiquer un orgelet. De quoi s’agit-il précisément ? L’orgelet est une infection du follicule pileux (la racine) à la base d’un cil. C’est généralement un germe local, un staphylocoque, qui en est à l’origine. Infection du follicule pileux à la base d'un cil Comment mon orgelet va-t-il être soigné ? Les orgelets sont parfois liés au port de lentilles ou au maquillage. Le traitement est avant tout local (compresses tièdes, désinfection locale avec un produit validé par votre médecin ou votre pharmacien). Il arrive que le cil atteint doive être ôté avec une petite pince, mais mieux vaut confier cette tâche à votre ophtalmologiste. On vient de me diagnostiquer un chalazion. De quoi s’agit-il précisément ? Le chalazion est dû à l’obstruction d’une glande sécrétant un corps gras qui participe (avec les autres composés des larmes) à la lubrification de l’œil : la glande de Meibomius. Il se manifeste par une grosseur rouge dans l’épaisseur de la paupière, généralement indolore, parfois récidivante. Il existe parfois une infection associée. Dans ce cas, la tuméfaction devient douloureuse. Rougeur dans l'épaisseur de la paupière Comment mon chalazion va-t-il être soigné ? Dans un premier temps, il faut favoriser une bonne hygiène locale et appliquer un produit anti-inflammatoire et antiseptique. Le recours à la chirurgie peut être envisagé en cas de récidives fréquentes, de surinfection persistante malgré un traitement local adapté ou encore en cas de fistulisation, d’enkystement ou de localisation dans les cils. J’ai un œil rouge, est-ce obligatoirement une conjonctivite ? Pas toujours, même si c’est le cas le plus souvent. La conjonctivite est une inflammation de la muqueuse qui recouvre le globe oculaire et/ou la face interne des paupières. Une conjonctivite n’est pas réellement douloureuse et ne retentit pas sur l’acuité visuelle. Elle peut cependant être gênante, entraîner des démangeaisons, une sécrétion accrue de larmes. Si le blanc de l’œil devient rouge, en dehors d’une conjonctivite il peut s’agir d’autres causes : hémorragie, corps étranger, cause banale... Inflammation de la muqueuse des paupières Comment ma conjonctivite va-t-elle être soignée ? Les conjonctivites sont le plus souvent infectieuses ou allergiques, parfois liées à un traumatisme chimique ou mécanique. Elles sont beaucoup plus rarement liées à une maladie générale. Le traitement dépend avant tout de la cause (traitement antibiotique, anti-inflammatoire, antiseptique ou antiallergique). Si l’inflammation est importante, il est recommandé de ne plus porter vos lentilles de contact. L’irrigation des yeux avec du sérum physiologique (sous forme de petites dosettes d’eau salée) est toujours utile. Les conjonctivites sont-elles contagieuses ? Il arrive que certaines conjonctivites virales soient contagieuses, mais la majorité des conjonctivites ne le sont pas. Veillez toutefois à garder une bonne hygiène locale et générale, et notamment à bien vous laver les mains avant et après les soins oculaires. Quelle est la différence entre une conjonctivite et une blépharite ? La blépharite est une inflammation du bord libre de la paupière, c'est-à-dire de la zone mobile sur laquelle sont implantés les cils. L’œil démange et de petites croûtes apparaissent parfois à la base des cils. Inflammation au niveau de l'implantation des cils A quoi est liée une blépharite ? La blépharite peut être la conséquence d’une anomalie de fonctionnement des glandes sécrétant la composante grasse des larmes, d’irritations locales répétées (infections, cosmétiques agressifs) et/ou d’anomalies de l’œil : astigmatisme, asymétrie des muscles oculomoteurs… Attention, les collyres et les pommades ophtalmiques ne sont pas interchangeables entre les affections et doivent être utilisés tels qu’ils vous ont été prescrits par votre médecin.

    Lire la suite
  • DMLA : que dois-je savoir ?

    La DMLA est liée au vieillissement d’une zone particulière de la rétine. Elle est la première cause de cécité et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans.

    Lire la suite
  • J'apprends que j'ai un glaucome et je ne le savais pas

    Cette vidéo raconte la découverte d'un glaucome à l'occasion d'une consultation chez l'ophtalmologiste pour un renouvellement de lunettes. Vous y découvrez les examens permettant son diagnostic. Le dépistage précoce du glaucome et la mise en route du traitement pour le stabiliser sont importants pour ne pas perdre la vue.

    Lire la suite
  • Je suis hypermétrope

    L’hypermétropie est un trouble de la vision lié le plus souvent à un œil trop court.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale